AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Petite aide fait grand bien ▬ Theo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Jeu 12 Jan 2012 - 19:52

Lyr***texte manquant***u aller.

     Après avoir erré quelques instants, elle fut enfin repérée par un homme qui s'occupait du stand, il lui demanda s'il pouvait l'aider et la jeune fille expliqua brièvement sa situation, elle était une dame de compagnie et souhaitait offrir quelque chose à sa dame, mais ne savait malheureusement pas lire convenablement. Lyra s'en serait douté en temps normal, mais il ne fallait jamais avouer son ignorance, l'homme esquissa un sourire en commençant à lui montrer les parfums les plus coûteux et prétendant qu'ils venaient de très loin ce qui expliquait leur prix. Bien évidemment c'était beaucoup trop cher pour une simple suivante et elle se pressa de le lui signaler, mais l'homme insista si lourdement qu'elle dû devenir un peu plus sèche. Visiblement le vendeur était susceptible parce qu'il n'accepta absolument pas de se faire repousser comme ça par une simple roturière doublée d'une « étrangère ». Les joues de la jeune femme seraient devenues roses si elle n'avait pas été aussi bronzée, la honte de se faire rabaisser à ce mot était vive et elle se détourna rapidement pour dissimuler sa gêne en bredouillant des mots d'excuse avant de quitter le stand. La Dornienne ne s'arrêta que quelques mètres plus loin sans réussir à quitter totalement l'étal du regard. Il y avait tellement de jolies choses ici, la suivante ne savait pas où donner de la tête. Elle tourna sur elle-même quelques secondes, cherchant des yeux quelqu'un qui attirerait son regard, puis jeta finalement son dévolu sur un homme qui semblait différent des autres. Barbu, bien qu'il était habillé de manière propre et présentable il dégageait quelque chose de moins effrayant que les autres personnes présentes sur la place. D'un pas décidé, Lyra se dirigea vers lui et s'arrêta à ses côtés en frôlant son bras de sa main.

     ▬ Mon seigneur excusez-moi de vous importuner, mais j'aurais besoin de l'aide de quelqu'un d'instruit. Elle se tortillait les mains avant de tourner la tête vers le stand de parfum. Je ne sais pas lire, mais je voudrais trouver un parfum pour ma dame, auriez-vous quelques minutes à m'accorder ? »

     Lyra n'était pas certaine que cet homme allait bien prendre le fait qu'une simple roturière vienne l'aborder pour lui demander de l'aider, elle était pleinement consciente du fait qu'elle ne présentait pas aussi bien que les dames qu'elle devait servir. La Dornienne était propre et présentable, mais une suivante ne faisait jamais aussi bonne impression qu'une dame de noble lignage.


Dernière édition par Lyra le Mer 15 Fév 2012 - 18:57, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 14 Jan 2012 - 18:14

Villevieille, la citadelle des Mestres. Theo fronça les sourcils. Pourquoi lord Grimm avait il choisi cette cité ? Il aurait été plus logique de se retrouver à Grimmston, comme d'habitude. Là, le marché était bondé, il y avait beaucoup trop de monde. Ca criait dans tous les sens, achetant, vendant, se bousculant pour tenter d'apercevoir de soit-disant produits rares et exotiques qui coutaient une petite fortune chacun. Theo n'aimait ni le monde, ni la foule, et encore moins les marchés. Il était un montagnard : le froid et les vastes étendues vierges de toutes activités humaines étaient son élément naturel. Pas un marché bondé. Bien que l'automne s'annonçait partout dans les sept couronnes, il faisait chaud entre les étals. Cela était du à la myriade de personnes, seigneurs et gens du communs, aux animaux en tout genre, des chevaux aux bœufs en passant par des ânes qui se croisaient, se bousculaient, pour former un amas dense et bruyant. Une femme cracha à Theo l'ordre de dégager d'un ton aussi aimable que la moins avenante poissonnière de Port-Réal. Le sourire calme et l'oeil en moins de Lokyr la fit renoncer et elle s'effaça d'elle-même pour les laisser passer. Theo eut un léger sourire. Jamais il n'aurait cru que la vieille blessure de son frère, du à un sauvageon de Raymun Barberouge pourrait lui servir un jour. Faut dire que Lokyr était vraiment effrayant quand il voulait. Le chef du clan Wull chercha du regard son grand-père. Lord Theo marchait un peu plus loin devant eux, se déplaçant avec aisance parmi les commerçants, voyant ce qu'il pourrait acheter à un prix modique pour le revendre ensuite à un prix très avantageux pour lui. Toujours aussi filou, il usait des mêmes arguments que les marchands...et ça marchait.

Le Wull, lui avait l'impression chronique de stagner. Il y avait beaucoup trop de monde pour lui. Ce n'était pas qu'il détesta les villes du sud. Theo aimait bien voyager, et la citadelle des Mestres, si on la lui laissait visiter, promettait d'être fort intéressante. D'ailleurs, il voyait le haut de la tour qui dépassait au dessus des toits. Mais il aurait préféré que son grand-père lui épargne ses affaires, comme il les appelait. Theo était venu le voir de bon coeur. Après tout, lord Theo Grimm était son grand-père, il s'était toujours bien entendu avec lui, et le vieil homme avait soixante-douze ans. Theo ne pouvait pas le laisser tomber ainsi. Imaginer qu'il ait pu mourir sans qu'il l'ait revu était infâme. Le problème, c'est que j'ai trop bon coeur. Ca me perdra. Il ne va pas mourir maintenant : il est en excellente santé...Il était vrai que pour un homme de son âge, lord Grimm se portait fort bien.

Ce n'était pas un reproche, et même un soulagement. Même si Bouclier Gris n'était pas vraiment dans le périmètre des attaques des Fer-Nés, Theo craignait tout de même un peu que son grand-père ne subisse un assaut des pirates. Deux précautions valaient mieux qu'une, et malgré