AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

« Tenter de vaincre le désespoir nous pousse sur d'invraisemblables chemins. » ft. Sargon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 15 Jan 2012 - 12:02

C’avait été un choc. Un coup de poignard en plein coeur, une hache qui l’étripe, ses entrailles qui se répandent sur le sol dans un bouillon brûlant, sanglant. Une douleur, suprême, intense, au point qu’elle annihilait toute autre émotion. Un vide, un trou sans fin quelque part à gauche de sa poitrine, un choc. Son corps ne répond plus, il agis tout seul, elle est la sans exister. Elle voit, elle entend, mais rien ne se passe au creux de son crâne.
C’avait d’abord été une rumeur, puis elle s’était transformée en certitude. Non seulement il était devenu Amiral de Fer mais en prime, il avait reçu une épouse. Femme-roc…Une seule femme-roc. Offerte par Dagon Greyjoy, impossible de refuser et ce n’était pas comme si le capitaine l’avait voulu. Pourquoi aurait-il agis dans ce sens ? Il n’existait rien d’autre entre eux que respect et entente mutuelle. Si la Veuve Noire voyageait souvent aux côtés du Cruel, pour l’une ou l’autre razzia d’importance, ça n’avait pas été le cas ces derniers temps. Elle ne l’avait plus vu depuis plusieurs semaines et y avait à peine pensé, en réalité. Les évènements survenus d’abord dans le Conflans –lorsqu’elle s’était battue contre le chevalier blond avant de razzier le village voisin- puis sur les côtes de l’Ouest –où elle avait rencontré le troublant Edric Estremont- l’avait assez occupée. Totalement, en réalité. Elle était concentrée sur les gens du continent, les évènements du continent, sa contrariété face à l’action du Lannister de faire évacuer toutes les côtes, sa mise au point d’un nouveau plan et d’un déguisement plus efficace en tirant leçon de ses erreurs. Elle venait de rentrer, d’accoster sur la plage non loin de la forteresse familiale, quand un matelot zélé lui appris la nouvelle, la rumeur en fait. Elle avait alors préféré la considérer comme telle. Les Timbal vivaient sur le Vieux Wyk, à l’instar des Bonfrère de Shatterstone, il était logique que tout le monde soit déjà au courant ou pense l’être, puis ce genre de mots courraient sans arrêt, comme la rumeur affirmant que le Harloi était venu agresser la femme-sel d’un marin. C’avait sans doute été déformer, car Elyn le connaissait et le savait plus intelligent que cela –pas plus honorable ceci dis. Hélas, son père lui-même avait tout confirmé à peine avait-elle passé la porte. Elle avait eu assez de sang-froid pour ne rien laisser paraître en public et s’était rapidement éclipsée. C’était il y a deux jours. Le temps de faire le plein de vivre, d’eau claire, de décharger le butin du Conflans et de repartir. Pour où ? Elyn ne le savait pas. Incapable de tenir en place, elle aboyait des ordres sans arrêt, hurlait sur tout qui la contrariait et avait réduis en miette le mobilier de sa chambre, encore. Une mauvaise habitude, elle le savait.
Deux jours.
Elle ignorait où ils allaient aller. Le Nord l’avait longtemps tenté et il était probable que ce soit la prochaine destination. C’était pourtant assez loin et dangereux, ainsi ils ne partiraient qu’une fois tout le monde redevenu sobre. Elle avait pourtant voulu s’éloigner de chez elle et avait mouillé au large des îles. Elle avait aussi emporté une petite réserve d’alcool, sentant que pour la première fois depuis la mort d’Aurane, elle en aurait besoin. Elle avait fuis en réalité, elle le savait et l’assumait assez mal. Idiote. Enfermée dans sa cabine, elle avait laissé son équipage fêter la nouvelle à sa façon. Ils se sentaient proche de cette promotion puisque le Cruel avait longtemps été un compagnon de la Veuve Noire puis il s’agissait d’un Timbal, alors forcément…De son côté, elle ne parlait pas, ne faisait même pas une apparition mais qui aurait pu le remarquer ? Elle broyait du noir et broyait tout court la choppe en bois flotté qu’elle remplissait sans arrêt depuis elle ne savait combien de temps. Dehors, elle entendait les discussions et se forçait à ne pas saisir le sens de tous ces mots. La nouvelle année venait de passer et elle s’annonçait assez mauvaise. Elle resta ainsi pendant plusieurs heures, elle en était consciente. La nuit était terminée, elle voyait l’aube pointer au dessus de la ligne d’horizon. Deuxième jour. Les heures passent. Vidant cul-sec l’alcool, elle se rendit compte qu’elle n’en avait plus et, de rage, jeta son verre. On vint alors la déranger, comme si le bruit avait raisonné dans tout le boutre. « Ca va capitaine ? » demanda Urek qui était entré juste après avoir frappé. « Non. Ya plus une goutte d’alcool! » s’exclama-t-elle et elle voulut se lever…Mais elle tituba et du se rattraper sur un gros coffre de bois, appartenant jadis à Aurane. Elle lança un regard noir à la pièce pour qu’elle arrête de tanguer mais elle ne semblait pas très impressionnée. « On n’est pas loin de l’île des Harloi, ils razzient souvent le Bief. » Et dans le Bief, il y a de l’alcool. Du vin, c’était bien aussi. Elle ne savait pas exactement ce qu’elle avait bu jusqu’à maintenant et s’en fichait pas mal. Elle savait juste qu’elle voulait boire encore, parce que l’alcool l’aidait à anesthésier ses émotions et donc à ne pas perdre le contrôle d’elle-même. Enfin contrôle…Tout est relatif. Elle le perdait en ce moment même à cause de l’alcool, mais au moins pouvait-elle brider ses redoutables envies de meurtre. Ce n’était pas le genre de loisir auquel elle pouvait s’adonner sur les îles mais savait d’avance que sa prochaine razzia serait particulièrement sanglante. Ces derniers mois ne l’avaient pas épargné, il lui semblait que la nouvelle avait été la goutte de trop. Elle n’avait pas pleuré à la mort d’Aurane, comme si toute l’eau s’était réservée pour un autre moment, où l’accumulation la ferait exploser. La perte d’une sœur, la frustration de ramener un maigre butin par la faute de ce Lannister, les questions qu’elle se posait sur le garçon qu’elle avait croisé, les évènements qu’elle ressassait, ce qu’elle avait appris sur Deirdre et maintenant ça. La dernière fois qu’Elyn avait été contrariée par le Trompe-La-Mort, elle avait couché avec Sargon. Sur le moment, ça avais été exactement ce dont elle avait besoin pour se remettre les idées en place.
Elle cligna des paupières, une fois, deux. Harloi, Kenning, Sargon.
C’était tellement évident…

L’après-midi touchait à sa fin quand la Veuve Noire accosta sur la plage des Harloi. Elyn avait commencé à dessaouler et ne trouvait plus très bonne l’idée d’aller voir Sargon. Vraie girouette, elle ne trouvait d’ailleurs plus rien de bon du tout et avait recommencé à être d’une humeur massacrante. Mieux valait qu’elle coupe court tout de suite. Elyn se connaissait bien, elle pouvait dégénérer à tout moment, ainsi elle laissa la supervision à son second, annonçant qu’ils partiraient vers le Nord après avoir refais une petite réserve d’alcool –de vivre aussi puisque le voyage risquait d’être plus long que d’habitude- et qu’elle voulait les voir demain matin à l’aube, prêt à s’en aller. D’ici la, qu’ils aillent se trouver de quoi s’amuser. Pour sa part, elle dénicha une petite taverne où on lui servit un alcool si fort qu’il lui brûla la gorge. Elle en avait les larmes aux yeux, mais ne sentait déjà plus rien trois gorgées plus tard, comme anesthésiée. Elle retrouva alors le calme qu’elle commençait à perdre tout à l’heure. « Si c’sérieux ! Une femme-sel qu’il s’est dégoté le Harloi, une ptite noble comme ça, pêchée dans l’Ouest…Rendez compte ? Ca se pêche comme des mouches là-bas ‘paraît que ya un marin… » Elyn se mit alors à rire.
Elle riait si fort qu’elle avait manqué de s’étouffer avec l’alcool qu’elle venait d’avaler lorsqu’elle avait entendu cette nouvelle, non, cette absurdité. Le marin, qui devait appartenir à l’équipage de Sargon, se tourna vers elle mais son attitude changea quand il la reconnu. « Vous m’croyez pas ? J’y étais, j’l’ai vue ! Une bonne petite, j’me la s’rais bien prise pour moi… » Elle essaya de s’arrêter de rire assez pour lui répondre et du s’y reprendre plusieurs fois avant de parvenir à lui dire : « Si si…J’apprécie simplement le ridicule de la situation ! Ah, par le Dieu Noyé je dois voir ça de mes propres yeux ! » Elle qui, quelques temps avant avait finalement décidé que le voir serait une très mauvaise idée…Elyn avait radicalement changé d’avis, peut-être sous l’effet de cet alcool, peut-être sur une impulsion instinctive comme cela lui arrivait souvent. Elle avait l’impression de régresser à l’âge de quinze ou seize ans, mais se fichait pas mal de ce qu’on pourrait en penser. Elle se fichait de tout, désormais. Même ses ambitions personnelles n’avaient plus d’importance, pas plus que de savoir si le petit continental ne l’avait pas engrossée –l’idée lui était venue bien plus tard mais elle l’avait tellement trouvée ridicule qu’elle avait arrêté d’y penser. Elle essuya les larmes qui perlaient au coin de ses yeux, et se leva sans tituber, ce qui tenait de l’exploit. La demeure des Kenning n’était pas très loin et cette petite aventure allait lui permettre d’oublier. Elle allait rire de cette histoire pendant une heure ou deux, le chercher un peu et il allait lui répondre, elle allait se mettre en colère, ils allaient peut-être même se battre, violemment, faire couler du sang.
Cette idée lui plaisait vraiment beaucoup, alors elle se mit en route.
Il lui fallut plus de temps que prévu pour arriver jusque la, sans qu’elle soit exactement capable de dire combien. L’air salé qui soufflait assez fort alors que la nuit commençait à tomber lui avait rendu un peu d’esprit mais pas la totalité, ainsi c’est encore à demi-saoule qu’elle se présenta à la demeure des Kenning. Les gardes la reconnurent puisqu’elle était déjà venue quelques temps auparavant et ainsi ne lui posèrent même pas de questions. Elle demanda où trouver le Harloi, on lui répondit dans sa chambre. Elle se souvenait plus ou moins du chemin – moins que plus vu son état- alors elle se passa d’explications. Si elle le surprenait en train de consumer sa femme-sel, elle risquait de s’étouffer de rire et peut-être de déclencher exactement ce qu’elle désirait. Se prendre une ou deux bonnes gifles l’aiderait peut-être à se reprendre. Elle les lui rendrait, bien entendu, mais sur le moment elle lui dirait merci. Une gifle, un coup de poing, peut-être lui casserait-il le nez…Ou elle ? Elyn avait pris goût au sang depuis ses deux récentes aventures sur le continent, ça avait sur elle un effet à la fois excitant et apaisant, tout en l’ancrant dans une réalité tangible. Une réalité…C’était justement ce qu’elle fuyait. Elle ne pouvait décemment pas continuer trop longtemps dans cette voie. Personne ne devait remarquer ou même se douter que quelque chose ne tournait pas rond chez elle. Son simple sexe lui interdisait toute faiblesse.
Elle manqua de se perdre mais atterrit tout de même devant la bonne porte, grâce à ce qui ressemblait à une servante, mais Elyn avait déjà oublié son visage. Elle ne frappa même pas, ouvrant la porte toute grande comme si elle était chez elle et la refermant presque immédiatement une fois qu’elle eu pénétré sur les lieux. Il était tout seul devant une cheminée et semblait pensif. Elle se mit à glousser à cette idée. Pensif. Quelle blague. « Alors on s’offre des petites nobles en guise de femme-sel, à ce que j’apprends ! Je voulais voir ça de mes yeux… Aaah mon Harloi, elles sont trop bien pour toi, la pauvresse va se jeter d’une falaise. Tu aurais du l’égorger tout de suite ! » Taquinerie basique entre eux, basique tout court pour Elyn, surtout saoule. Elle restait consciente de son état d’esprit déplorable et essayait de passer outre grâce à l’alcool, produisant un résultat assez pitoyable. C’était une femme en détresse et malheureuse qui avait passé la porte du Harloi, mais trop fière pour le reconnaître. Elle allait se comporter normalement, prendre ses aises et laisser les choses se passer. Elle espérait juste que ça la sorte de sa torpeur. Il était doué pour cela…Après tout, c’était lui qui l’avait sauvée la dernière fois.


Dernière édition par Elyn Bonfrère le Dim 29 Jan 2012 - 13:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Dim 15 Jan 2012 - 19:05

     Le retour des Terres de l'Ouest avait été assez calme, la jeune dame que Sargon avait enlevée là-bas s'était montrée relativement docile, certainement qu'elle avait compris que sa cécité risquait de lui coûter cher si elle tentait quoi que ce soit. En tous les cas, la suivante de lady Maura Arryn était donc restée sagement à l'une des extrémités du boutre où le capitaine de la Veuve Salée l'avait abandonnée pour s'occuper du reste du voyage. Avec son second, il avait recensé les morts et les blessés, il n'avait heureusement pas perdu grand monde, certainement que la surprise avait été suffisante pour faire perdre contenance à la garde de la dame du Val, en tous les cas les ennemis les plus dangereux étaient rapidement tombés, tués par Sargon et Yoren ainsi que quelques autres bons combattants. Le seul réel danger avait été ce petit chevalier que le capitaine avait décapité proprement, chose réalisable uniquement grâce à l'acier Valyrien, il était inutile de préciser que tenter de décapiter une personne avec une simple épée d'acier château était tout bonnement impossible. L'os de la nuque était bien trop solide pour être tranché net par une épée qui n'était pas parfaitement aiguisée. C'était bien dommage, parce que cela avait au moins l'avantage de régler définitivement et rapidement un combat, il suffisait de voir comment ce chevalier avait opposé peu de résistance. Le plus difficile au final, avait été de nettoyer correctement Crépuscule pour la faire briller et lui redonner son éclat habituel. C'était une occupation qui divertissait beaucoup le jeune homme, il appréciait les moments d'après-combat pendant lesquels il se retrouvait seul avec son épée pour la bichonner et faire disparaître toute trace de sang de sa garde ou de sa lame. Sargon s'en était chargé avant même de se débarrasser de tout le sang qui le souillait et avant de rendre visite à sa nouvelle prisonnière.

     La jeune femme avait été installée dans l'une des chambres du château de Kenning, ce n'était pas ce que Sargon réservait habituellement à ses femmes-sel, mais cette jeune fille n'était pas n'importe qui et il avait quelques questions à lui poser avant de décider de son sort. Il souhaitait aussi lui laisser le temps de reprendre ses marques, il avait beau être brutal et manipulateur à ses heures, le Harloi n'en était pas pour autant stupide. Sargon savait très bien qu'une jeune femme aveugle enlevée par un homme qui avait donné toutes ses amies à violer à ses marins, n'allait pas lui répondre par pure bonté d'âme. Le jeune homme avait donc envoyé quelques servantes lui tenir compagnie et s'occuper d'elle, tout en ordonnant que la porte soit fermée à clé et qu'un garde se tienne dans le couloir pour s'assurer qu'elle n'allait pas tenter de faire une bêtise. Après l'incident avec Maura, le Fer-né ne tenait pas à voir la demoiselle lui échapper, pas forcément physiquement, mais la mort par suicide n'était pas une possibilité à écarter avec les femmes. Elles pouvaient être tellement mélodramatiques des fois. La rumeur de sa capture avait rapidement été distillée aux environs par les marins de la Veuve Salée, trop heureux d'avoir participé à une pareille attaque, ils adulaient leur capitaine pour les semaines à venir, il ne fallait pas grand-chose pour être apprécié de ses hommes : du sang et des femmes. Sargon leur offrait les deux à profusion, ainsi sa réputation de Fer-né indigne était rapidement oubliée et il pouvait compter sur des marins prêts à donner leur vie si le besoin s'en faisait sentir.

     Ainsi, après avoir proprement réglé tous les petits détails, le jeune homme était resté à Kenning, cela faisait quelques jours qu'ils étaient revenus à la maison et Sargon devait préparer la prochaine sortie. Celle-ci serait logiquement l'attaque que Dagon préparait sur les côtes de l'Ouest, il fallait donc veiller à ce que tout soit prêt à être utilisé. Depuis leur arrivée dans le château, le Harloi n'avait été rendre visite à la lady qu'une brève fois, le temps de voir si elle avait été correctement installée et de lui déclarer tout simplement qu'elle resterait ici jusqu'à ce qu'il décide qu'il n'avait plus besoin d'elle, ce qui n'arriverait certainement jamais. Depuis, il potassait ses plans et ses stratégies avec Yoren qui se révélait toujours être de précieux conseil. Un second comme l'on pouvait s'arracher, mais qui lui avait juré fidélité et Sargon savait bien qu'il ne trahirait jamais un tel serment. Les hommes étaient plus fidèles que les femmes, la traitrise de Deirdre avec son pire ennemi l'avait suffisamment échauffé pour qu'il puisse avoir un fort ressentit à l'égard des femmes des îles. Amusant de voir comme il pouvait se sentir offensé par une femme qu'il n'aimait pas. Deirdre était à lui, il savait que son cœur lui appartenait, mais il ne pouvait s'empêcher de sentir un élan de colère naître en lui dès qu'il apprenait que son corps avait été à un autre. Arrogance, assurance et possessivité, Sargon était l'homme le plus agaçant des îles et certainement celui qui se montrait le plus égoïste et égocentrique. Que des talents méconnus par ses pairs.

     Yoren était parti depuis quelques heures lorsque la porte de sa chambre s'ouvrit d'un coup pour laisser entrer une furie qui referma aussitôt son seul rempart contre les domestiques trop curieux. Le regard mordoré du capitaine se posa sur la nouvelle arrivante, croyant tout d'abord qu'il s'agissait d'une servante trop zélée il lui décrocha un regard peu affable, n'appréciant pas que l'on vienne s'imposer dans son espace vital. Mais lorsqu'il reconnut le visage d'Elyn, un sourire se dessina sur ses lèvres pleines alors qu'elle gloussait en lui lançant une pique dont elle avait le secret. La noblesse, une chose qui semblait si importante pour tout le monde, mais qui au final ne servait à rien devant une lame. Il avait déjà soupé de ce genre de discours avec lady Maura qui lui en balançait plein le visage, le Fer-né n'était pas prêt à se laisser à nouveau lancer de pareilles insultes. C'était sans compter qu'elle était saoule, il ne voyait rien qu'à sa manière de se tenir et de parler. Pivotant sur lui-même, le jeune homme la regarda de haut en bas comme s'il était en train d'observer du bétail, puis il haussa les épaules avant de lui répondre de son habituel ton bouffit d'arrogance et de vanité.

     ▬ Comme si tu savais quoi que ce soit de la noblesse, ou même de la féminité, plus je te vois, plus je me demande comment on peut encore te donner le titre de lady. Il s'approcha d'elle jusqu'à se trouver à quelques dizaines de centimètres de la jeune femme avant de s'immobiliser. Tu empestes l'alcool à cent pas à la ronde, continues comme ça et tu auras toutes tes chances avec Qalen, j'ai entendu dire qu'il aimait bien les petits matelots, ça augmentera ton pourcentage de réussite. »

     Il rigola légèrement, la traiter d'homme ne servirait pas à grand-chose, mais il aimait bien la titiller sur ce point. Elle devait très bien se douter qu'il ne pensait pas ce qu'il disait, Sargon était réputé pour son goût certain pour les femmes et il n'aurait jamais été avec elle si elle n'avait pas été désirable et féminine. Le capitaine se détourna de l'invitée qui s'était invitée elle-même pour s'approcher à nouveau du feu. Avec la nouvelle année et l'automne qui approchait, l'on commençait déjà à sentir un changement de température, surtout lorsque la nuit tombait comme actuellement. La pièce était éclairée par la seule lueur blafarde du soir qui tombait et le feu qui ronflait dans un coin. L'attention du Fer-né daigna encore se poser à nouveau sur Elyn alors qu'il continuait.

     ▬ Les belles vierges sont un bien non négligeable, je ne vais certainement pas la gâcher en l'égorgeant. J'appréciais d'avoir une femme qui ne va pas écarter les cuisses devant le premier pirate venu, je commence à me lasser des femmes qui ne résistent pas. »

     Elyn savait bien que Sargon n'avait d'intérêt que pour les femmes qui ne disaient pas amen à tout ce qu'il faisait ou prononçait. Bien évidemment il était hors de question de se contenter des petites pucelles du continent, il était bien trop amateur des femmes d'expérience pour envisager cela, mais c'était une manière de se moquer des femmes des îles. Le Harloi ignorait presque tout de la vie sexuelle de son interlocutrice et s'en moquait pas mal au final, mais il songeait surtout à Deirdre en parlant de la sorte, bien que personne ne pouvait s'en douter étant donné que leur relation était connue d'eux seuls. Après s'être brièvement réchauffé les mains, plus pour le principe que par réel besoin, le capitaine se détourna une fois de plus des flammes pour s'appuyer contre le mur en face, croisant ses bras sur son torse avant de poser ses yeux dorés sur le visage d'Elyn.

     ▬ Et bien, as-tu donc si peu à faire que tu doives débarquer chez moi pour admirer mes prises ? A moins que je ne te manque tellement que tu doives trouver une excuse pour me rejoindre dans ma chambre sans en avoir l'air ? »

     Il sourit d'un air amusé, le capitaine de la Veuve Salée était arrogant au point de croire que c'était quelque chose d'envisageable. Mais il savait aussi qu'Elyn était suffisamment digne d'une Fer-née pour ne pas user de chemins détournés lorsqu'elle avait envie de quelque chose de précis. Sauf de l'aide bien évidemment, mais si Sargon était réputé pour son égocentrisme, il ne l'était pas pour sa bonté d'âme, l'idée qu'elle vienne chercher de l'aide auprès de lui ne l'effleura donc pas une seule seconde.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 16 Jan 2012 - 17:52

Elyn avait fais une entrée qu’on pouvait qualifier de fracassante et qui n’eut pourtant pas l’air d’énerver le capitaine de la Veuve Salée. Bien, elle s’y prendrait d’une autre façon…A moins qu’il ne désire lui aussi de la compagnie, au même titre qu’elle. Après tout, son pire ennemi venait de l’écraser de façon lamentable. Il avait obtenu un rang vingt fois supérieur au sien, une femme donnée par Dagon Greyjoy en personne, ce qui prouvait les faveurs que lui accordait le seigneur des îles…Et peu importait les exploits de Sargon, peu importait ce qu’il ferait plus tard, lors de sa prochaine razzia ou simplement lors de la prochaine attaque groupée organisée par le nouvel Amiral de Fer. Il n’arriverait jamais à la cheville du Trompe-La-Mort et cela devait le mettre en colère. Du moins aurait du, le rendre complètement fou de rage, à l’instar d’elle-même bien que les raisons soient différentes. Elle n’avait pas envie de discourir sur le dos du Timbal, que du contraire. Elyn était la pour oublier tout ce qui le concernait, de près ou de loin. « Comme si tu savais quoi que ce soit de la noblesse, ou même de la féminité, plus je te vois, plus je me demande comment on peut encore te donner le titre de lady. » Elle haussa les épaules, sans arrêter de sourire. Elle avait même envie de rire et si elle ne parvenait pas à retenir le tremblement nerveux de ses épaules, au moins sa bouche n’émettait-elle aucun son. Aussi loin que remontait sa mémoire, jamais personne n’avait qualifié Elyn Bonfrère de lady, pas plus qu’Aurane d’ailleurs. Les filles du Vieux Wyk étaient devenues des guerrières, des femme-hommes, elles alliaient toutes les qualités –ou presque- des deux sexes et les mélangeaient pour se détacher du lot, pour devenir unique. Le plus gros défaut d’Elyn était son caractère, invivable, et des moments comme celui-ci le rappelait au bon souvenir de tous. Si elle avait fait beaucoup d’efforts sur elle-même depuis quelques années, elle avait décidé de les oublier. Ce soir, elle ne pouvait plus. L’avantage avec le Harloi, même si sa réputation pouvait être qualifiée de déplorable, c’était qu’il se contrefichait pas mal des apparences et du fait qu’Elyn soit loin d’être aimable, polie, respectueuse. Que du contraire…Elle pouvait se laisser aller sans craindre quoi que ce soit. « Tu empestes l'alcool à cent pas à la ronde, continues comme ça et tu auras toutes tes chances avec Qalen, j'ai entendu dire qu'il aimait bien les petits matelots, ça augmentera ton pourcentage de réussite. » Il rit, et elle rit aussi. Qalen, comme la plupart des fer-nés, n’appréciait pas Sargon et il le lui rendait bien. La capitaine n’était pas très au fait de leurs relations actuelles et ce n’était d’ailleurs pas important. Le fait qu’il pense l’insulter en diminuant sa féminité ne la touchait pas –encore moins dans son état. Si Elyn dissimulait sa poitrine sous des bandes serrées, se fichait pas mal d’avoir des nœuds dans les cheveux ou d’être salie par du sang, par le sel ou simplement par la boue qui pullulait sur le continent, ce n’était pas pour s’offusquer lorsqu’on le lui faisait remarquer. La Bonfrère ne cherchait pas à ressembler à une femme, elle voulait simplement être une capitaine que l’on n’oublierait pas, accomplir ses rêves de gloire et graver son nom dans la mémoire collective, pour des siècles. Puis elle savait très bien ce qu’il pensait de son corps. La dernière fois qu’il l’avait entièrement vu, son membre avait parlé pour lui.

« Les belles vierges sont un bien non négligeable, je ne vais certainement pas la gâcher en l'égorgeant. J'appréciais d'avoir une femme qui ne va pas écarter les cuisses devant le premier pirate venu, je commence à me lasser des femmes qui ne résistent pas. » Et de celles qui résistent trop ? Elle avait envie de le lancer sur le sujet d’Helya Botley, qui continuait inlassablement de repousser ses avances, méprisante au possible. Elle lui adressait d’ailleurs à peine la parole. Elyn aurait du prendre exemple sur elle, mais elle n’avait plus grand chose à perdre. Sargon était un homme infecte mais il restait un guerrier et même s’il s’éloignait de l’Antique Voie, jusqu’à presque lui cracher dessus, la fer-née était assez intelligente pour distinguer une personne, derrière cet affront. Puis si elle croyait fermement au Dieu Noyé et à l’Antique Voie, elle n’était pas non plus intraitable sur le sujet. Encore moins depuis qu’elle avait de furieuses envies de meurtre, sur une femme en particulier. « Et bien, as-tu donc si peu à faire que tu doives débarquer chez moi pour admirer mes prises ? A moins que je ne te manque tellement que tu doives trouver une excuse pour me rejoindre dans ma chambre sans en avoir l'air ? » Elle arqua un sourcil, se retenant de demander s’il n’avait pas de question plus ridicule. Elle était heureuse de ce réflexe, puisqu’elle ne savait pas vraiment quoi répondre, elle même ignorant totalement ce qu’elle faisait ici. Cherchait-elle vraiment le même échappatoire que la dernière fois ? Ou voulait-elle passer le temps ? L’alcool coulant à flot dans ses veines lui donnait envie de jouer avec lui, sans pour autant aller jusqu’au bout. Elle voulait se défouler, le frustrer et le forcer à devenir plus brutal. Elle voulait se réveiller, sortir de cette léthargie, redevenir elle-même et ne pas se soucier de toutes les nouvelles qu’elle avait appris deux jours plus tôt. Ainsi, elle se rapprocha de lui et posa sa main droite sur sa poitrine. Elle alla ensuite murmurer à son oreille : « Tu as deviné…Pourquoi viendrais-je d’autre ? Tu me manques tellement, je deviens folle si je ne te vois pas, si je ne te sens pas à l’intérieur de moi…Mh. Si tu savais comme j’ai adoré ça… » Elle laissa glisser sa main jusqu’à son bas ventre, et il y eu une seconde, durant laquelle Elyn était persuadée que son corps terminerait ce geste, la ferait retomber dans ce cercle vicieux. Un battement de cœur, une certitude, une pulsion, un désir impérieux. Elle avait envie de faire quelque chose de totalement stupide, ainsi retombée en adolescence sous l’effet de l’alcool et du chagrin si bien dissimulé.
« Ou pas. » Elle lui tourna brutalement le dos et alla se laisser tomber sur son lit, plus au fond dans la pièce, croisant les jambes, appuyée sur ses deux bras. Elle n’avait jamais aimé la facilité et même si elle se fichait pas mal de sa réputation, le jeu l’amuserait moins. Elle doutait que du simple sexe suffise. « Soyons sérieux un instant. J’étais simplement de passage, piller un peu de tes réserves d’alcool. On en manque sur le Vieux Wyk, depuis que le Trompe-La-Mort est devenu Amiral de Fer, tout le monde se sent d’humeur festive… » Elle sentit son cœur se serrer, pas tant pour sa promotion –elle n’avait jamais brigué ce poste de toute façon puisqu’elle cherchait à tracer son propre chemin en dehors des sentiers battus- que pour ses conséquences. Elle aurait aimé mettre un visage sur la femme qu’elle haïssait le plus au monde et ainsi tuer une personne consistante, non pas une ombre, dans ses cauchemars. Pendant une seconde, la douleur du se voir dans ses yeux puis elle détourna le regard et fit mine de s’intéresser aux flammes brûlant dans l’âtre. « Ca devient une manie d’enlever les nobles de l’Ouest ! Puis je ne vois pas quelle différence il y a avec les paysannes. Ce n’est pas comme si tu regardais son visage en la prenant par derrière ! Et une pucelle, ça reste une pucelle. » L’alcool la faisait digresser sur des sujets inutiles, mais il était nécessaire qu’elle parle d’autre chose, qu’elle ne pense plus à sa succession de contrariété, entre le conflans, l’ouest et le retour sur les îles. « Hormis pleurer et demander grâce, ça n’est pas bon à grand chose. » Elle-même n’avait pas été de ce genre-là, que du contraire, mais Elyn était une exception. Même sur les Îles, on ne considérait pas réellement les femmes. Aurane, la Botley ou même elle étaient des exceptions rarissimes. Si les fer-nées avait leur caractère, celles de la noblesse ressemblaient souvent au continental. De son point de vue, du moins…Et il était très partial, depuis deux jours.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 16 Jan 2012 - 21:15

     Sargon contempla Elyn avec neutralité lorsqu'elle s'approcha de lui en arborant un air qu'il n'arrivait pas à identifier. Visiblement ce qu'il venait de dire l'avait soit surprise, soit amusée, en tous les cas la jeune femme n'avait pas réagi comme il s'y attendait. Pour être sincère, le capitaine s'était attendu à ce qu'elle lui réplique vertement qu'elle n'avait rien de plus qu'une profonde aversion pour lui, après tout c'était essentiellement de cela qu'étaient faites leurs discussions : insultes, moqueries et quelques fois démonstration de force. Mais peut-être qu'elle n'avait pas l'alcool joyeux et qu'elle était trop troublée par des stupidités propres aux femmes pour réussir à lui renvoyer la balle en plein visage ? Allez savoir ! Alors qu'elle s'approchait de lui pour poser sa main sur son torse et lui murmure des mots qui l'auraient normalement réjouit, le capitaine sentit son instinct lui dire de se méfier de tout cela, une Elyn aussi aimable était bien trop étrange pour qu'il prête réellement foi à ses déclarations. Oh, leur soirée passée ensemble avait été très agréable et pour être sincère, il en gardait un très bon souvenir, mais leurs relations s'étaient très nettement dégradées avec le temps. Nul doute sur le fait que s'ils s'étaient mieux connus avant de passer les l'étape des draps, ils n'auraient jamais été plus loin que des piques qu'ils s'enverraient en plein visage. Lorsqu'il sentit la main de la jeune femme glisser vers le bas, le Fer-né ne bougea pas et comprit qu'il avait bien fait de rester de marbre lorsqu'elle s'écarta brutalement. Sale garce, à essayer de l'allumer pour s'en-aller aussitôt, heureusement qu'il avait l'habitude avec Deirdre dans quoi il serait certainement plus contrarié par ce genre de comportement, qu'il ne l'était actuellement.

     Toujours appuyé contre son mur, Sargon regarda la jeune femme s'éloigner alors qu'elle s'allongeait sans gêne sur son lit, comme si l'endroit lui appartenait. Ce n'était pas le propriétaire des lieux qui allait protester, c'était tout à fait son style et si les rôles avaient été inversés, nul doute qu'il ne se serait pas gêné pour faire de même. Elyn annonça alors la raison de sa visite en parlant au passage de Harald Timbal, chose qui fit tiquer Sargon qui se contenta de la fixer avec attention. Elle avait l'air étrange, alcool ou simple coup de blues allez savoir, il était trop égocentrique pour prendre la peine de savoir ce qui n'allait pas réellement chez elle. Il faudrait qu'il trouve un intérêt à chercher ce qu'elle pouvait bien dissimuler, sans quoi cela n'aurait pas réellement de raison d'être. Après cette brève déclaration, la Fer-née changea de sujet en parlant à nouveau des femmes de l'Ouest pour les estimer d'une manière assez peu reluisante et qui au final, ressemblait trait pour trait à ce que Sargon pensait d'elles. Principalement de la petite femme-sel du marin de Harald, celle qu'il avait été à deux doigts de tuer il y a quelques jours de cela. Un léger rire sortit de la bouche du capitaine alors qu'il répondait, toujours assez distant de son interlocutrice allongée sur le lit.

     ▬ Une pucelle peut servir à beaucoup de choses, puis dans le pire des cas ça fait toujours de la catin à marin. Les nobles craignent plus pour leur petite vie que les paysannes, si je veux en garder une en vie j'ai plus de chances avec elles. Et puis.... Il esquissa un sourire encore plus amusé. Cette noble ne vient pas de l'Ouest, mais du Val, ce n'est pas n'importe qui, c'est la suivante de lady Maura Arryn, notre bonne dame du Val. »

     Ce n'était pas une chose qui était connue de tout le monde, Sargon n'avait pas demandé à ses marins de taire leur petite action, mais disons que la plupart des habitants des îles ignoraient que le capitaine de la Veuve Salée et son équipage avaient attaqué la troupe de lady Maura Arryn. Il aurait certainement vu Harlon le Rouge débarquer en furie, déclarant qu'il risquait d'énerver toute une région qui aurait cherché à récupérer sa dame. Malheureusement elle lui avait échappé à cause de deux marins idiots qui avaient été récompensés en étant tués par cette furie. Mais il gardait un très bon souvenir de la belle et de son caractère si particulier. Elle l'avait traité comme s'il n'était rien de plus qu'un insecte, tant d'arrogance dans une seule et même personne, lui qui se trouvait vaniteux, il n'était rien à côté de cette femme. Cela dit, son admiration avait cédé le pas à un certain agacement, le jeune homme n'avait pas été enchanté de savoir qu'elle lui avait filé entre les doigts et cela lui laissait un goût amer en bouche. Il allait devoir profiter au maximum de la petite Belmore s'il voulait passer son agacement sur elle. Chassant ses pensées, le capitaine quitta son mur, laissant ses bras retomber le long de son corps pour se diriger vers le lit où Elyn était installée comme une Reine, puis il posa ses yeux sur elle en souriant d'un air à la fois moqueur et arrogant.

     ▬ Harald, il n'y a que lui qui peut se réjouir d'un titre, comme si les titres faisaient de lui un homme plus doué qu'il ne l'est en réalité. Je n'imagine même pas le jour où il héritera de son rang de lord, il ne se sentira plus pisser et deviendra encore plus condescendant que le Dieu Noyé en personne. »

     Ce n'était pas une grande nouvelle que les deux hommes ne se supportaient pas, Harald et Sargon n'avaient jamais été bons amis et ils ne s'entendraient jamais parfaitement. Le mieux à envisager pour les deux étant une entente moyenne pour le bien de la flotte de fer, mais cela n'irait jamais au-delà. Le capitaine de la Veuve Salée n'avait jamais été du genre à obéir à un titre, il n'allait pas se montrer plus aimable avec Trompe-La-Mort simplement parce qu'il avait hérité d'un titre d'Amiral, ce n'était qu'un mot et Sargon ne jugeait pas les gens aux titres qu'ils portaient, mais aux actes qu'ils faisaient. Et pour le moment, Harald n'avait rien fait qui puisse éveiller la sympathie ou le respect du Harloi. En réalité, il avait même fait le contraire, rien qu'au souvenir de ce que Dagon lui avait annoncé d'un ton léger, Harald et Deirdre qui s'amusaient ensemble. Il attendait impatiemment de revoir cette catin pour lui faire savoir ce qu'il pensait de ses petits divertissements auprès de ce Fer-né qui croyait pouvoir tout avoir à cause de son titre. Ne laissant rien paraître de son agacement, le jeune homme avança légèrement pour se retrouver du côté de la tête de lit et s'appuya contre le mur, baissant les yeux vers la Fer-née. Allongée comme elle était, il avait une vue imprenable sur son décolleté, bien que la chose était minimisée par les bandes qu'elle devait porter autour de sa poitrine pour l'aplatir et faciliter le combat. Sans se départir de son sourire, le Harloi continua.

     ▬ Il s'imagine peut-être qu'il réussira à faire obéir les autres hommes comme ça, mais il se trompe complètement, je ne compte pas me montrer plus... Aimable avec un homme comme lui simplement parce qu'il porte son titre. Au pire je ne prendrai pas part à leur attaque sur l'Ouest. Je n'ai pas besoin d'aide pour monter de bonnes attaques. »

     C'était un fait, Sargon avait réussi à monter le coup avec Maura simplement avec quelques informations du Tarbeck et les connaissances de Deirdre couplées à la maîtrise de Yoren. En somme, ce que l'on avait l'habitude de lui reprocher lui apportait toute sa fortune, acheter des informations servait bien, surtout pour faire une aussi belle prise que celle qui séjournait dans la chambre verrouillée du château. Conscient qu'il était en train de railler un « ami » à Elyn, Sargon fut assez surprit qu'elle ne saute pas sur ses jambes pour l'insulter en lui disant de manifester le respect qui lui était dû à leur nouvel amiral. Une dispute ? Elyn était une jolie femme et même si Harald ressemblait davantage à un Kraken qu'à un humain, il pouvait représenter un bon parti pour une Bonfrère de la branche de la jeune femme. Peut-être avaient-ils eu un différent ? Le souvenir d'avoir entendu parler d'une épouse qui lui aurait été offerte revint à l'esprit du capitaine qui profita du moment en tête-à-tête pour la provoquer un peu. Elle ne se privait jamais de lui parler de Helya.

     ▬ Et toi, tu ne fais pas la fête ? J'aurais imaginé que tu serais du nombre, peut-être même en train de fêter ça en tête-à-tête avec notre nouvel amiral, à moins que tu n'éprouves des scrupules à coucher avec un homme à qui l'on a offert une femme tout à fait honorable ? »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 17 Jan 2012 - 7:14

Assise sur le lit comme si c’était le sien, Elyn regardait Sargon alors qu’il se vantait de sa nouvelle proie. Une dame du Val, suivante de Maura Arryn. Ce n’était pas n’importe quelle prise, que du contraire : Sargon avait eu de la chance, presque autant que ce petit marin qui avait réussi à s’emparer d’une Fléaufort. S’il ne l’abîmait pas, il pourrait en tirer une sacrée rançon d’ici peu de temps. A moins qu’il ne décide de se la garder en guise de femme-sel ? C’était peu probable. Si Elyn avait bonne mémoire, le Harloi n’en avait possédé qu’une seule et s’en était rapidement lassée. La noble tiendrait peut-être un peu plus longtemps, comme il le disait, puisqu’elle risquait de tout faire pour survivre et cela aurait le mérite de lui passer le temps, de l’amuser. Il risquait même de l’humilier par simple jeu. A terme, pourtant, il en retirerait moins de satisfaction qu’une bourse pleine de dragons d’or. Elle le savait très bien, elle connaissait Sargon. Elle espérait juste pour lui qu’il n’avait pas encore défloré la pucelle, acte qui avait tendance à lui faire perdre au moins la moitié de sa valeur, si pas tout, issu de certaines familles. Elle se demanda vaguement si sa cible réelle avait été Maura Arryn elle-même et le connaissant, la réponse était oui. Il avait été à deux doigts de déclencher un monstrueux enchaînement d’évènements incontrôlables, une guerre au sens stricte du terme, où tout Westeros se serait ligué contre cet homme seul. Inutile de le relever, il le savait très bien lui-même et sa vanité l’avait empêché d’en tenir compte. Comme toujours…C’était son plus gros défaut. « Harald, il n'y a que lui qui peut se réjouir d'un titre, comme si les titres faisaient de lui un homme plus doué qu'il ne l'est en réalité. Je n'imagine même pas le jour où il héritera de son rang de lord, il ne se sentira plus pisser et deviendra encore plus condescendant que le Dieu Noyé en personne. » A sa propre surprise, Elyn ne répondit rien.

En temps normal, elle aurait été révoltée, hors d’elle et aurait remis le Harloi à sa place, en lui disant qu’il devait respect et obéissance complète au nouvel Amiral de Fer, qu’il devait apprendre à rester humble face à ce grand capitaine, qui avait au moins le mérite de suivre l’Antique Voie et de pouvoir ainsi se qualifier d’homme véritable. Elle l’aurait même frappé, et les choses auraient dégénéré. Pourtant, Elyn ne bougea pas d’un pouce, se contentant de regarder le mur, l’air pensif alors qu’elle était très attentive au moindre mot de son interlocuteur. Elle avait beau ne pas totalement partager son opinion, l’alcool, la frustration et le chagrin biaisaient son jugement. Elle n’avait plus envie de prendre sa défense, sa nouvelle femme n’avait qu’à s’en charger. Ou Deirdre, puisque son ancienne amie aimait tellement la couche du Trompe-La-Mort. A croire qu’il passait dans le lit de toutes les femmes, sauf le sien. Ce n’était peut-être pas si mal, quand elle y réfléchissait…
Le problème étant qu’elle ne parvenait pas à y réfléchir.
La voix de Sargon s’approcha et son corps apparut juste à côté du lit, ses yeux rivés un peu plus bas que son visage. Elle ne dit rien. S’il trouvait son plaisir à regarder une poitrine serrée, étouffée, dans des bandes blanches dissimulant du même coup les marques de couteau laissées par Edric Estremont lorsqu’il les lui avait arraché, libre à lui. Il les avait déjà vu, de toute façon et le mot pudeur était inconnu au vocabulaire de la fer-née. « Il s'imagine peut-être qu'il réussira à faire obéir les autres hommes comme ça, mais il se trompe complètement, je ne compte pas me montrer plus... Aimable avec un homme comme lui simplement parce qu'il porte son titre. Au pire je ne prendrai pas part à leur attaque sur l'Ouest. Je n'ai pas besoin d'aide pour monter de bonnes attaques. » Leur attaque sur l’Ouest ? Elyn fronça les sourcils. Il était fort probable qu’elle ai raté quelques petits détails, compte tenu du fait qu’elle revenait seulement du continent et n’avait pas vraiment laissé le temps à son père de lui annoncer une autre nouvelle désagréable. Elle était rapidement repartie et s’apprêtait même à lancer une attaque sur le Nord. Lui avait-on fais parvenir un message, resté à la forteresse Shatterstone ? Ou le Trompe-La-Mort avait-il décidé qu’une femme dans ses rangs n’était plus utile ? Elyn serra le point, toujours silencieuse. Elle n’avait pas non plus besoin d’aide pour monter de bonnes attaques, même si sa technique n’était pas approuvée par tous, elle avait porté ses fruits et lui donnait grande satisfaction. Le Nord lui semblait de plus en plus être un endroit charmant…Son hostilité parfaitement assortie à l’humeur de la Bonfrère. « Et toi, tu ne fais pas la fête ? J'aurais imaginé que tu serais du nombre, peut-être même en train de fêter ça en tête-à-tête avec notre nouvel amiral, à moins que tu n'éprouves des scrupules à coucher avec un homme à qui l'on a offert une femme tout à fait honorable ? » Elle n’eut pas conscience de l’éclair de souffrance qui venait d’apparaître dans ses yeux, encore moins de son poing qui s’éleva en même temps que son corps pour s’abattre sur le visage du Harloi. Hélas, l’angle était mauvais et la où elle avait voulu lui casser le nez, il écoperait seulement d’une sale ecchymose. « Tu me prends pour sa catin, ou pour sa femme-sel ?! » s’exclama-t-elle, furieuse et à la fois humiliée en se rendant compte de la réalité. Rien qu’une fois, elle aurait voulu que cet homme, son obsession depuis son plus jeune âge, puisse la regarder comme une femme, là où tous la voyaient comme un homme. Elle aurait voulu que tout soit différent, elle aurait voulu, peut-être, elle qui détestait pourtant l’idée du mariage, être à la place de cette misérable nobliaude qu’on lui offrait avec le titre d’Amiral de Fer. Elyn appartenait à une branche mineure de la famille Bonfrère et n’avait pourtant pas à espérer ce genre d’arrangements, mais elle avait simplement voulu que le Trompe-La-Mort puisse être plus qu’un simple partenaire. Elle se souvenait de son état de rage, de la blessure infligée, lorsqu’elle avait appris son aventure avec Deirdre –son unique amie d’ailleurs- la poussant ainsi dans les bras de Sargon. Rien n’avait changé, entre temps. Sauf elle, devenue plus stupide, plus pitoyable, à répéter le même schéma. Comme si le Harloi était un homme digne, comme s’il était celui qu’elle avait désiré. Un rêve d’enfant qui se brise…Un modèle qui s’évapore. Désormais, comme Aurane, il était mort pour elle et la fer-née perdait ses repères. C’était un deuil, elle le savait. Hors de questions de continuer comme si de rien n’était.

Elle s’était immédiatement jetée sur le Harloi, juste après lui avoir asséné ce coup. Peut-être ne s’y attendait-il pas, ou peut-être que si, toujours est-il qu’ils tombèrent tous les deux sur le sol et qu’elle chercha un semblant d’équilibre pour le frapper à nouveau. « Je ne suis pas une de vos garces à qui vous retroussez les jupes quand bon vous semble, tu vas te l’enfoncer dans le crâne ou je dois m’y coller à la hache ?! » Même si Elyn ne portait que Faucheuse à la ceinture ainsi qu’une de ses lames, la seconde étant restée dans la clairière. Elle l’avait oubliée en partant, quand le petit noble de l’orage avait finit par s’endormir. Depuis deux jours, elle se disait que peut-être elle n’aurait pas du bouger de la, que peut-être elle aurait du rester et attendre, tout valant mieux que cette situation. Elle se sentait pitoyable, avait mal aux yeux et l’alcool ne faisait que décupler ses émotions, ses réactions, toutes plus violentes les une que les autres. Le Harloi parvint à la retourner, pour prendre le dessus mais elle continuait à gigoter et à lui donner des coups de pied, même s’ils n’avaient pas assez de puissance pour être réellement douloureux. « Je ne suis pas une femme ! » Presque un cri de désespoir. Non, elle n’était pas une femme mais tous les hommes autour d’elle semblaient croire le contraire, malgré ses efforts pour faire oublier son sexe. Peut-être étais-ce parce que malgré tout, Elyn avait le visage damné de sa mère si belle, avait le corps d’une femme, l’attrait d’une femme et un caractère peu commun. Rien n’avait pourtant jamais suffit. Je ne suis pas une femme. Elle aurait voulu, oui, tout aurait été bien plus simple.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 17 Jan 2012 - 15:00

     La réaction de Elyn fut instantanée, pour être franc, Sargon ne s'y attendait pas tout, il n'avait jamais imaginé pouvoir provoquer la rage de la demoiselle juste en prétendant qu'elle couchait avec Harald. Le coup de poing qu'elle lui expédia n'était pas assez bien orienté pour lui briser le nez - heureusement d'ailleurs sans quoi il aurait réagi bien moins gentiment - mais assez pour le déstabiliser momentanément. Ainsi, lorsqu'elle se jeta sur lui après lui avoir hurlé dessus, le Harloi ne réussit pas à résister et se laissa entraîner par terre où la Fer-née commença à le frapper à nouveau. L'endroit où Elyn l'avait touché l'élançait et il se récolterait certainement un beau bleu d'ici quelques heures, rien de bien gênant finalement, du moment que personne ne savait qu'il venait de la belle. Si elle avait réussi à le prendre par surprise une première fois, il ne se laissa pas faire une seconde fois. Alors qu'elle le martelait de ses poings dans l'espoir de lui faire mal en se défendant d'être une femme à qui l'on remontait la jupe dès que l'envie s'en faisait sentir, il en profita pour prendre le dessus. Donnant un coup sur le côté pour la déstabiliser, Sargon pivota légèrement pour prendre le dessus et se retrouver dans une position de force vis-à-vis de la jeune femme qui continua de se débattre comme un poisson hors de l'eau. Décidément, cela devenait une habitude ! Déjà Deirdre qui l'avait agressé de la sorte la dernière fois qu'ils étaient venus dans sa chambre, il semblait destiné à provoquer la colère des femmes ! Faisant presque écho à ses pensées, la belle se défendit d'être une femme alors qu'elle essayait toujours de le repousser, mais quelque chose dans son ton indiqua à Sargon qu'elle n'était vraiment pas la Elyn qu'il connaissait. Son regard contempla un bref moment le visage de celle qui avait partagé quelques instants d'intimité avec lui il y a de cela plusieurs semaines, voir même mois, puis lui bloqua les bras pour qu'elle cesse de se débattre.

     ▬ Si. Tu es une femme. »

     Il ne se moquait pas d'elle, son ton n'était pas arrogant ou moqueur, au contraire. Sargon bloqua tant bien que mal les jambes de la jeune femme pour qu'elle se calme un peu, il n'avait pas envie de se ramasser un coup mal placé pour avoir essayé de l'apaiser un peu tout de même. Elle n'était pas dans son assiette, il n'y avait pas besoin d'être devin pour le remarquer, allongés qu'ils étaient par terre alors que la jeune femme luttait pour se libérer, ils n'avaient pas l'air franchement en accord. Sargon remonta rapidement quelques minutes en arrière dans son esprit, c'était le fait de parler de Harald qui avait déclenché cela et l'idée qu'elle puisse coucher avec lui. Les yeux du capitaine passèrent du visage de la Fer-née qu'il maintenait bloquée, à son cou, puis il descendit encore avant de reporter son regard sur ses yeux. Elle était une femme, il n'y avait pas le moindre doute à ce sujet, une très belle amante qui plus est, mais pourtant cela ne semblait pas lui convenir. L'idée que Harald puisse l'avoir repoussée et ne jamais avoir désiré la posséder lui semblait impossible, même si Trompe-La-Mort n'était pas aussi amateur de femmes que lui, il avait été avec Deirdre qui n'était pas si différente de Elyn physiquement parlant. En tous les cas, même s'il ne parvenait pas à comprendre tout ce qu'elle pouvait bien avoir à l'esprit, Sargon voyait là l'occasion idéale de se rapprocher de la jeune femme en apprenant ses obscurs secrets. C'était toujours quelque chose d'exploitable plus tard s'il avait un jour besoin d'elle.... Toujours aussi opportuniste, il décida de se faire passer pour le bon samaritain désireux de l'aider. Alors qu'elle était encore immobilisée, il profita de la position dans laquelle ils étaient et de leur proximité pour lui glisser quelques mots à l'oreille.

     ▬ Je ne te comprends pas, pourquoi est-ce que tu refuses ce que tu es ? Tu luttes contre toi-même en plus de lutter contre les autres, je ne sais même pas comment tu fais pour résister depuis si longtemps.... »

     Même s'ils étaient dans une position qui lui donnait l'occasion de pouvoir profiter d'elle, le Harloi n'en faisait rien, il gardait simplement ses bras immobiles pour éviter qu'elle ne se défende avant qu'il ne puisse l'avoir au moins un peu apaisée. Elle était tourmentée, cela se voyait rien qu'au regard qu'elle avait et Sargon était passé maître dans l'art de profiter de la faiblesse des gens. Il inspira légèrement, observant le visage de la jeune femme certainement troublée par les vapeurs de l'alcool, puis enchaîna d'un ton bas. Presque un murmure, une voix caressante comme s'il cherchait à la rendre plus docile.

     ▬ Tu es une belle femme, tu peux avoir ce que tu désires, mais tu refuses de te servir de ce que tu as. Ce serait comme de posséder une épée en acier Valyrien et de se contenter de l'épée en bois pour l'entraînement. »

     Elle était une guerrière, parler d'armes et de combat lui serait plus utile que d'utiliser d'autres comparaisons. Il relâcha doucement la pression sur ses jambes pour qu'elle puisse de mouvoir un peu, restant quand même sur ses gardes au cas où elle déciderait de lui expédier un coup de genou entre les jambes. Sargon ne tenait pas à terminer la soirée à se tordre de douleur sur son lit parce qu'une garce lui aurait fait comprendre qu'elle n'avait pas besoin de son aide. Travailler le fer tant qu'il était encore chaud, la main de Sargon se desserra doucement alors qu'il libérait son bras pour laisser glisser le sien à côté d'Elyn tout en continuant son petit discours, espérant toucher son but et ne pas parler en vain.

     ▬ Ce serait comme si moi je laissais tomber mon arrogance et ma vanité pour aller baiser les pieds de Dagon ou Harald, pourquoi est-ce que tu te plies devant eux alors que tu peux avoir ce que tu veux, si tu décides de te servir de ce que la nature t'as donné ? »

     Il était vrai que le jeune homme n'avait jamais négligé sa propre personnalité, certes il était détesté par la majeure partie de ses alliés et il savait que l'autre moitié attendait avec impatience de voir le jour de sa mort arriver, mais à côté, sa maison était riche et ses marins heureux. Il fallait faire des choix, Elyn ne pouvait être femme et combattante à la fois, ou alors elle perdrait une partie des talents qu'elle avait et passerait plus de temps à brasser à contre-sens du courant. C'était comme de lutter contre des vagues, un seul faux geste et elle se retrouverait noyée sans possibilité de s'en sortir, à moins qu'une âme charitable ne lui tende la main pour l'en sortir. Oh, bien évidemment si elle se retrouvait à être détestée comme lui, elle ne serait pas mieux lotie, mais la beauté était une qualité qui était rarement repoussée par les hommes. Si Sargon était né femme, il aurait été apprécié à sa juste valeur. La main de Sargon qui gardait encore le bras de Elyn prisonnier, lâcha finalement sa prise alors qu'il recula légèrement pour permettre à la demoiselle de se dégager si elle le souhaitait, mais sans pour autant s'éloigner trop. Il la laissait décider de ce qu'elle voulait faire en somme. Le regard mordoré du capitaine ne la quittait pas.

     ▬ Même habillée comme un homme, on verra toujours ta féminité, si au lieu de la repousser et de te battre contre elle tu apprenais à la maîtriser, tu pourrais faire ce que tu veux des hommes. Elyn, il n'y a rien de dégradant à savoir utiliser ce que la nature t'as si aimablement donné et si tu prenais la peine de te voir comme je te vois, tu comprendrais qu'aucun homme ne pourrait te résister. »

     Il la flattait, mais c'était sincère, bien qu'il forçait le trait pour qu'elle se sente revigorée. Elyn était belle, elle était féminin et désirable. Les hommes n'aimaient pas tous devoir remonter la jupe d'une femme qui ressemblait à s'y méprendre à leurs marins, ils aimaient les femmes qui étaient pleinement conscientes de leur féminité. Aux yeux du Harloi, une personne qui savait maîtriser ses charmes étaient bien plus redoutable qu'une femme qui voulait faire croire qu'elle était un homme. Parce que malheureusement pour elle, c'est une chose qu'elle ne serait jamais, même avec toute la bonne volonté du monde.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 17 Jan 2012 - 20:05

Elyn se débattait comme une furie, refusant le poids sur son corps, elle continuait à essayer de le griffer mais il lui prit les mains et l’empêcha de bouger, appuyant son poids dessus. Il s’arrangea également pour qu’elle ne puisse plus lui mettre de coups de pied, la laissant sans défense, furieuse et avec une terrible impression de déjà vu bien que la dernière fois, elle se trouvait face contre terre et les fesses relevées. Prise d’une sorte de folie, de torpeur inexplicable, la fer-née avait envie de se battre, de faire couler le sang pour évacuer ces émotions qu’elle n’assumait pas, qu’elle ne contrôlait pas. Sargon l’avait titillé sur l’unique sujet sensible et à présent, il parachevait son humiliation. Elle ne supportait pas être rappelée à l’ordre sur la différence de force physique entre un homme et elle-même. La fer-née avait de nombreuses qualités mais sur le physique pur, elle ne pouvait surpasser un homme de la stature du Harloi, ce qui achevait de la mettre hors d’elle. « Si. Tu es une femme. » Elle allait lui cracher au visage mais le ton qu’il avait utilisé l’en empêcha. Sargon aurait du continuer à la chercher, la mettre hors d’elle, la faire devenir folle. Hors, non. Il était calme, même pas arrogant. Elyn fut suffisamment choquée pour arrêter de lui mettre des coups, se figeant presque. Il se pencha vers elle, pour aller murmurer à son oreille, appuyant ainsi le poids de son corps sur sa propre poitrine. Il n’était pourtant pas encombrant ou trop pressant. Il ne cherchait pas à la cuisser. « Je ne te comprends pas, pourquoi est-ce que tu refuses ce que tu es ? Tu luttes contre toi-même en plus de lutter contre les autres, je ne sais même pas comment tu fais pour résister depuis si longtemps.... » La réponse était simple et il le savait aussi bien qu’elle. Ils évoluaient dans un monde où les femmes n’étaient pas justement reconnues. Elyn était la première à dire que la plupart ne valaient pas le détour mais certaines, comme elle, comme sa sœur, même comme Helya Botley, étaient dignes d’intérêts. Elles étaient des guerrières, de bonnes capitaines, mais les hommes continuaient à mal les considérer, à juger chacun de leurs gestes. On n’approuvait pas les méthodes utilisées par Elyn lors de ses razzias, on trouvait à y redire alors qu’elle se montrait plus courageuse que n’importe quel fer-né en se mettant en danger pour récolter un maximum d’informations. Elle empêchait ses hommes de mourir bêtement et leurs offrait un beau butin par la même occasion, que demandaient-ils de plus ? Elle était respectée par son équipage, aimée même, comme ils avaient aimé sa sœur. Sous certains aspects, elle se sentait proche de Sargon malgré elle : Lui aussi était un proscrit, on le considérait mal parce qu’il ne suivait pas l’Antique Voie. Elle, c’était à cause de son sexe. Si elle se mettait à en user comme d’une arme, elle perdrait toute la crédibilité durement acquise et ne deviendrait qu’une proie à baiser au détour d’un chemin pour le premier attardé venu. Elle n’avait pas envie d’être une femme, en réalité. C’était aussi simple que ça…Et oui, d’un certain côté, elle était lâche. La condition d’homme était plus facile à assumer pour elle. « Tu es une belle femme, tu peux avoir ce que tu désires, mais tu refuses de te servir de ce que tu as. Ce serait comme de posséder une épée en acier Valyrien et de se contenter de l'épée en bois pour l'entraînement. » Il lui lâcha le bras et elle n’en profita pas pour le frapper, étrangement passionnée par ce qu’il lui disait. Elle sentait son corps tendu au dessus d’elle, comme dans l’attente d’une attaque surprise. Intérieurement, elle sourit. Pas tant pour la métaphore utilisée, non. Elle avait bien compris ce que Sargon voulait dire mais ne l’acceptait pas. Si elle devenait une femme capitaine au lieu de l’homme qu’elle était censée être, elle savait d’avance qu’elle ne vaudrait plus rien. Comment avait été Aurane, sur ce point ? Elyn l’ignorait. « Ce serait comme si moi je laissais tomber mon arrogance et ma vanité pour aller baiser les pieds de Dagon ou Harald, pourquoi est-ce que tu te plies devant eux alors que tu peux avoir ce que tu veux, si tu décides de te servir de ce que la nature t'as donné ? » Elle lui lança un regard noir. Elle ne pliait devant personne, simplement, elle respectait le titre du seigneur des îles tout comme elle respectait celui d’Amiral de Fer, malgré la rancœur qu’elle éprouvait à son égard. On l’avait élevée ainsi et elle suivait les pas de sa sœur : Aurane l’aurait respecté, pourquoi pas elle ? Certes, sa nature profonde et ses rêves enfantins la dirigeait vers une autre voie, celle où les titres n’étaient rien, celle où être une Bonfrère issue d’une branche mineure ne cantonnait pas sa destinée à être simplement capitaine d’un petit boutre et d’une cinquantaine d’hommes. Ce qu’elle était et ce qu’elle se forçait d’être étaient en train de livrer bataille en elle, aidée par l’alcool, par tout, en fait. Tous les évènements accumulés depuis des mois. Elle se laissait manipuler, même si au fond elle savait que Sargon cherchait sans doute quelque chose dans son entreprise. La consoler ? Elle en doutait fortement. Pourtant elle le laissa faire, consciente d’en avoir besoin. « Même habillée comme un homme, on verra toujours ta féminité, si au lieu de la repousser et de te battre contre elle tu apprenais à la maîtriser, tu pourrais faire ce que tu veux des hommes. Elyn, il n'y a rien de dégradant à savoir utiliser ce que la nature t'as si aimablement donné et si tu prenais la peine de te voir comme je te vois, tu comprendrais qu'aucun homme ne pourrait te résister. » Il en faisait un peu trop mais elle ne lui répondit pas immédiatement. Elle ne voulait pas d’une réussite basée sur ses fesses et sa capacité à s’en servir. Elle voulait devenir guerrière comme si elle était un homme : par le sang, par les larmes, par les batailles. A la poursuite d’un idéal plus grand, sans doute trop grand, la fer-née occultait depuis toujours ce côté femme qui s’était exacerbée au cours de la semaine écoulée. D’abord durant son aventure avec le noble orageux, ensuite avec son retour sur le Vieux Wyk et la douleur provoquée par des sentiments qu’elle pensait mort ou occultés avec le temps. Elle avait eu tout faux, s’était trompée…Idiote.

Sargon avait fini par la lâcher et elle était libre de ses mouvements. Toujours au sol, il se tenait au dessus d’elle et elle décida de ne pas bouger. « Je ne cherche pas la facilité. » Mensonge ! C’était exactement le chemin qu’Elyn avait choisi en préférant être un homme. Cette condition lui était plus facile à vivre. Elle tourna la tête vers le visage de Sargon. Ils étaient assez proche l’un de l’autre, si bien qu’elle pu observer une rougeur à l’endroit où elle l’avait frappé. Le sang manquait cruellement. « Je n’ai pas besoin d’offrir mon con pour être une guerrière digne de ce nom, je n’ai pas besoin d’user de bassesses pour être reconnue au delà d’un sang soi-disant noble. Tu craches sur les titres, et bien moi aussi. Je ne suis pas lady Bonfrère, je suis une femme qui a choisis de devenir un homme pour… » Elle s’arrêta nette au milieu de sa phrase et un sourire s’étira le long de ses lèvres. Elle regardait toujours Sargon. « Peu importe. » Elle n’avait aucune envie d’ouvrir son coeur à cet homme. Même s’il lui avait rendu service et continuait en ce moment même, elle le savait insensible et dangereux. Lui confier des secrets ? Et pourquoi pas monter sur une table, dans une salle pleine, et les hurler à tout qui veut bien l’entendre ? Même saoule, Elyn possédait un instinct de conservation assez développé. « Les femmes n’ont pas droit au respect. Tu n’as toi-même aucun respect pour les femmes, je le sais, je te connais. Tu n’as de respect pour personne en réalité… » La main de la fer-née se posa sur la hanche de Sargon et descendit. Elle caressa ses fesses, comme si elle n’y prenait pas garde. En réalité, elle était concentrée. Sa main glissa alors jusqu’à sa cuisse, pour remonter ensuite entre ses jambes. Elle effleura son intimité. « N’essaie pas de me faire croire que tu auras du respect pour moi si je te fais bander. » Elyn souleva un peu son buste et s’approcha de l’oreille de Sargon. Elle baissa le ton, pour murmurer : « Tu vas me prendre, je vais aimer et tu vas t’imaginer avoir le dessus, avoir le contrôle, être supérieur à moi. Tu vas penser que tu peux m’avoir n’importe quand… » Au moins toi, tu me veux. Pensée douloureuse. Elle essaie de l’enfouir au fond d’elle-même. Sa main est toujours entre ses jambes, elle la bouge un peu, comme si elle cherchait à l’exciter. « Et qu’y gagnerais-je ? Rien. Rien du tout…A choisir, je préfère ne rien gagner et pouvoir encore me regarder dans une glace. » Elle ment. Depuis deux jours, elle aurait préféré être une femme, peut-être passer pour une fille facile mais avoir obtenu ce qu’elle avait tant convoité. Elle était certaine qu’il avait suffit d’un rien à Deirdre, d’une œillade incendiaire, d’un sous-entendu, d’un frottement…Une toute petite chose, qu’Elyn n’avait jamais faite. Elle écartait les cuisses lorsqu’il était trop tard, lorsqu’elle devait passer sa frustration, lorsqu’elle devait oublier, lorsque c’était malsain.
Une boule dans la gorge, elle sait que ses yeux tremblent mais elle retient la larme qui désire se frayer un chemin sur ses joues. Elle ne regarde plus le Harloi dans les yeux, non. Elle fixe un point, quelque part sur son torse habillé et sa main ne bouge pas. Elle semble être en attente d’un changement, de quelque chose. Elle veut qu’il réagisse, qu’il la secoue, la bouscule. Elle a besoin qu’il gèle son cœur, ou du moins…Le fasse cesser de battre si fort.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 18 Jan 2012 - 14:52

     La jeune femme avait semblé s'apaiser et devenir plus docile comme s'il l'avait maîtrisée, même si Sargon doutait que ce soit la véritable raison de son calme soudain. Peut-être qu'il avait touché une corde sensible, peut-être tout simplement était-elle épuisée de se débattre sans cesse, ou peut-être avait-il simplement trouvé les mots justes ? Le jeune homme n'aimait pas manipuler les femmes, elles étaient toujours imprévisibles et prompts aux changements soudain, il n'y avait qu'à voir Deirdre, elle était si versatile que des fois le Harloi craignait les faux-pas, même s'il n'en montrait strictement rien aux autres bien évidemment. Elyn pouvait aussi bien décider d'exploser en entendant ses paroles que de se laisser calmer comme un animal trop énervé, il restait sur ses gardes bien que son masque de neutralité laissait croire qu'il était absolument sûr de lui. La jeune femme ne bougeait pas comme si elle voulait lui prouver qu'elle n'avait pas peur de lui, mais elle devait savoir qu'avec un homme comme Sargon, mieux valait ne pas s'aventurer trop loin dans cette direction sans quoi elle risquerait de le regretter. Les yeux mordorés du capitaine de la Veuve Salée étaient posés sur le minois de la Bonfrère alors qu'elle déclarait ne pas chercher la facilité. Il rigola légèrement, comme s'il ne croyait absolument pas ce qu'elle disait et c'était d'ailleurs le cas. La facilité n'était pas de vouloir user de ses charmes, mais justement de les repousser en bloc et de jouer les brutes de décoffrage pour pouvoir impressionner les hommes. Elle se fourvoyait, jamais les hommes ne l'estimeraient autant qu'une personne du sexe masculin qui possèderait les mêmes talents qu'elle, les femmes seraient toujours inférieures aux hommes que cela lui plaise ou non. Les hommes possédaient une grande faiblesse et c'était ce que le sexe faible pouvait offrir. Sinon comment expliquer le succès des catins et des femmes-sel ?

     Lorsqu'elle s'arrêta au milieu de sa phrase il se contenta de la regarder fixement, elle devait certainement être assez sobre pour se rendre compte qu'elle était en train de lui parler à lui et non à une personne de confiance. Oh, le jeune homme était quelqu'un de digne de confiance du moment qu'il s'agissait de ne pas ébruiter les secrets, mais il profiterait de ces mêmes secrets pour manipuler le malheureux qui oserait lui confier ses obscurs secrets tout simplement. Elyn le connaissait, un peu trop bien à son goût d'ailleurs. Lorsqu'elle déclara qu'il n'avait pas le moindre respect pour les femmes, il sourit légèrement, il était plus vrai de dire qu'il n'en avait pour personne en effet, même les gens qui étaient proches de lui comme Deirdre ou Yoren. Personne ne comptait, mis à part lui. Sargon observait un silence parfait comme s'il était devenu muet, mais il ne voulait pas l'interrompre alors qu'elle déversait un flot d'informations qui pouvaient être utilisées. Lorsqu'il sentit la main de la demoiselle se poser sur lui pour glisser vers le bas, il la fixa droit dans les yeux, la mettant au défi de continuer et d'oser aller jusqu'au bout, elle savait qu'elle jouait avec le feu et il fallait faire attention de ne pas se brûler les doigts dans ces moments. Elle le provoquait en profitant de leur proximité pour essayer de lui prouver quelque chose, ou de se prouver quelque chose à elle-même, mais il aurait été bien incapable de dire ce que c'était. Elyn ne laissait pas le capitaine indifférent, c'était un fait et ce depuis leur première rencontre, sans quoi jamais il n'aurait accepté de passer un moment avec elle, mais ce n'était pas comme ça qu'il avait envie de la posséder, pas sans avoir réussi à la manipuler convenablement auparavant. Elle était étrange, il n'arrivait pas à la cerner et son regard fuyant indiquait qu'elle pensait à aitre chose, devait-il mettre cela sur le compte de l'alcool ? Peut-être pas. Le capitaine dégagea sa main posée à côté de la jeune femme pour la glisser vers son minois et lui tourner le visage de manière à ce qu'elle lui fasse face.

     ▬ Mais si justement, tu as tout à y gagner, sauf que tu ne vois pas les choses sous le bon angle. »

     Ils se ressemblaient d'un certain côté et Sargon avait envie de la pousser à changer son mode de fonctionnement. Elle pourrait devenir redoutable si elle prenait conscience de tout ce dont elle disposait, mais encore fallait-il que ce soit quelque chose que la jeune femme désire. Il suffisait de voir ce que Deirdre faisait avec ses charmes, qui disait séduction ne disait pas forcément catin, c'était la différence entre une véritable séductrice et une fille légère. Après l'avoir fixée quelques instants dans les yeux, Sargon approcha son visage de celui de Elyn pour laisser ses lèvres frôler celles de la jeune femme, leur première nuit ensemble n'avait pas été particulièrement débordante de sentiments, ils étaient simplement deux adultes consentants qui profitaient d'un bon moment ensemble, pas deux amants qui se connaissaient. Il manquait quelque chose. La passion, cette passion qui séduisait tellement le Fer-né, au point qu'il puisse des fois en oublier la prudence. Le frôlement de lèvres ne se changea pas en baiser, il se contenta de glisser son visage sur le côté pour pouvoir souffler quelques mots à l'oreille de la demoiselle.

     ▬ La différence entre une guerrière et une catin, c'est que la combattante est capable de provoquer l'envie, mais sans pour autant donner quoi que ce soit. Les catins ne sont que des femmes soumises qui répondent aux désirs des hommes, est-ce que tu sais ce que peut faire un homme pour obtenir une femme que se refuse à lui ? »

     Il le savait. C'était ce qui le poussait à vouloir Helya Botley d'ailleurs. Elle se refusait à lui alors qu'il n'avait qu'à claquer des doigts pour que d'autres acceptent tout ce qu'il voulait. Une femme qui lui glissait entre les doigts étaient tellement plus savoureuse, elle hantait les pensées, les rêves, les moments de réflexion, il se demandait souvent comment faire pour convaincre la capitaine de l'Amazone de céder à ses avances. Mais là, ce n'était que par désir de gagner une bonne position, non pas désir physique, inutile de préciser que si une femme qu'il rêvait de faire sienne et de posséder lui échappait sans cesse, il se montrerait bien plus prompt à l'avoir. Une guerrière qui savait manipuler les hommes pourrait devenir une alliée de choc. Encore fallait-il qu'elle ne décide pas de faire de même avec lui. Il était un peu stupide de la convaincre d'allumer un homme sans lui donner ce qu'il voulait alors qu'elle était en train de jouer avec lui et que sa main semblait promettre de belles choses pour la fin de journée. Seulement s'il devait sacrifier un bon moment avec elle pour avoir encore plus, ma foi c'était bien peu cher payer. Sargon recula légèrement, juste assez pour que son visage se retrouve à quelques centimètres de celui de la Bonfrère, puis il continua sa tentative de manipulation.

     ▬ Je ne respecte pas les femmes, parce que toutes celles que je connais ne sont que des guerrières sans féminité ou des catins prêtes à écarter les cuisses dès que j'en fais la demande. Mais une vraie femme, je ne saurais dire, je n'en ai encore jamais rencontré. »

     Ce n'était pas totalement vrai, il en avait déjà croisé plusieurs fois, mais ce n'était pas la chose à dire alors qu'il essayait de la pousser dans cette direction. Elle était tourmentée et il n'arrivait toujours pas à comprendre la véritable raison de ce trouble, cela le frustrait et l'interloquait à la fois. Elyn avait clairement manifesté une profonde apathie à son égard depuis qu'ils avaient appris à se connaître et il n'avait pas d'explication au fait qu'elle débarque dans sa chambre pour le frapper avant de lui faire des avances alléchantes. La différence entre le Harloi et les autres Fer-nés était qu'il pouvait repousser une femme si elle ne lui paraissait pas claire. Oh, il serait frustré, mais la frustration était son lot quotidien et face à l'amusement de voir une femme outrée d'être repoussée, il s'en tirait plutôt bien au final. Mais il ne la repousserait pas, ce serait à elle de le faire, quitte à ce qu'elle s'imagine avoir blessé son égo, cela lui donnerait encore moins le sentiment d'avoir été manipulée. Le but était après tout de réussir à la pousser dans une direction sans qu'elle comprenne qu'il avait réussi ce qu'il voulait. Sargon décida donc de passer à l'action, entrer dans le vif du sujet pour qu'elle s'imagine qu'il n'avait pas obtenu ce qu'il voulait. Un sourire arrogant se dessina sur ses lèvres alors qu'il répliquait.

     ▬ Mais tu as finalement raison, tu es une guerrière et pas une séductrice, je ne vais pas essayer de te changer, j'imagine que tu ne dois pas être taillée pour ce rôle.... »

     De la provocation pure et dure, elle allait certainement réagir instantanément et le repousser, du moins c'était ce qu'il espérait. Histoire de donner plus de raisons à la jeune femme de le repousser, le Fer-né glissa sa main sur les hanches de la jeune femme pour la caresser sans aucune gêne comme si elle n'était rien de plus qu'un moment de plaisir à venir. Elyn n'allait certainement pas apprécier qu'il la traite de la sorte, mais elle l'avait cherché au final avec sa main baladeuse. Le visage de Sargon avança légèrement alors qu'il laissait ses lèvres frôler la peau de la jeune femme au niveau du cou et en éprouver la douceur. Il descendit petit-à-petit comme s'il comptait atteindre un but bien précis, laissant de temps en temps sa langue caresser la peau de la jeune femme. Lorsqu'il voulait quelque chose, Sargon était prêt à tout pour l'obtenir et il mettait du cœur à l'ouvrage, même si pour cette fois-ci ce n'était pas si compliqué que cela.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 18 Jan 2012 - 16:24

La main du Harloi vint caresser sa joue pour la tourner, la forcer à le regarder de nouveau. La main d’Elyn était toujours entre les jambes de son interlocuteur, comme bloquée. Indécise ? Non, c’était autre chose. Ecarter les cuisses ne la dérangeait pas, dans l’immédiat, elle était même certaine que cela l’aiderait à trouver ce qu’elle recherchait, à savoir le calme et la satisfaction d’avoir souillé une bonne fois pour toute ce qu’elle avait pu éprouver pour Harald. Coucher avec l’homme qu’il ne pouvait supporter, l’homme sur lequel il n’hésitait pas à se répandre en critique, voilà ce qui lui semblait la solution la plus judicieuse. A l’identique de leur toute première fois ensemble, quelques mois plus tôt. Combien exactement ? Elyn avait oublié. Le temps passait différemment en mer.
Sa main était la, elle bougeait mais ne faisait rien de plus. Elle n’essayait pas de la passer sous les chausses du fer-né pour en sortir ce qui l’intéressait, elle ne se frottait pas contre lui, n’essayait pas de l’allumer. Elle le touchait simplement comme dans l’attente du déclic. Une caresse, appuyée certes, loin d’être subtile et qui le faisait réagir. Physiquement, il était en condition. Il suffisait à Elyn de se laisser faire…Sauf qu’elle avait besoin d’une espèce de passion, peut-être de brutalité. Besoin d’un choc assez sévère pour la faire redevenir elle-même. « Mais si justement, tu as tout à y gagner, sauf que tu ne vois pas les choses sous le bon angle. » Il se pencha un peu plus sur elle et effleura ses lèvres. Elyn sentait son souffle chaud caresser son visage et ferma les paupières une seconde. Elle avait eu envie d’un autre souffle, pourtant elle devrait se contenter de celui-ci. Elle sentait que les choses seraient différentes cette fois-ci, elle appréhenderait mieux, oublierait plus facilement. Si elle parvenait à le provoquer habilement, elle aurait même droit à la brutalité recherchée. Un frisson la parcourut mais il n’alla pas au bout, laissant sa tête glisser jusqu’à son oreille pour lui murmurer : « La différence entre une guerrière et une catin, c'est que la combattante est capable de provoquer l'envie, mais sans pour autant donner quoi que ce soit. Les catins ne sont que des femmes soumises qui répondent aux désirs des hommes, est-ce que tu sais ce que peut faire un homme pour obtenir une femme que se refuse à lui ? » Un éclair de compréhension passa, à travers ce regard qu’elle essayait de laisser neutre.

La tourmente, elle voulait la faire disparaître mais savait qu’elle ne s’y prenait pas très bien. Ce qu’il y avait de plus frustrant, c’était que le Harloi avait raison. Il y avait bel et bien une différence, qu’Elyn n’avait pas saisis plus tôt. Soit elle était trop saoule, soit simplement trop peu subtile. Si on pouvait la qualifier de bonne actrice, il lui semblait parfois être aveugle. Elle voyait pourtant bien que Sargon essayait de la pousser à aller quelque part mais ne comprenais pas où, surtout pas après cela. S’il cherchait à coucher avec elle, il ne lui aurait pas dis cela, meilleur moyen pour qu’elle ne s’exécuter pas. Esprit de contradiction…Elyn tout craché. Sargon recula son visage, se redressant pour la regarder, mettant plus de distance entre eux qu’il n’y en avait eu jusque la. Les centimètres lui semblaient lieues. Qu’est ce que tu serais prêt à faire, toi ? se demanda-t-elle, prise d’une furieuse envie de connaître la réponse, sentant que cela l’occuperait assez pour l’empêcher de penser. Elle sentit une chaleur familière se frayer un chemin dans son bas ventre. L’excitation, oui, mais celle d’un affrontement prochain ou simplement sexuelle ? « Je ne respecte pas les femmes, parce que toutes celles que je connais ne sont que des guerrières sans féminité ou des catins prêtes à écarter les cuisses dès que j'en fais la demande. Mais une vraie femme, je ne saurais dire, je n'en ai encore jamais rencontré. » Son poing se serra, heureusement ses ongles s’enfoncèrent dans la cuisse du Harloi, bien que le tissu protège du plus gros des dégâts. Quelques secondes plus tôt et elle lui aurait arraché ce qu’il avait entre les jambes et qui avait réagis à son contact. Son autre main se contracta elle aussi, comme un tic nerveux, et elle du s’empêcher de le frapper. Elle savait que cela dégénèrerait trop vite à son goût et qu’elle n’en tirerait pas tout ce qu’elle cherchait alors. Il avait éveillé en elle plus qu’une soif de violence : Elyn voulait jouer, voulait effacer, voulait oublier. Sargon devait remplir son rôle une seconde fois. « Mais tu as finalement raison, tu es une guerrière et pas une séductrice, je ne vais pas essayer de te changer, j'imagine que tu ne dois pas être taillée pour ce rôle.... » Avant qu’elle n’ai eu le temps de réagir, le Harloi avait déjà posé ses mains sur ses hanches, les baladant comme si son corps était sa propriété. Sa bouche vint parcourir son cou, et son souffle chaud lui donna des frissons. Elle sentit le bas de son ventre se contracter et son état de faiblesse était à deux doigts de la faire céder, purement et simplement. Les hommes aiment les catins se dit-elle.
Sauf qu’elle n’en était pas une.

Elyn le laissa s’amuser, sans rien répondre. Ce n’était pas sa première réaction étrange depuis son arrivée, ainsi elle espérait ne pas attirer son attention. Les mains du Harloi la soulevèrent un peu pour toucher ses fesses alors que ses lèvres continuaient leur descendre. Peut-être voudrait-il lui ôter ses bandes et jouer avec sa poitrine, comme l’avait fais le petit continental quelques jours auparavant. Une autre époque, lui semblait-elle. La fer-née se servit d’une main pour caresser le dos de son partenaire et laissa la seconde errer près de son intimité. Elle remonta l’une de ses jambes, la pliant pour épouser les hanches du Harloi. Elle souleva un peu son bassin, pour se frotter, comme si elle voulait le chauffer. « Non, j’imagine que non… » murmura-t-elle en réponse à sa dernière réplique, juste avant de se servir de sa jambe droite pour pousser avec violence et faire s’échanger les rôles. Elyn se retrouva sur Sargon, à califourchon. Ses fesses étaient appuyées contre son intimité et elle avait profité de cet acte pour attraper le manche du couteau qu’elle cachait dans ses bottes. Elle aurait peut-être le loisir de faire couler du sang, finalement. Collant la pointe en métal sur la gorge du fer-né, elle eut à nouveau une impression de déjà vu et ne pu s’empêcher de sourire. « Je me demande dans quelle catégorie tu me places. » murmura-t-elle à son oreille, poussant juste un peu sur la pointe. Question rhétorique. Elle s’était penchée vers lui, lui offrant une vue sur ses seins bandés. Même avec ces précautions, ils restaient visibles car elle avait hérité de la poitrine généreuse de sa mère. Aurane, elle, n’avait aucun mal à passer pour un homme. Elyn était maudite de par sa beauté naturelle. « La catin ou la guerrière ? Mmh… » Elle fit un mouvement des hanches et ses fesses caressèrent son intimité. Elle ne savait pas très bien ce qu’elle faisait, suivant un instinct qu’elle ne connaissait pas. Il lui semblait que la voie était bonne et qu’elle était en train de changer, d’essayer, en vérité. Essayer quelque chose de nouveau et en voir les résultats. Elle allait jouer avec le Harloi et observer ses réactions. Peut-être était-il de lui rendre un encore plus grand service qu’elle n’aurait pu espérer de lui.
Rôdée désormais à ce genre d’exercice, elle ne se laissa pas distraire. Concentrée, ses yeux vert-gris étaient fixés sur ceux de Sargon. « Et toi, Harloi, jusqu’où es-tu prêt à aller pour avoir ce que tu veux ? » souffle-t-elle puis elle se redresse, un peu, sans cesser de l’observer et provoquant ainsi un nouveau frottement du côté de ses fesses. Sa voix était chaude, ses inhibitions semblaient avoir disparu avec l’aide généreuse de tout l’alcool qu’elle avait ingurgité depuis deux jours. La Bonfrère se laissait manipuler, jouait le jeu en pensant y trouver son compte, à terme. Sa méfiance n’était pas endormie, elle l’éclipsait simplement car l’acte qui suivrait sans le moindre doute n’aurait aucune conséquence négative. La honte d’avoir couché avec le Harloi ? Personne n’avait été au courant la première fois. Sa honte personnelle ? Il n’y en avait pas. Elyn ne regrettait jamais ses actes et assumait tout ce que le Destin mettait sur sa route, avec ou sans aide. Ici, elle avait besoin de Sargon pour se reprendre et ce simple fait était étrange, sortait de l’ordinaire. Frustrée, haineuse, elle avait compris où était son intérêt dans cette sombre histoire. Changement. Un mot qu’elle commençait à aimer.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 18 Jan 2012 - 19:19

     Le Fer-né avait bien constaté que certaines de ses paroles ne plaisaient pas totalement à Elyn, la manière dont elle avait resserré son poing le lui indiquait clairement. Mais elle n'était certainement pas venue ici pour se faire brosser dans le sens du poil, sans quoi elle aurait été plus saoule qu'il ne l'imaginait. Inutile de préciser que le capitaine n'était pas vraiment du genre à apprécier flatter l'égo des autres, il ne disait jamais quelque chose qu'il ne pensait pas ou alors uniquement dans le but de manipuler quelqu'un et encore. Sargon était un être arrogant et égoïste, il ne considérait pas les autres comme étant à sa hauteur et ne s'en cachait pas. Elyn le connaissait, c'était d'ailleurs la raison de leurs confrontations, elle ne supportait pas sa vanité et lui se contentait de lui renvoyer les réflexions qu'elle lui offrait. Et pourtant.... Et pourtant elle était venue le voir, lui, pas un autre, pour quelle raison ? Le jeune homme aurait été bien incapable de le dire, loin de soupçonner que le cœur de la guerrière était meurtrit par un homme qu'il détestait cordialement. Imaginer la Bonfrère sensible aux « charmes » d'un homme tel que Harald n'était pas envisageable, quelle femme sensée pourrait vouloir d'un Fer-né aussi... Étrange ? La vision de Sargon était brouillée par sa haine pour le Timbal sans nul doute, mais l'idée que Deirdre puisse être allée chercher du réconfort dans ses bras le débectait à un point qu'il n'aurait jamais envisagé. Bien qu'il n'en était absolument pas conscient, il partageait une certaine frustration avec Elyn et s'il avait été au courant du lien qui l'unissait à son pire ennemi, Sargon n'aurait pas hésité une seule seconde et aurait ôté les habits de la jeune femme sans qu'elle ne puisse protester.

     Mais il crut bien ne pas en avoir besoin, Elyn se montrait on ne peut plus réceptive et l'esprit du Harloi était convaincu qu'elle se laisserait faire comme une gentille jeune femme docile. Ses caresses couplées à la manière dont elle glissait ses jambes sur lui ne laissaient normalement aucun doute dans son esprit, mais il avait oublié qu'il était avec Elyn et non Deirdre. La surprise fut totale lorsque la demoiselle utilisa sa position pour pivoter et reprendre le dessus, chose qui ne plaisait absolument pas au Fer-né qui avait une sainte horreur de ne pas contrôler les évènements qui se déroulaient. Il sentit le contact froid de la lame de la Bonfrère contre sa gorge, décidément elle était la deuxième en quelques mois à tirer une dague de sa poche pour la pointer sur lui. Deirdre lui avait offert une belle entaille sur la joue qui avait mis plusieurs semaines à disparaître, qu'allait faire Elyn ? Il ne comptait pas lui en laisser l'occasion, attendant qu'elle se décide à ôter son arme de sa peau, mais visiblement la belle avait une autre idée en tête. Il esquissa un sourire qui ne semblait absolument pas inquiet lorsqu'elle lui demanda dans quelle catégorie il la plaçait. Une troisième. Elle n'était ni une catin, ni une simple guerrière, du moins plus maintenant. Elyn semblait avoir compris ce qu'il voulait dire, mais était-ce réellement un bien pour un mal ? La suite le lui dirait. Sargon soutint le regard de la belle alors qu'elle lui demandait jusqu'à quel point il serait prêt à aller pour obtenir ce qu'il voulait et la réponse était très simple : jusqu'au bout. Il ne craignait pas la mort. Tout le monde mourait un jour, pourquoi chercher à préserver sa vie si l'on ne faisait rien qui méritait de vivre ? Il rigola légèrement alors que le fessier de la jeune femme réveillait une vague de chaleur dans son bas-ventre. Elle savait comment s'y prendre finalement.

     ▬ Plus loin que toi j'en suis persuadé. »

     Loin de l'effrayer, la présence de celle lame contre sa gorge lui donnait encore plus envie d'obtenir ce qui lui semblait acquis au début de leur discussion. Il leva sa main pour la placer sur la cuisse de la belle de la remonter lentement jusqu'à pouvoir atteindre son fessier musclé par les combats et les entraînements. Le doute n'était pas permis : Sargon préférait les guerrières que les nobles, elles possédaient quelque chose de plus que les filles de bonne famille n'avaient pas. De son autre main, le Harloi attrapa la lame en refermant sa paume autour d'elle, si Elyn décidait de tirer elle lui entaillerait toute la peau et même la chair, mais il n'était pas très inquiet, sa poigne n'était pas suffisamment resserrée pour le blesser gravement. De plus, il n'utilisait pas sa main d'épée, question de précaution. Le jeune homme éloigna la lame de sa gorge, ne tenant pas à se faire perforer la carotide dans un geste trop vif, avec Elyn il ne savait jamais à quoi s'attendre, puis sa caresse se fit plus ferme avant qu'il ne reprenne.

     ▬ Crois-tu que tu oseras te servir de ton arme si je tentais quoi que ce soit ? J'avoue que j'ignore si tu bluffes ou si tu es sérieuse, mais ce n'est pas bien grave, ta petite démonstration me donne envie de le vérifier par moi-même. »

     C'était peut-être suicidaire, mais peu lui chalait, une fois la lame éloignée le Harloi retira sa main ou un léger filet de sang était visible après qu'il l'eut serrée d'un geste sec en parlant. Bien décidé à tester jusqu'à où la jeune femme était prête à aller, il profita du fait qu'elle n'était pas si loin de lui pour l'attirer à lui et caresser sa joue d'un geste à fois doux, mais ferme. Il approcha le visage d'Elyn du sien avant de poser ses lèvres sur celles de la belle pour l'embrasser tandis que sa main occupée à explorer les courbes du fessier de la Fer-née remonta lentement dans son dos, frôlant son corps protégé par un habit trop épais à son goût. Quel dommage qu'elle ne porte pas de robe, il aurait beaucoup apprécié de pouvoir tester la douceur de ses cuisses. Mais il savait se contenter de ce qu'il avait, de plus si les choses continuaient d'évoluer de la sorte, il ne comptait pas sur le fait qu'elle soit encore très vêtue d'ici quelques minutes. Sa main quitta le visage de Elyn pour se glisser dans son cou avant de baisser encore plus vers le bas pour frôler sa poitrine écrasée par les bandes de compression. Ce qu'il pouvait détester cet instrument de torture, elles gâchaient un beau décolleté et dans ses souvenirs, la poitrine de la jeune femme était un charmant spectacle qu'il ne serait pas contre revoir dans l'immédiat. Alors qu'il embrassait la belle à pleine bouche, Sargon en profita pour mordiller sa lèvre de ses dents, la dernière que Deirdre s'était laissée faire il lui avait offert une belle morsure qui lui avait servis d'excuse pour le bruit qu'ils avaient fait dans la cuisine, mais dans le cas présent les domestiques étaient habitués aux disputes entre la Bonfrère et le Harloi. La main du jeune homme quitta la poitrine prise dans un carcan de la brune pour descendre jusqu'à pouvoir se glisser sous ses habits pour sentir sa peau chaude sous ses doigts. Même pour une combattante elle était douce. La pression et les mouvements de son fessier contre le bas-ventre du capitaine étaient trop tentantes et alors qu'il glissait sa main autour de la taille de Elyn, Sargon la fit basculer sur le côté pour se libérer un peu et l'allongea sur le sol tout en glissant sa bouche dans le cou de la brune. Sans gêne aucune, il commença à débarrasser Elyn de son haut, ses bandes de maintien gâchaient tout et il avait envie de profiter de la vue, hors de question de la laisser habillée comme ça plus longtemps. Il l'avait prévenue, son corps était prêt à profiter de ce qu'elle lui promettait et il ne la laisserait pas partir avant qu'il ne soit contenté pour de bon. Mordillant le lobe de l'oreille de la Bonfrère, Sargon marqua une très légère pause pour lui murmure quelques mots tandis que ses mains ne se reposaient pas de leur côté.

     ▬ Si tu comptes me tuer, autant te dire que c'est maintenant, parce que je ne compte pas m'arrêter là. »

     Elle avait encore son poignard et elle pouvait encore lui planter sa lame dans la gorge si l'envie s'en faisait sentir. La jeune femme serait éclaboussée de son sang si une telle chose devait se produire, mais il était persuadé qu'elle ne le ferait pas. Elle était juste en train d'apprendre.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 20 Jan 2012 - 19:56

Elyn jouait avec le feu, comme si son corps entier avait été une main qu’elle approchait d’une bougie. La chaleur grandissait à l’intérieur, la caressait, répandait un sentiment de douceur et de bien être, mais il y avait cet arrière goût qui lui brûlait la langue. Elle était incapable d’expliciter cette sensation, peut-être à cause de l’alcool, peut-être tout simplement parce qu’elle trouvait cela inutile. Ainsi était Elyn Bonfrère…Si elle comprenait ce que le Harloi tentait de lui dire, elle n’allait pas simplement se contenter de hocher la tête. Elle voulait comprendre, expérimenter et cette obsession parvenait à effacer les meurtrissures de son âme, si faible. Une femme, voila ce qu’elle était depuis deux jours. Elle ne valait pas mieux qu’une vulgaire noble du continent, à ressentir des sentiments aussi bas, aussi incohérent. Elle était une guerrière plus que tout le reste et devait encore faire ses preuves. Son jeune âge et le fait d’avoir vécu dans l’ombre d’Aurane durant la majeure partie de sa vie rendait sa tâche plus ardue –mais pas impossible. La nouvelle avait été le choc, le déclic peut-être, dont elle avait besoin pour emprunter le bon chemin. Certes elle souffrait encore et l’envie d’étriper sa pseudo rivale la tenaillait. La intervenait le Harloi. Il allait lui faire oublier à sa façon, comme la première fois. Si elle avait pu résister à l’envie de tuer sa meilleure amie, elle saurait se contrôler face à une étrangère. Elle le devait. « Plus loin que toi j'en suis persuadé. » répondit-il et sa main fusa, pour se serrer autour de la lame. Pas sa main d’épée, ainsi n’aurait-elle aucun scrupule à le blesser –quoi qu’elle n’en aurait pas eu de toute façon. Il forçait sur l’acier pour que la lame s’éloigne de sa gorge. Elyn résistait, et sentit quelques gouttes de sang s’écraser sur son cou, laissant d’adorables sillons carmins sur sa peau au goût de sel. « Crois-tu que tu oseras te servir de ton arme si je tentais quoi que ce soit ? J'avoue que j'ignore si tu bluffes ou si tu es sérieuse, mais ce n'est pas bien grave, ta petite démonstration me donne envie de le vérifier par moi-même. » Il lui fit relever le visage. Une lueur de défis brillait dans les yeux de la Bonfrère et le Harloi sembla décidé à tenter sa chance. Il posa ses lèvres sur les siennes, l’embrassant véritablement pour la première fois. Il introduisit sa langue et la fer-née laissa la sienne jouer. Il lui mordillait la lèvre et fit descendre ses doigts le long de son dos. Elle-même tenait sa lame d’une main, luttant contre la poigne du capitaine pour la conserver. Il avait fini par la lâcher et sa main tâchée de sang errait désormais sous son habit. Les deux mains d’Elyn touchaient son dos, l’une tenait toujours le poignard et laissait courir le plat de la lame sur les vêtements du fer-né. Elle comptait les lui ôter, de toute façon.

Sargon la retourna et Elyn se retrouva en position de soumission. Pourtant, elle ne fit pas un seul geste pour s’en extraire, se contentant de remonter sa jambe le long du corps du Harloi –cette fois sans arrières pensées dominatrices- alors qu’il enlevait son haut et s’attaquait déjà aux bandes, impitoyablement serrée contre sa poitrine. Elle ne pensait même plus aux cicatrices nouvellement acquises depuis la dernière fois qu’il l’avait vu nue. L’une, peu avant Salvemer –ce qui l’avait empêché d’y participer- avait été infligé par un chevalier du Val dont elle ignorait toujours le nom. Elle avait la satisfaction de lui avoir rendu la pareille deux fois de suite. Les autres étaient moins glorieuses, récoltées alors qu’un jeune noble s’était pris d’une envie soudaine et avait profité de son épuisement physique pour abuser d’elle. Certes elle l’avait menacé et s’était montrée sans doute trop vindicative pour son état, ainsi la leçon avait-elle été marquée au fer rouge dans son esprit. Malgré tout, ce souvenir provoquait d’étranges émotions et elle avait d’ailleurs refusé d’y réfléchir davantage, car toutes n’étaient pas désagréables. Les marques courraient le long de son flanc droit, correspondant au temps qu’il lui avait fallu pour découper ses bandes comme un barbare en continuant de la cuisser. Dire qu’elle avait aimé ça…Sargon lui mordit alors le lobe de l’oreille et les battements de son cœur s’accélérèrent. Elle avait chaud. Trop chaud. « Si tu comptes me tuer, autant te dire que c'est maintenant, parce que je ne compte pas m'arrêter là. » la prévint-il. Sa voix la ramena dans le présent, bien loin des côtes de l’Ouest, de Crakehall. Elle se rendit alors compte que son intimité était déjà trempée. Heureusement, la fer-née ne rougissait jamais.

Relevant un peu le buste, Elyn força Sargon à se reculer de quelques centimètres. Leurs visages étaient très proche l’un de l’autre et elle avait encore le goût de sa chair sur les lèvres. Elle lui sourit, le regard brûlant, consciente qu’elle empruntait le chemin de la réussite dans ses plans de changement. « Tu aimerais bien… » souffla-t-elle et elle passa sa main libre sous le vêtement de Sargon, caressant sa peau chaude et pleine de promesses. Elyn commença elle-même à lui ôter ce tissu gênant, avide. L’entreprise prenant trop de temps à son goût, elle se servit de son arme dont elle coinça la lame près du coin pour tirer d’un coup sec vers elle, déchirant au passage une grande partie du tissu. Il lui suffit d’arracher le restant, sans se soucier du travail que ce serait, de le recoudre. Vu le membre tendu qui se frottait actuellement contre sa cuisse, elle était presque certaine qu’il s’en fichait lui-même. Ainsi, le torse désormais nu, elle pu appuyer la pointe de sa lame contre son dos, du côté gauche, comme si elle était prête à la lui enfoncer dans le cœur. « Et si je décidais que ton sang serait plus utile en éclaboussant mon corps qu’en durcissant ton sexe ? » Elle avait appuyé sa poitrine encore bandée à demi contre le torse du Harloi. A demi relevée, Elyn murmurait à son oreille avant de lui mordre le lobe. Assez fort pour laisser une marque, pas assez pour que le sang coule réellement. Elle en avait déjà, sur ses propres bandes, et ce n’était pas le sien. Sa bouche se pressa contre le haut de son cou et elle le mordilla doucement, aspirant la peau jusqu’à y laisser une marque d’un bleu mauve épatant. La lame avait, pendant ce temps, entaillé le dos de son partenaire de façon superficielle. « Montre moi que j’ai raison, de m’engager sur la même voie que toi. » Elle releva son bassin et le frotta contre le bas ventre tendu du Harloi. Tendu pour elle…L’idée lui donna un frisson, un frisson de satisfaction. Sargon n’était peut-être pas l’homme qu’elle désirait, qu’elle voulait posséder, mais au moins il était la et allait la prendre, allait lui donner ce qu’elle recherchait et serait toujours la pour le faire. Aucun risque qu’il ne se marie, aucun risque d’en tomber amoureuse. Le partenariat idéal, et pas uniquement sur un plan physique. Il lui semblait que les effets de l’alcool s’estompaient pour laisser place à une ivresse d’un autre genre.
La main fermement serrée autour du poignard, elle fit glisser la pointe le long de la chair pour l’entailler, juste ce qu’il fallait pour qu’il aille mal, que le sang coule mais qu’il ne risque rien. Même elle pouvait recoudre ça. « Et convainc moi. » ajouta-t-elle, comme si son acte n’avait pas été assez explicite. La Fer-née renversait radicalement les rôles, de proie elle devenait chasseur et prenait le poste de manipulatrice. Ils jouaient au même jeu, ils avaient les mêmes buts et les mêmes envies. Sargon l’initiait, Elyn apprenait et s’éloignait du chemin qui lui causait tant de douleurs. Pauvre petite chose, cassée, brisée, c’est triste à en pleurer. Elle a juste envie de vomir, de cracher, sur cette partie d’elle-même. Et c’est ce qu’elle fait, en poussant la perversion si loin avec Sargon. Elle sait qu’il ne se laissera pas faire, elle sait que la suite promet d’être riche en étincelles…
Son remède est avancé.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Sam 21 Jan 2012 - 19:22



.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 22 Jan 2012 - 19:02



Totalement nue, son corps suait toujours et elle se surpris à sourire. Ca avait bien mieux fonctionné que l’alcool. « Pas mal. » murmura-t-elle, restant finalement les fesses sur le sol. Elyn se rendit alors compte qu’elle n’était jamais restée avec l’un de ses amants plus de quelques minutes après leurs ébats, Urek excepté mais la relation qu’elle avait entretenu avec le second de sa sœur –devenu sien- était différente et plus vraiment actuelle. Etait-elle censée se comporter comme si rien ne s’était passé ? Elle ne comptait pas se répandre en compliments, quoi qu’il en soit, même si elle se sentait incroyablement bien, détendue et surtout sereine. Elle avait les idées plus ou moins en place et était capable de réfléchir à son problème sans piquer une vraie colère. L’issue était plutôt simple : Opérer une rupture nette entre elle et le Trompe-La-Mort. Plus question de voguer aux côtés du Cruel. Plus question de lui adresser la parole, sauf si c’était absolument nécessaire et surtout, éviter au maximum de rentrer chez elle. Etonnée de cette capacité à réfléchir nouvelle retrouvée, elle se retenait à grand peine d’embrasser le Harloi pour le service rendu, même s’il n’en était pas conscient. Et mieux valait qu’il ne s’en rende pas compte…C’était en partie ce qui avait poussé Elyn à être plus distante la première fois qu’ils avaient couché ensemble. Pourtant, cette fois-ci avait été différente. Oh elle ne lui faisait pas confiance, pas véritablement. C’était compliqué…Mais dans son esprit tordu, Elyn voyait ceci : Sargon est l’ennemi de Harald. Pour éviter Harald de façon efficace, il faut rester avec Sargon. L’idée ne semblait plus aussi intolérable que quelques jours plus tôt. Après tout, ils se ressemblaient sur bien des points, malgré leurs différences évidentes. Paradoxale.

« On en a mis partout. » fut pourtant ce qu’elle dit, en désignant les traces rouges sur la pierre. Facile à nettoyer, certes. La blessure sur ses fesses commençait à l’élancer et elle se contorsionna pour y jeter un œil. Une belle coupure. Plusieurs en fait, mais au même endroit. Rien de grave. Il y a une semaine, elle avait bien fait l’aller et retour jusqu’à Crakehall en étant blessée au flanc et à la poitrine par son propre poignard. Par miracle, rien ne s’était infecté. Ca avait beau être des entailles superficielles, ça l’avait piqué et gratté horriblement, la rendant presque folle. Quel soulagement ça avait été de pouvoir se plonger dans l’eau salée ! « Enfin, ça te fera un souvenir, tu pourras inventer une folle histoire sur le poignard qui t’es passé si près du cœur…Et pour le joli bleu que tu as à l’œil. » Elle lui sourit, de façon sincère. C’était étrange pour elle de faire cela, pourtant le rictus était venu naturellement se poser sur ses lèvres, comme jamais depuis la mort d’Aurane. Elle avait envie de rire et de pleurer à la fois, mais se contenta de rester assise, ses fesses nues sur la pierre froide. Elle n’éprouvait pas le besoin de se couvrir et ne frissonnait même pas, en fait, alors qu’il devait faire plutôt crû dans cette chambre, comme dans toutes les demeures des îles, bien que le feu aide à couper la sensation. Etrange, les pensées qui la traversaient. « Ca fais deux fois que je me sers de toi. On n’est pas si différent, en fait… » Les mots étaient sortis tout seul et, le temps qu’elle s’en rende compte, il était trop tard. Elle ne prit même pas la peine de se mordre la lèvre ou de s’excuser. Au fond…Quelle importance ? Lui aussi se servait d’elle, pour d’autres raisons, aussi obscures que les siennes. Puis elle ne mentait pas, elle en était arrivée à la conclusion qu’ils se ressemblaient vraiment beaucoup, sur le fond. Perturbant. Et rassurant. Il avait raison, en parlant tout à l’heure de sa condition de femmes et des avantages qu’elle négligeait. Elyn ne s’était jamais trouvée belle ou désirable, et pourtant Sargon était le second homme avec qui elle couchait en l’espace de quelques jours, le troisième sur sa vie entière, à qui elle s’était offerte. Peut-être ne se regardait-elle pas avec les bons yeux.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Lun 23 Jan 2012 - 13:15



     Le commentaire de son amante d'un soir redessina son habituel sourire arrogant, non qu'il était flatté par ce qu'elle venait de lui dire – Sargon avait cru constater qu'elle avait effectivement apprécié – mais tout simplement parce qu'il lui était impossible de se comporter autrement qu'en capitaine vaniteux et bouffit d'arrogance. Lorsqu'elle parla du sang, le jeune homme jeta un coup d'œil vers le sol de pierre pour constater qu'il y avait effectivement plusieurs traces qui donnaient une idée étrange de la situation, l'on aurait pu croire qu'ils s'étaient battus si les habits ne jonchaient pas le sol. En pensant à ses habits, le Harloi attrapa le haut de sa tunique qui traînait à ses côtés et le regarda un bref instant, irrécupérable, mais ce n'était rien à côté du plaisir qu'il avait pris en sa compagnie. Rejetant le bout de tissu plus loin, Sargon reporta son attention sur la jolie Fer-née qui se contorsionnait pour regarder derrière elle à l'endroit où son arme avait entaillé la chair, avant qu'elle ne lui donne une raison de se réjouir de ses « blessures ». Il répondit à son sourire par un tout aussi amusé, ce n'était pas vraiment son habitude de trouver des excuses pour ce genre de choses, elle devait s'en douter.

     ▬ Je laisse pas tout le monde me faire dans cette tenue et je doute que celles qui pourront voir ces traces me demanderont quelle en est la cause... »

     Il songea à nouveau à Deirdre, rapidement, elle était tellement jalouse lorsque quelque chose le touchait, il se demanda comment aurait réagi la jeune femme en apprenant cette petite soirée, il lui semblait que les deux demoiselles étaient amies ou quelque chose d'approchant. La voix de Elyn chassa à nouveau le spectre des pensées du Harloi qui reporta son attention sur la jeune femme en tenue d'Ève qui lui déclara de but-en-blanc qu'elle se servait de lui pour la seconde fois. Il rigola légèrement, la première fois ayant été leur première nuit ensemble en effet, le jeune homme avait l'habitude que l'on se serve de lui de manière moi.... Agréable, il était donc parfaitement disposé à jouer les manipulés s'il pouvait être récompensé de la sorte.

     ▬ Peut-être est-ce aussi parce que je te laisse te servir de moi ? Il la regarda, un sourire flottant sur ses lèvres. Et si je dois donner de ma personne comme ça à chaque fois, je pourrais me proposer plus souvent pour être manipulé qui sait. »

     Il était vrai qu'il n'était pas dans ses habitudes de se laisser manipuler par les femmes, c'était son égo qui le lui interdisait, mais s'il devait donner un peu pour récolter davantage ma foi, c'était envisageable non ? Alors que les yeux mordorés du jeune homme s'éloignaient à nouveau du corps de la brune pour se poser sur le sol, il songeait rapidement à quelque chose et détourna son attention pour repérer ce qu'il voulait : une bouteille d'alcool posée sur le meuble en bois à leurs côtés. Il buvait assez souvent, jamais jusqu'à perdre contenance parce qu'un manipulateur se devait d'être toujours opérationnel. Se déplaçant jusqu'au meuble, le capitaine de la Veuve Salée attrapa la bouteille avant de se diriger vers Elyn tout en récupérant au passage sa chemise inutilisable, puis il s'installa à ses côtés avant de dé-bouchonner le contenant. Il renversa un peu du liquide sur le tissu avant de tendre la bouteille à la demoiselle, puis lui fit signe de se pencher un peu sur le côté et passa le morceau d'habit humide d'alcool sur la « blessure » de la brune. Cela ne devait pas être particulièrement agréable, mais elle n'avait pas fait preuve de douceur à son égard jusqu'à présent, puis ce n'était pas une manière très surprenante de désinfecter après tout. Il pensa rapidement au fait qu'il lui faudrait soigner les quelques coupures qui pouvaient vite devenir dangereuses en mer et son attention se porta brièvement sur sa main non directrice ou une fine traînée rouge était visible dans sa paume. Rien de bien méchant au final. La demoiselle n'allait certainement pas traîner malheureusement, elle n'était pas du genre à rester après l'acte et lui-même disait souvent à Deirdre qu'il n'y avait que la femme-roc qui dormait auprès de son époux et non ses amantes. Quelques secondes de silence avant qu'il ne reprenne.

     ▬ Si cela te permet de comprendre qu'il n'y a pas que les catins et les femmes faibles qui profitent de leurs charmes, je pense que cela valait la peine. Au pire je dirais que cela n'aurait fait que du bien des deux côtés, rien n'est jamais perdu. »

     Il était vrai qu'au pire des cas, il n'y avait rien de très grave ou mauvais qui découlait de leur petite « entrevue », sauf si l'un des deux attrapait une saleté à cause de ces blessures, Sargon nota qu'il allait devoir demander à l'une des domestiques de l'aider à soigner cette coupure dans le dos. Elles ne posaient jamais de questions pour savoir comment est-ce qu'il s'était blessé de toute manière. Cessant de s'occuper de la coupure de la jeune femme, le capitaine ôta sa main de la peau de Elyn avant de plonger son regard dans celui de la brune, ils se ressemblaient beaucoup c'était vrai, mais s'il le lui avait dit clairement, elle ne l'aurait jamais cru. Il était amusant de constater qu'elle qui l'insultait et le critiquait sans cesse depuis leur première nuit, comprenait soudain qu'ils n'étaient pas si étrangers que cela. Après un bref instant de silence, Sargon vit là l'occasion idéale de glisser quelques mots qui pourraient faire la différence à l'avenir.

     ▬ Sache que je ne te considère pas autrement que comme une vraie femme guerrière, tu auras toujours mon estime, du moment que tu ne t'abaisseras pas à délaisser l'un de tes talents. »

     Que ce soit le combat ou la séduction, la demoiselle pouvait bien prendre cela comme un compliment, ce n'était pas tous les jours que le jeune homme disait de telles paroles à des femmes, c'était même l'une des premières fois. Serait-ce la dernière ? Tout dépendrait de la Bonfrère.


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 23 Jan 2012 - 19:32

Les paroles s’étaient frayées un chemin entre les lèvres de la fer-née sans qu’elle ne s’en rende compte. Trop tard. Une vérité soufflée. Elle sent pourtant que Sargon ne lui en voudra pas. Il se sert d’elle autant qu’elle-même se sert de lui, et chacun finit par y trouver son compte. Ne prend-il pas plaisir à la posséder ? La semence qui coulait entre ses cuisses disait le contraire. Elle est certaine que la jouissance n’est pas son seul avantage. Sans doute se figurait-il avoir une sorte d’emprise sur elle. Ou alors il la connaît trop bien. Elyn est incapable de déchiffrer l’esprit tordu du Harloi. Elle parvient à prévoir, elle vire presque paranoïaque par sa faute, tant elle doit envisager différentes solutions pour ne pas tomber dans un piège. Pourtant elle ne parvient jamais à mettre exactement le doigt sur ses desseins. Toujours pas aujourd’hui. « Peut-être est-ce aussi parce que je te laisse te servir de moi ? » Elle lui sourit en retour, provocatrice au possible. Bien sur qu’il se laissait utiliser, restait à deviner pourquoi exactement. Etait-il seulement un homme cherchant à tout prix la compagnie d’une femme à son goût ? Elle connaissait un peu trop bien le Harloi sur ce point pour croire qu’il ne s’agissait que de cela. Son corps avait beau être attirant, comme il le lui avait fais sentir, il n’opèrerait pas un tel miracle, à savoir faire s’intéresser le capitaine de la Veuve Salée à quelqu’un d’autre que lui-même. « Et si je dois donner de ma personne comme ça à chaque fois, je pourrais me proposer plus souvent pour être manipulé qui sait. » Elle le prit comme une invitation. A raison ou à tord, Elyn n’oublierait pas la proposition. Il était probable qu’elle revoit un jour le Trompe-La-Mort, qu’elle finisse par craquer, que ce soit par sa faute ou celle d’un autre. Alors, elle aurait besoin du Harloi pour lui remettre les idées en place. Son garde-fou…Elle l’avait pourtant longtemps détesté et n’avait pas hésité à le lui faire sentir. Les insultes, parfois la bagarre pure et simple, Elyn avait agis en calquant son opinion sur celle d’Aurane, d’abord, puis du Trompe-La-Mort. Elle n’aurait pas du, car en haïssant Sargon elle se haïssait en quelque sorte elle-même. Cette pensée lui sembla étrange.
Elle n’eut pas le temps de disserter sur le sujet. Il se leva, toujours nu et se dirigea vers une table, non loin du feu qui commençait à sévèrement disparaître. Il revint avec une bouteille d’alcool et Elyn cru qu’il allait lui en donner. La capitaine n’en avait plus besoin. Grâce à lui, elle était parvenue à se rassembler. Il fit couler l’alcool sur le tissu et lui fit signe de se pencher. Elle hésita une seconde puis s’exécuta, montrant la blessure de ses fesses, sur laquelle il appliqua son chiffon, morceau de sa tunique réduite en lambeau. L’alcool la piquait horriblement et lui donnait envie de frapper dans quelque chose. Elle se contenta pourtant de grimacer et serrer les lèvres. Pas un son, pas un cri. Question d’habitude…« Si cela te permet de comprendre qu'il n'y a pas que les catins et les femmes faibles qui profitent de leurs charmes, je pense que cela valait la peine. Au pire je dirais que cela n'aurait fait que du bien des deux côtés, rien n'est jamais perdu. » Sargon professeur. Sargon moralisateur. Sargon s’offrant pour donner une leçon bien utile, pour aider quelqu’un, presque de manière altruiste. Cela sonnait faux, sonnait mal, aux oreilles de la fer-née. Elle le considéra un moment, les sourcils froncés, alors qu’il terminait son ouvrage sur ses fesses. Cela aussi, était inhabituel. Sargon, attentionné ? Elle ne l’aurait jamais cru. A quoi jouait-il ? Etait-il sincère ? Encore quelque peu fragile, émotionnellement, Elyn décida que cela n’avait aucune importance. Après tout, elle pouvait profiter d’un mensonge, tant qu’elle ne tombait pas dedans tête la première. « Sache que je ne te considère pas autrement que comme une vraie femme guerrière, tu auras toujours mon estime, du moment que tu ne t'abaisseras pas à délaisser l'un de tes talents. »
Sa quoi ?

Elyn ne tentait même plus de masquer son incrédulité face à un tel discours. Le mot estime, sortant de la bouche du Harloi, lui semblait totalement incongru et pourtant. Lui qui n’avait jamais complimenté personne…C’était en tout cas ce qu’elle avait entendu et, si elle n’avait pas pu en juger par elle-même, elle aurait commencé à douter du bien fondé de ces mots, murmurés dans l’ombre. Elle le savait arrogant, trop fier, imbu de sa personne. Devait-elle se sentir flattée par ces mots ou s’en méfier d’autant plus ? « Je dois avoir plus de talent que je ne le pensais, pour arriver à t’arracher ces compliments. » répondit-elle, un étrange sourire coincé sur les lèvres. Elyn n’était pas assez idiote pour le croire totalement en son pouvoir, mais il suffisait d’un peu, juste un peu…Et elle pourrait l’utiliser jusqu’au bout. Elle pourrait s’arranger pour être alliée avec lui, se mettant ainsi de façon définitive Harald à dos. Cette idée lui serrait toujours le cœur, d’une certaine façon, mais la fer-née savait qu’une coupure nette était nécessaire. Cet homme était devenu une obsession, un pilier dans sa vie, surtout après la mort d’Aurane. Elle devait s’en détacher et voler de ses propres ailes, compléter son apprentissage, aidée d’un œil extérieur. Sargon était cet œil. Il n’avait aucun respect pour les traditions fer-nés, il crachait presque sur le Dieu Noyé et avait ses propres méthodes, qui portaient leurs fruits. Tout le monde connaissait son nom sur les îles et sa récente acquisition d’une femme-sel noble, issue de la suite même de Maura Arryn, promettait encore un peu plus de renommée. Et d’ennuis, bien évidemment…Elyn commençait à douter du bien fondé de ses propres croyances. Elle avait été élevée par sa sœur, dans le respect des traditions et du Dieu Noyé. Elle avait toujours été attirée par la mer, aussi loin que remonte ses souvenirs. Elle se sentait bien, sur les flots, mais pas tout à fais libre. Elle devait briser tous les liens qui la rattachaient au passé mort avec Aurane. Elle n’était plus une ombre ni un second, elle était une capitaine avide de gloire, de renommée, qui désirait voir son nom inscrit dans les chansons et les mémoires jusqu’à la fin des temps. Sargon et elle étaient peut-être fais du même bois…

Seul son regard du la trahir alors qu’elle pensait, à toute vitesse. Inconsciente, elle tendit la main vers le tissu et la bouteille d’alcool. « Fais voir ça. » Elle n’était pas obligée de lui rendre la politesse, pourtant elle le fit. Renversant de l’alcool sur le tissu, Elyn l’appliqua ensuite dans le dos du Harloi. Le tissu se teinta de rouge, ce qui lui permis d’éclaircir sa peau. Elle frotta avec application, peu désireuse d’être responsable d’une infection. Sa fesse la brûlait toujours un peu. « J’ai l’impression que tu cherches à obtenir quelque chose de moi. » Elyn n’était pas connue pour tourner autour du pot. Franche, trop sans doute, elle savait garder ses secrets mais cela n’en était pas un. Une constatation, rien de plus, un questionnement aussi. Avait-il saisis que son problème venait d’Harald ? Cherchait-il à en tirer profit ? C’était probable. Pourtant elle n’y fit aucune allusion directe. Elle voulait savoir, elle voulait comprendre, apprendre. « Tu ne fais jamais rien sans raison. Je sais que tu essaies de me manipuler, autant que moi. On ne vaut pas mieux l’un que l’autre… » Elyn avait certes le respect des valeurs, mais elle n’y avait absolument rien gagné. Que du contraire…Humiliée, sa seule envie était d’insulter le Trompe-La-Mort comme elle avait jadis insulté le Harloi. Attitude enfantine. Elyn n’était jamais vraiment parvenue à se débarrasser de ses tendances colériques.
Elle bougea pour se mettre face à Sargon et lui prit la main, appuyant le linge humide d’alcool sur la plaie qu’il s’était auto-infligé. Le regard baissé, l’air concentré sur ce qu’elle faisait, elle annonça : « La Veuve Noire ne naviguera plus avec le Cruel. Je ne veux plus de ça…Je n’aurais pas du essayer de marcher dans les pas d’Aurane, de me glisser dans son moule. Je suis trop différente. Je crois que j’ai besoin d’un partenaire qui me ressemble. Quelqu’un qui n’essaiera pas de me prendre de haut, quelqu’un avec qui on peut parler d’égal à égal… » Elle avait toujours eu tendance, aussi fou que cela puisse paraître, à s’écraser face au Trompe-La-Mort, pour simplement obéir à ses ordres. Ce n’était pas cette femme, que voulait être Elyn. Elle sourit, amusée, la tête toujours penchée sur la main du Harloi. « Quelqu’un avec qui tout peut rapidement dégénérer, avec qui je peux me battre ou coucher, comme l’envie me prend. Nous prend. » Elle n’avait même pas réfléchis aux implications. Elle savait simplement que c’était cela, qu’elle voulait. Un changement, un nouveau partenaire, une renaissance.
Elle voulait suivre ses propres pas.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mar 24 Jan 2012 - 14:11

     Il distillait ses paroles au compte-goutte, sachant très bien qu'il fallait employer les bons mots aux bons instants sous peine de voir la belle se refermer comme une huitre. Sargon avait une idée derrière la tête en effet, Elyn semblait être la plus apte à pouvoir devenir une « alliée », bien que se mot résonnait étrangement lorsqu'il sortait de la bouche du Harloi. Ce dernier était conscient qu'il n'était pas le type d'homme que l'on avait envie de fréquenter en ce qui concernait les raids et même souvent les attaques, ce n'était pas pour rien que la Veuve Salée naviguait toujours seule. Son manque de respect au Dieu Noyé faisait souvent dire aux autres Fer-nés qu'il finirait sanctionné par le Dieu des Tornades, mais jusqu'à ce jour jamais le jeune homme n'avait eu la moindre sanction qui soit. Au contraire même. C'était sa maison qui devenait prospère, c'était lui qui commençait à se faire un nom, pas forcément négatif pour une fois et pour finir, c'était lui qui réussissait doucement à se faire des alliés. Tarbeck en faisait partie, mais il n'était rien de plus qu'un mouton qui finirait dévoré par le loup, Sargon ne comptait pas réellement sur ce nobliau, mais l'utilisait tant qu'il en avait besoin. A quoi bon gagner de l'argent et des richesses s'il ne pouvait pas les dépenser pour gagner des alliés ? Le Harloi ne voyait pas l'utilité d'une telle vie si c'était se borner à dormir sur un tas de dragons d'or comme les dragons des légendes. Le capitaine voulait faire fructifier cela et pour y parvenir, avoir des alliés parmi son peuple ne serait pas négligeable. Il pourrait s'en tirer seul aussi bien évidemment, mais Elyn serait d'une grande aide si elle le désirait.

     La surprise présente sur son visage était presque hilarante, elle était si peu habituée à ce qu'il puisse complimenter, tout simplement parce que cela n'arrivait presque jamais en réalité. Les paroles de la jeune femme dessinèrent un sourire sur les lèvres du Harloi, ce qu'il avait dit n'avait rien à voir avec le plaisir qu'ils venaient d'avoir ensemble bien évidemment, ce n'était pas son genre de se baser sur les performances sexuelles d'une personne pour l'estimer. Mais la possibilité que la Bonfrère décide de manipuler les gens était une chance non négligeable et il devait profiter de l'occasion sans quoi cela ne risquait plus de se reproduire avant longtemps. Il se contenta de la regarder dans les yeux en lâchant quelques mots d'un air neutre.

     ▬ Peut-être n'as-tu tout simplement jamais cherché à savoir ce que je pensais réellement de toi ? »

     Il est vrai que leurs précédentes discussions n'avaient jamais été très approfondies étant donné qu'ils étaient surtout du genre à se bouffer le nez dès qu'ils entamaient une discussion. Mais c'était sans importance au final, le jeune homme ne comptait absolument pas réitérer son compliment avant longtemps, déjà parce que cela risquerait de devenir suspect, ensuite parce que ce n'était pas dans ses habitudes. Tout simplement. Il savait comment prendre les gens et même si Elyn ne se laissait pas forcément avoir par des compliments, le Harloi en était si avare que lorsqu'il en glissait, ils étaient aussitôt considérés comme véridiques. Il n'y avait qu'à voir avec Deirdre.... La Bonfrère décida ensuite de jouer les soigneuses en usant du tissu qu'il tenait à la main, pour le débarrasser du sang qui avait déjà commencé à sécher dans son dos. L'alcool raviva un instant la douleur alors que la plaie chauffait à nouveau en lui rappelant qu'elle était là, mais les paroles de la Fer-née chassèrent cette sensation comme il se concentra sur autre chose. Effectivement, il cherchait à obtenir quelque chose d'elle, la jeune femme semblait le connaître assez bien au final, même si ce n'était pas une chose particulièrement ardue. Sargon était généralement réputé pour être un manipulateur né, c'était d'ailleurs ce que la majorité de ses ennemis lui reprochaient, d'user de son cerveau et non de ses muscles. Même s'il savait aussi se servir de ces derniers. Lorsqu'elle délaissa son dos pour s'occuper de la plaie qu'il avait à la main, le jeune homme en profita pour poser ses yeux sur le visage baissé de son interlocuteur, elle parla du Cruel et sa sœur défunte que le Harloi avait connu à une époque. Ils ne s'étaient jamais entendus et Elyn valait mieux que sa sauvage de sœur. Elle était aussi bornée que Harald et lui finirait aussi tué par son aveuglement un jour ou l'autre. Après ses paroles, il ne put s'empêcher de rire légèrement puis de répliquer d'un ton faussement caressant, mais toujours aussi vaniteux.

     ▬ C'est quelque chose que je pourrais t'offrir. D'autant plus que tu sembles bien connaître mon mode de fonctionnement, il n'y aura donc aucun secret sur ma manière de me servir de toi. Et inversement. Il marqua une légère pause avant de reprendre. Tu as raison, j'attends quelque chose de toi, sans quoi je n'aurais jamais parlé de tout cela.... Harald est un idiot s'il croit que ton statut de femme ne fait pas de toi une alliée intéressante. Je ne vois pas les choses de la même manière. »

     Le fait qu'il parle d'allié pouvait encore une fois être étrange, c'était bien pour cette raison qu'il fallait présenter les choses convenablement. Tenant à avoir toute l'attention de la jeune femme, Sargon retira sa main de celles de Elyn, il n'y avait plus beaucoup de sang et de toute manière la plaie était à un endroit qui travaillait beaucoup, inutile de s'embêter à rendre présentable. Il contempla sa paume de main quelques secondes avant de la fermer puis de l'ouvrir plusieurs fois de suite comme s'il testait la douleur. Rien de bien embêtant, un léger picotement qu'il oublierait aussitôt. Laissant retomber son bras, il regarda la demoiselle dans les yeux avant de reprendre la parole d'un ton tout à fait contrôlé. Habitude oblige.

     ▬ La Veuve Salée a toujours navigué seule, je n'ai jamais éprouvé le besoin de m'allier à qui que ce soit parce que tous nos semblable sont trop idiots pour comprendre que ma manière de fonctionner apporte plus que la leur. Il ne cherchait pas à la convaincre de quoi que ce soit, mais tenait simplement à présenter les choses correctement. Mais je n'ai jamais dit être contre le fait de... Partager certaines choses. Si tu désirais en apprendre plus sur ma manière de fonctionner, peut-être pourrais-je te donner quelques-unes de mes techniques. Deirdre, Tarbeck ou qui que ce soit d'autre, il sourit légèrement. Mais sache que je n'accorde ma confiance qu'une seule fois Elyn, je suis prêt à te traiter d'égal à égal, mais si tu cherchais à me doubler ou à te servir de moi pour te faire bien voir d'un autre Fer-né, je n'aurais aucun scrupule à te mettre dans une situation délicate. »

     Ce n'était pas des menaces, Sargon se contentait de lui dire ce qu'elle risquait, la jeune femme était certainement assez éveillée et intelligente pour comprendre qu'il n'allait pas se fatiguer à vouloir l'effrayer. Après tout il parlait de la traiter comme son égal non ? Au final, cet arrangement ressemblait beaucoup à celui qu'il liait avec d'autres personnes, sauf que pour la jeune femme il s'agissait d'une entente mutuelle qui pouvait découler sur des disputes ou d'autres relations intimes. La preuve en était là d'ailleurs, jamais le Harloi n'accepterait de payer ou d'acheter de tels services, qu'il propose donc une telle alliance à Elyn sans lui demander quelque chose en retour signifiait bien qu'il n'avait pas du tout dans l'idée de la considérer comme une employée. Il l'avait répété à Deirdre plusieurs fois, la bâtarde travaillait gratuitement pour lui et ils s'arrangeaient en quelques parties de jambes en l'air de temps en temps, mais du moment où il la payerait elle passerait du stade d'amante à celui d'employée et il n'y aurait plus rien à espérer de l'autre côté. Il ne mêlait jamais plaisir et travail. Ce serait donc une grande première. Seulement pouvait-elle comprendre l'effort qu'il faisait ? Pas certain. Le capitaine ajouta donc quelques mots pour renforcer ses paroles, désormais la balle était dans le camp de la Bonfrère.

     ▬ Il ne sera plus question de manipulation entre nous, mais simplement d'entente mutuelle. Tu prendras ce que tu voudras lorsque tu le souhaiteras, du moment que je serais en accord avec cela. Et il en sera de même pour moi. Un instant de silence. Qu'en dis-tu ? »


.
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mar 24 Jan 2012 - 19:38

Du pouce, elle caresse la peau calleuse du Harloi. Sa main est marquée par le maniement des armes et par la rudesse de l’océan, tout comme son corps, encore nu. Son regard dérive, sa main n’est plus son centre d’attention. Elle l’observe, simplement, elle le découvre physiquement tout comme psychologiquement. Elyn apprend. Elle sait ce que cherche le Harloi, plus ou moins. Il veut obtenir quelque chose d’elle et elle veut obtenir quelque chose de lui. Un échange de bon procédé est à envisager, et la Bonfrère ne se prive pas pour le dire tout haut. Elle ignore comment cette idée est venue, ça avait presque été naturel, facile…Comme si elle y pensait depuis longtemps mais qu’il lui avait fallu ce choc, pour s’en rendre compte. Elyn n’était pas heureuse, dans l’ombre d’un homme, quel qu’il soit. Elle l’avait accepté par désir, par obsession, parce qu’elle le trouvait grand, idéal, parfait. La petite fille qu’elle était lorsqu’elle avait rencontré le Trompe-La-Mort pour la première fois avait continué de vivre en elle et on venait de lui enfoncer un poignard dans l’estomac. Agonie lente, douloureuse, personne ne peut la sauver. Sargon l’a achevé et a répandu sa semence pour en faire naître une nouvelle femme, plus forte, plus dure, de fer et de sang. Etrange, de l’imaginer comme un père, un nouveau créateur. Malsain, surtout. Pourtant, elle cherche à le garder auprès de lui. Elyn a besoin de visages clairs pour définir sa vie, de piliers. Le fait que Sargon en devienne un était incroyable, presque absurde. Et pourtant…Ce n’était pas du dépit. Elyn cherchait vraiment un renouveau, un chemin tracé en dehors des sentiers battus, sur lequel elle pourrait s’épanouir et évoluer vers son idéal. Un chemin qui lui permettrait de couvrir sa maison de gloire, et de graver son nom dans les chansons, dans la mémoire collective. Inoubliable, un modèle, une source d’inspiration, un but à atteindre. Elyn voyait grand, fantasmait depuis son plus jeune âge. Qui pouvait le lui reprocher ? Ses rêves, c’était sa force. L’un d’eux s’était brisé, deux jours auparavant, mais cela avait au moins permis de lui faire prendre conscience de tout ce qu’elle manquait, à ainsi s’accrocher. Elle ne commettrait pas deux fois la même erreur. « C'est quelque chose que je pourrais t'offrir. D'autant plus que tu sembles bien connaître mon mode de fonctionnement, il n'y aura donc aucun secret sur ma manière de me servir de toi. Et inversement. » répondit-il. Oui, elle le connaissait puisqu’ils se ressemblaient sur bien des points. Elyn était pourtant encore jeune en comparaison du Harloi et avait sûrement encore à apprendre. « Tu as raison, j'attends quelque chose de toi, sans quoi je n'aurais jamais parlé de tout cela.... Harald est un idiot s'il croit que ton statut de femme ne fait pas de toi une alliée intéressante. Je ne vois pas les choses de la même manière. » Elle sourit, un peu. Le rictus ne monte pas jusqu’à ses yeux. Oui, Harald était un idiot mais pas pour les raisons qu’évoquaient Sargon. Il ne la voyait pas comme une femme, ou alors il ne l’avait jamais montré. Tout comme il ne la voyait pas en tant qu’alliée, plutôt…Comme un sous-fifre, même pas un second. A une époque, elle avait envisagé de laisser sa sœur et d’aller servir sur le Cruel. Rien n’aurait pu la rendre plus heureuse…Mais les évènements s’étaient précipités et l’occasion ne s’était jamais présentée. Harald était un idiot parce qu’il était aveugle et ne voyait que lui, l’Antique Voie et la gloire des fer-nés. Le reste ? Inexistant ou sans importance.

Sargon se mit à fermer et ouvrir la paume de sa main. Elyn suivait le geste, comme fascinée. En réalité, elle était plongée dans ses pensées, que l’intervention suivante lui permis d’oublier. « La Veuve Salée a toujours navigué seule, je n'ai jamais éprouvé le besoin de m'allier à qui que ce soit parce que tous nos semblable sont trop idiots pour comprendre que ma manière de fonctionner apporte plus que la leur. » Tout comme on la critiquait si férocement elle-même sur sa façon de faire. Personne ne pouvait comprendre. Aurane envoyait des éclaireurs à sa place et ils avaient été incapable de voir correctement. Ils n’avaient pas remarqué les chevaliers prétendument déguisés, qui étaient tombés sur eux peu de temps après. L’un d’eux avait gravement blessé Aurane et Elyn était arrivée trop tard, avec les trois hommes qui la suivaient –dont Urek d’ailleurs. Elle avait massacré les deux chevaliers restant, laissant des corps méconnaissables, enragée…Puis avait relevé sa sœur. Aurane parlait encore, faiblement, contrairement à ce qu’elle avait d’abord cru. Elle mourut pourtant sur le chemin vers la Veuve Noire. Cet épisode avait appris à Elyn qu’il ne fallait faire confiance à aucun autre œil que le sien, à aucun autre instinct. Ainsi, quand elle voguait seule, elle utilisait sa méthode. C’était ainsi depuis plusieurs longues semaines, le Cruel étant occupé ailleurs, parfois pour Sargon, parfois simplement pour razzier à sa façon. Elyn était capable de se débrouiller, mais elle avait besoin d’un partenaire pour des coups plus important. Razzier des villages conflanais était une chose, s’attaquer à une ville en était une autre. « Mais je n'ai jamais dit être contre le fait de... Partager certaines choses. Si tu désirais en apprendre plus sur ma manière de fonctionner, peut-être pourrais-je te donner quelques-unes de mes techniques. Mais sache que je n'accorde ma confiance qu'une seule fois Elyn, je suis prêt à te traiter d'égal à égal, mais si tu cherchais à me doubler ou à te servir de moi pour te faire bien voir d'un autre Fer-né, je n'aurais aucun scrupule à te mettre dans une situation délicate. » En temps normal, elle se serait révoltée d’être ainsi menacée. Pourtant, elle comprenait très bien la situation de Sargon. N’était-elle pas une ancienne alliée de son ennemi ? N’était-elle pas Elyn, la colérique, la lunatique ? Elle n’avait pourtant jamais été Elyn la traîtresse, Elyn la lâche. Sa mâchoire se crispa, mais elle ne répondit pas immédiatement. « Il ne sera plus question de manipulation entre nous, mais simplement d'entente mutuelle. Tu prendras ce que tu voudras lorsque tu le souhaiteras, du moment que je serais en accord avec cela. Et il en sera de même pour moi. Qu'en dis-tu ? » Silence, de son côté cette fois. Elle n’hésite pas, elle réfléchit simplement aux avantages. Elle pourrait venir ici autant qu’elle le désirait, sans avoir besoin d’excuse. Elle pourrait chercher à provoquer sa passion si elle ressentait le besoin de combler un vide, si elle était en colère ou mal dans sa peau. Elle pourrait profiter de tout l’or qu’il rapportait, de ses talents. Elle pourrait apprendre et s’en servir pour elle-même. Il n’y avait que des bénéfices à sa situation, d’autant plus qu’ils seraient égaux. Sa voix aurait le même poids que celle du Harloi et l’entente pourrait prendre fin si jamais ils n’arrivaient pas à se mettre d’accord. Que pourrait-il dire sur son compte, au fond, que tout le monde ne sache déjà ? En dehors de leur coucherie, mais de cela, elle n’en avait cure. Certes elle ne répandrait pas le bruit elle-même, par simple agrément, mais si la rumeur flambait, elle n’en pleurerait pas.

Elyn sentait que ses jambes commençaient à s’endormir, ainsi elle les déplia et reposa ses fesses sur le sol. « J’en dis que je suis d’accord. Je prendrais ce qu’il me plait, et toi de même…Tant que tu respectes les termes et que tu me traites en égal, je suis certaine que tout ira très bien. » Plus que certaine, en réalité. Elle avait failli lui proposer de fêter ça, mais elle ignorait quelle heure il pouvait être exactement et elle ne devait pas manquer le rendez-vous donné, pour son raid dans le Nord. Cette réflexion lui fit songer à quelque chose, évoqué par Sargon au début de leur entrevue. Elle fronça légèrement les sourcils, comme pour se rappeler des termes exacts. « Tout à l’heure, tu as parlé de « leur attaque sur l’ouest ». Je n’étais pas au courant qu’une telle attaque était prévue…En même temps je ne suis pas restée longtemps sur le Vieux Wyk, juste assez pour apprendre la nouvelle, décharger et remplir mes calles. » Elle réfléchissait tout haut, encore une fois sans s’en rendre compte. Elle avait eu le bon sens de dire « la nouvelle » et de ne pas préciser » ce maudit mariage » comme elle l’avait si souvent pensé dans sa cabine, sur la Veuve Noire. Ni de disserter sur ses envies de meurtre soudaine, sur le moment, même celle qu’elle avait eu de frapper son propre père. « Pourtant mon père ne m’a pas dis qu’un message m’attendait… » Peut-être n’en avait-il pas eu le temps, mais elle se sentit pourtant assez vexée et cela du se lire sur son visage. Elle sentit une tension naître dans son bras et descendre jusque dans son poing. Pour une fois, ce n’était pas Sargon qu’elle avait envie de frapper. « Quel est le plan, exactement ? » A Salvemer, on lui avait tout de même envoyé un message pour quémander sa présence. Pensait-on qu’elle n’était pas revenue ou ne serait pas la à temps ? Ou l’avait-on délibérément oublier ? Ou étais-ce son père, qui avait oublié, en voyant sa nouvelle femme-sel ? Elyn n’arrivait pas à réfléchir de façon claire et juste. Elle se sentait simplement flouée, et son sentiment d’avoir fais le bon choix n’en était que renforcé. Sargon n’avait même pas cherché à lui cacher ce fameux raid, même si elle n’avait pas relevé, dans un premier temps. Ca l’omnubilait tellement désormais qu’elle ne sentait même plus l’impression de cru sur sa peau nue.
Revenir en haut Aller en bas
Homme d'Armes
avatar

Sargon Harloi
Homme d'Armes

Général


« Capitaine de la Veuve Salée »

♦ Missives : 5377
♦ Missives Aventure : 401
♦ Age : 28
♦ Date de Naissance : 27/09/1988
♦ Arrivée à Westeros : 22/11/2011
♦ Célébrité : Jack Huston
♦ Copyright : © Aryana
♦ Doublons : Maron Martell, Pryam Templeton, Bryce Vyrwel, Alysane Mormont
♦ Age du Personnage : 28 ans
♦ Mariage : Femme-roc : Helya Harloi (née Botley) ; Femme-sel : Emeraude
♦ Lieu : Île de Harloi, Dix-Tours
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1066/1500  (1066/1500)


Message Mer 25 Jan 2012 - 12:57

     Attendant patiemment, Sargon se disait qu'au bout du compte il n'aurait rien perdu dans cette affaire, même si Elyn refusait de s'allier à lui, ils pouvaient considérer qu'ils auraient simplement passé un bon moment ensemble. Mais au fond de lui, le jeune homme savait bien qu'elle ne pourrait pas refuser une telle proposition, sans quoi elle aurait été drôlement sotte ou inconsciente. Après tout bien que le Harloi était rejeté par la majorité des habitants des îles – ou plutôt son mode de fonctionnement – il restait un excellent navigateur. Dagon lui-même le lui avait avoué lors de leur dernier face-à-face. Le Greyjoy avait beau ne pas avoir de bonne estime pour son cousin, principalement à cause de Harlon et Rouge et Qalen le Pouce, il ne refusait toutefois pas de connaître ses talents, même si visiblement il s'agaçait de voir que le Harloi était autant pétri d'arrogance. En somme, si un jour Sargon décidait qu'il était mieux pour lui de revenir sur les chemins de l'Antique Voie, au moins pourrait-il espérer regagner l'estime d'autres nobles. Mais cela ne se passerait jamais, après tout ce qui faisait que Sargon était Sargon était justement le fait qu'il n'hésitait pas à cracher sur l'Antique Voie. Elyn comprendrait qu'elle aurait bien plus à gagner à rester avec lui et à travailler de concert, sans quoi le mieux qu'elle pourrait espérer était que son père décroche des offres intéressantes pour sa fille. Le Harloi doutait qu'elle puisse se contenter d'aussi peu.

     Ses yeux mordorés posés sur la jeune femme, il patientait, encore et toujours, mais après tout le temps ne pressait pas et la proposition qu'il venait de lui faire méritait profonde réflexion. Il pouvait voir cela sous le bon angle en relevant le fait qu'elle n'avait pas refusé en bloc. Puis Elyn accepta. Aussi simplement que cela, précisant toutefois qu'elle souhaitait qu'il respecte les termes qu'il venait d'énoncer. Un sourire se plaque sur les lèvres pleines du jeune homme alors qu'il constatait avec amusement que sa parole était fréquemment mise en doute. Était-ce lié à son habitude de profiter de tout et de manipuler les gens ? Allez savoir, en tous les cas il semblait visiblement que les femmes croyaient souvent qu'il ne ferait pas ce qu'il promettait, pourtant le capitaine de la Veuve Salée n'avait qu'une parole. Lorsqu'il promettait quelque chose, il le faisait. Quoi que cela puisse le coûter. Cela dit il n'en était pas vexé, après tout lui-même ne venait-il pas de mettre la demoiselle en garde sur son éventuelle trahison ? Ils ne faisaient que préciser les termes d'une alliance prometteuse, pas de quoi fouetter un chat au final.

     ▬ Je n'ai qu'une parole Elyn, je respecterai tout ce que je viens de promettre. »

     Peut-être n'avait-il pas vraiment besoin de préciser ce genre de détails, mais Sargon estimait qu'il pouvait se montrer réellement sincère avec la jeune fille. Après tout il avait beau être manipulateur, le jeune homme ne mentait que lorsqu'il y était obligé, il préférait largement les manipulations où la vérité était utilisée à son avantage, c'était encore plus amusant à ses yeux. Un bref instant de silence passa alors que les yeux dorés du capitaine étaient toujours posés sur le visage de son amante d'un soir, elle fronçait les sourcils comme si quelque chose la taraudait, il se demandait si cette réaction était liée à quelque chose qu'il avait prononcé plus tôt, mais il ne verrait pas quoi. La voix de la Bonfrère s'éleva alors pour expliquer la cause de cette contrarié, l'attaque sur l'Ouest, c'était tellement évident. Elle lui apprit alors qu'elle n'était pas au courant de tout cela et que visiblement elle n'avait pas été mise au courant. Cela n'avait rien de trop surprenant au final, Dagon avait expliqué qu'il ne comptait pas envoyer Helya Botley non plus, cela signifiait peut-être qu'il souhaitait seulement charger certains capitaines de cette tâche ? Difficile de le savoir, la Seiche avait ses raisons et Sargon n'était pas assez proche de lui pour en savoir davantage à ce sujet. Elle avait l'air vexée, cela se voyait clairement sur son visage alors qu'elle parlait du fait que son père ne l'avait mise au courant de rien. Ce n'était pas une surprise pour le Harloi, mais il se tut, la regardant simplement alors qu'elle terminait sur une question. Il décida de répondre tout d'abord à ses premières interrogations.

     ▬ J'ignore si tu es de la partie, mais Dagon m'a fait venir à Pyk il a quelques jours pour m'annoncer qu'il voulait que je sois du lot. Apparemment il ne compte pas prendre part à l'attaque, pas plus que Helya et Harlon d'ailleurs. Mais Harald sera de la partie. »

     Avec amertume, il se souvint des remarques de son cousin au sujet de sa manière de parler de Harald. Dagon l'avait rappelé à l'ordre en lui signalant que le Timbal était « son supérieur » et qu'il lui devait donc obéissance et respect. Seulement même lui qui ne respectait pas l'Antique Voie savait que les habitants des îles étaient des hommes libres et qu'ils faisaient fi des rangs et des titres et du moment qu'ils n'estimaient pas quelqu'un comme étant digne de son titre, ils étaient en droit de ne pas le respecter. C'était ce que Sargon faisait vis-à-vis de Harald tout simplement. Au moins n'aurait-il pas à voguer aux côtés de l'Amazone, ses dernières rencontres avec la Botley n'avaient pas été des plus joyeuses pour être franc. Après un bref instant de silence, il enchaîna ses explications pour Elyn.

     ▬ Le plan, c'est de s'occuper de la nouvelle petite flotte du Lion, comme si ce lord Lannister croyait que les navires qu'il fait construire pourront lutter contre nos boutres, ils se prennent vraiment pour les maîtres du monde. »

     Le jeune homme rigola légèrement, l'idée même qu'un continental puisse envisager d'aller battre les Fer-nés sur leur propre terrain, l'amusait au plus haut point. Ce serait une première nouvelle, Sargon refusait que ces marins de pacotille puissent envisager de devenir de véritables navigateurs. C'était en grande partie pour cette raison qu'il était heureux d'être du nombre, montrer ce que les Fer-nés savaient faire sur les flots. Une idée naquit alors dans l'esprit du Fer-né alors qu'il se disait qu'Elyn pourrait apporter sa pierre à l'édifice. De plus, cela permettrait au moins de tester sa nouvelle facette, même si ce n'était pas franchement une excellente idée de se lancer dedans sans entraînement. Au moins de la sorte verrait-elle qu'il prenait des risques pour elle, signe qu'il la considérait comme son égal puisque lui-même ne cessait de courir des risques toujours plus grand. Ses lippes se marquèrent qu'un nouveau sourire plein d'intérêt alors qu'il reprenait.

     ▬ Vois-tu, avec mon oncle nous avons parlé d'une stratégie pour nous occuper de ces... Encombrements. Deirdre doit travailler sur le terrain, entrer dans Port-Lannis pour faire quelque de très important, de plus important que ce que nous ferons avec nos boutres d'ailleurs.... Il marqua une pause, ne sachant si Elyn était au courant pour Deirdre. Deirdre travaille pour moi, puis aussi pour Harlon, mais principalement pour moi, c'est mon contact sur le continent et je crains que sa couverture ne soit grillée si elle travaille seule sur ce coup. Il posa ses yeux dans ceux de la jeune femme. Tu pourrais tester ton autre côté, savoir si tu es réellement capable de te servir de tes charmes et de ta tête pour réussir quelque chose. Tu verras que ce n'est pas aussi facile que ça en a l'air, puis il me semble que vous vous entendez bien toutes les deux non ? C'était ce qu'il avait cru comprendre du moins. Si tu le souhaites, je peux m'arranger pour que ton second navigue avec la Veuve Noire à nos côtés et toi tu irais avec Deirdre sur la terre ferme. Je ne veux t'obliger à rien, mais au moins tu prendrais directement part à mes affaires comme cela. »

     Il retomba dans le silence, désormais la balle était encore une fois dans le camp de la jeune femme. C'était à elle de décider si elle pouvait passer outre le fait de ne pas avoir été invitée à cette bataille par Dagon en personne, une manière pour elle d'y prendre tout de même part. Une manière de montrer qu'elle ne se laissait pas faire et qu'elle pouvait aller où elle voulait quand bon lui semblait. Avec une habitude malsaine, le jeune homme ajouta quelques mots pour la pousser dans le sens de l'acceptation.

     ▬ Une bonne manière aussi de montrer à Harald que tu n'as pas besoin de son aval pour prendre part aux attaques.... »


.


Dernière édition par Sargon Harloi le Ven 2 Mar 2012 - 17:03, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://fallout-dog-city.forumactif.org
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 29 Jan 2012 - 11:04

Elyn ne pouvait nier sa colère. Elle se sentait mise à l’écart et était vexée par ce fait, qui prouvait une fois de plus que le Trompe-La-Mort se servait d’elle, dans le meilleur des cas. La fer-née ne regrettait pas son alliance avec le Harloi, qu’elle sentait très productive, d’autant plus quand il lui promit n’avoir aucune parole. Elyn en doutait, influencée par les rumeurs courrant au sujet de son nouvel associé mais était disposée à faire un essai. Après tout, s’il s’avisait de la trahir, elle se vengerait en lui faisant regretter mille fois. Certes Elyn n’était qu’une femme, ceci dis, se risquer à la sous-estimer pouvait entraîner de graves conséquences. Une occasion de le prouver ? Elle n’attendait que cela. Peut-être la respecteraient-ils plus. Un comportement aussi ouvert que celui de Sargon, vis-à-vis des femmes guerrières sur les îles, était plutôt rare. Harald avait été l’un des rares alliés de sa sœur, qui avait eu le temps de se faire respecter et avait l’avantage de ressembler à un homme, au contraire d’Elyn qui semblait aussi fragile qu’une jeune femme se doit de l’être. Semblait. La était la subtilité, là était l’arme secrète découverte par Sargon. Des ravages, voila quel était son pouvoir. « J'ignore si tu es de la partie, mais Dagon m'a fait venir à Pyk il a quelques jours pour m'annoncer qu'il voulait que je sois du lot. Apparemment il ne compte pas prendre part à l'attaque, pas plus que Helya et Harlon d'ailleurs. Mais Harald sera de la partie. » Elyn serra la mâchoire à cette annonce. Certes, elle n’aurait pas du prendre pour elle le fait d’être mise à l’écart puisqu’elle n’était pas la seule mais inviter Harald sans même songer à lui proposer d’en être, comme si elle ne comptait pas, comme si ses résultats ne prouvaient pas qu’elle était une bonne capitaine ! Persuadée que son sexe était l’une des causes de cette mise à l’écart, la Bonfrère avait envie de mettre les points sur les i avec le seigneur des îles. Elle avait du se tromper en le pensant bien disposé à son égard, à l’instar du Trompe-La-Mort. Chaque révélation sortant de la bouche de Sargon la confortait dans sa nouvelle position. « Le plan, c'est de s'occuper de la nouvelle petite flotte du Lion, comme si ce lord Lannister croyait que les navires qu'il fait construire pourront lutter contre nos boutres, ils se prennent vraiment pour les maîtres du monde. » la flotte du lion était en effet plutôt problématique, puisqu’elle protégeait les endroits riches et irait renforcer celle du Bief ainsi que celle de la Couronne s’ils finissaient par se tourner vers eux. La détruire était une bonne idée, restait à savoir comment. Elyn n’avait jamais aperçu de près ou de loin, l’un de ces fameux navires. Elle n’avait pu que constater les conséquences de leurs attaques sur le Lannister, à savoir l’évacuation des côtes. Elle en gardait d’ailleurs un cuisant souvenir sur la peau. « Vois-tu, avec mon oncle nous avons parlé d'une stratégie pour nous occuper de ces... Encombrements. Deirdre doit travailler sur le terrain, entrer dans Port-Lannis pour faire quelque de très important, de plus important que ce que nous ferons avec nos boutres d'ailleurs.... » Deirdre ? Au nom de son ancienne amie, Elyn parvint à ne pas se crisper. Même en réfléchissant de façon objective, elle ne voyait pas quels talents plus important que les leurs elle pouvait posséder. Incapable de se battre correctement –du moins au sens d’Elyn- son amie n’avait pour elle que son caractère et sa beauté. Peut-être l’avait-on chargée d’infiltrer la couche du Lannister. La, elle aurait compris. « Deirdre travaille pour moi, puis aussi pour Harlon, mais principalement pour moi, c'est mon contact sur le continent et je crains que sa couverture ne soit grillée si elle travaille seule sur ce coup. » Elle avait compris quelle serait sa proposition bien avant qu’il ne la formule tout haut, mais écoute malgré tout. Elyn en voulait énormément à Deirdre depuis qu’elle avait appris ses petits fricotages avec Harald. Cette rancœur avait-elle toujours lieu d’être ? Plus vraiment. Pourtant elles continueraient, car Elyn avait la rancune sacrément tenace. Deirdre avait beau être son unique amie et ignorer totalement qu’elle avait Harald en vue, la capitaine n’en démordrait pas. « Tu pourrais tester ton autre côté, savoir si tu es réellement capable de te servir de tes charmes et de ta tête pour réussir quelque chose. Tu verras que ce n'est pas aussi facile que ça en a l'air, puis il me semble que vous vous entendez bien toutes les deux non ? » Il rit, mais cela tenait plus du ricanement. Il dura une seconde, elle n’avait pu le retenir. Oui, elles s’entendaient bien. Au passé. Elle ne l’avait plus revue depuis longtemps et s’était toujours dis qu’elle l’éviterait, plutôt que de la confronter et risquer de se découvrir. Elyn avait confiance en un nombre limité de personnes et Deirdre n’en faisait plus partie. « Si tu le souhaites, je peux m'arranger pour que ton second navigue avec la Veuve Noire à nos côtés et toi tu irais avec Deirdre sur la terre ferme. Je ne veux t'obliger à rien, mais au moins tu prendrais directement part à mes affaires comme cela. »

Elle acquiesça lentement, prise dans ses réflexions. Si elle acceptait la proposition de Sargon, il lui faudrait travailler avec Deirdre et elle n’était pas certaine de pouvoir contenir son sale caractère. Elle n’avait pas eu vis-à-vis d’elle des envies de meurtre comme pour la Salfalaise mais s’était sentie trahie. Des affaires de femmes, voila ce qui la pourrissait de l’intérieur et elle devrait passer outre. Port-Lannis était la capitale de l’Ouest, c’était un port riche, sûrement très surveillé. Une occasion parfaite pour rendre son nom célèbre, pour s’imposer de façon définitive en tant que capitaine non pas uniquement aux côtés de ses hommes mais bien sur toutes les îles. D’un autre côté, s’il lui prenait la fantaisie d’échouer, elle perdrait toute crédibilité. L’autre problème de taille étant de confier son précieux boutre à quelqu’un d’autre, même s’il s’agissait d’Urek. Il était l’une des rares personnes en qui Elyn avait confiance et c’était pour cette raison qu’il était devenu son second. Elle savait que nul autre ne serait aussi capable pour prendre le commandement en son absence. Pourtant, elle hésitait. C’était contre sa façon de faire : ne pas laisser aux autres l’occasion de commettre une grave erreur qui pourrait coûter cher. Ce coup-ci, elle n’avait plus de sœur à perdre mais bien son boutre, et c’était tout ce qui lui restait, hormis sa vie, maintenant que la rupture avec le Trompe-La-Mort s’était opérée. Hésitante, Sargon parvint à trouver l’argument qui acheva de la convaincre, bien que cela ne lui plu pas. Il lisait trop facilement en elle. Elle voyait à son air qu’il se doutait de quelque chose, sans pour autant trop approfondir le sujet –histoire de ne pas la mettre en colère et compromettre leur nouvelle alliance. « Une bonne manière aussi de montrer à Harald que tu n'as pas besoin de son aval pour prendre part aux attaques.... » Elle avait envie de répliquer n’en avoir jamais eu besoin, mais ça aurait été un mensonge. Harald l’avait soutenu à sa manière en continuant d’accepter et d’inviter la Veuve Noire à côté du Cruel. Ca n’avait jamais été à chaque sortie bien entendu, Aurane appréciant elle aussi son indépendance, il avait sans doute cru bon de la laisser à Elyn. Ces dernières semaines, elle s’était débrouillée seule et même si sa technique portait manifestement ses fruits, même si son butin n’était pas encore apte à détrôner la richesse des Lannister. Elle avait des résultats, elle ramenait des femmes, des bijoux, des armes aussi lorsqu’il prenait l’envie à l’un ou l’autre imbécile de se défendre pendant qu’on l’égorgeait. Et de l’argent, bien sur. De quoi entretenir son équipage et s’entretenir elle-même sans dépendre de son père. Oui, Elyn savait se débrouiller seule mais les résultats obtenus à plusieurs étaient plus avantageux pour tout le monde.

Elle finit par se décider. « Je vais suivre ton plan et je compte bien voir la Veuve Noire voguer à côté de sa sœur Salée. Préviens moi quand tu en sauras d’avantage sur ma mission. Je tâcherais de mettre à profit ce que j’ai appris aujourd’hui. » Petit sourire, peut-être un peu amusé. Elle était pourtant heureuse, au fond, que quelqu’un se décide enfin à reconnaître sa valeur et ses talents particuliers –non elle ne parlait pas de ses prouesses sexuelles. Ainsi, elle tendit le bras pour attraper ses bandes et entreprit d’enrouler celles encore intactes autour de sa poitrine –dans le cas contraire elle ne rentrerait pas dans son haut. Il y eut un silence. « Je ne sais pas si je dois te remercier, sache juste que je n’oublie rien. Je sens que cette alliance sera bénéfique. » peut-être voulait-elle simplement s’en convaincre, car seul l’avenir pourrait décider de cette certitude. C’est en silence qu’elle se rhabilla, consciente que la nuit était entre temps tombée et qu’elle n’allait pas dormir dans le même lit que le Harloi, comme s’ils étaient mariés. L’idée lui donna envie de rire aux éclats mais seul le coin de ses lèvres frémit alors qu’elle passait sa main dans ses cheveux. Elle partait presque aussi vite qu’elle était arrivée, mais inutile de tenter leurs mauvais côtés respectifs. « Fais moi prévenir que je sache à quel moment nous partirons. Je serais chez moi… » A travailler ses charmes, ses personnages et surtout à revoir sa géographie du continent. Mais cela, Sargon n’avait pas besoin de le savoir car le fait était assez étrange mais plutôt personnel, se rapportant à une aventure qu’elle n’avait pas envie d’évoquer.
Ainsi partit Elyn, saluant son nouvel associé d’un mouvement de tête avant de faire le chemin inverse, beaucoup plus alerte qu’à l’allée. Beaucoup moins saoule aussi, les idées claires et l’âme un peu apaisée, quoi qu’elle fût certaine qu’une fois seule avec elle-même, certains démons reviendraient la titiller. Dés le lendemain, elle annoncerait un retour sur le Vieux Wyk pour une durée indéterminée, justifiant cela par une attaque de grande envergure prévue et à préparer. De quoi réjouir ses hommes, de quoi lui occuper l’esprit, jusqu’à peut-être enterrer tout ce qui la dérangeait, de façon définitive. Un vent violent soufflait dans ses cheveux, un fin sourire éclaircissait son visage, alors qu’elle fantasmait sur la promesse d’une gloire à venir.

FIN
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

« Tenter de vaincre le désespoir nous pousse sur d'invraisemblables chemins. » ft. Sargon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Quand l'ennui nous pousse à faire de drôles de choses... [ LIBRE ]
» La peur du changement nous pousse à l'inaction – Lys
» « L'ennui nous pousse à faire les pires bêtises. » Jane & libre
» Le travail éloigne de nous : l’ennui, le vice et le besoin. [Pv Nikolas]
» ce que nous faisons : les sauts en image

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-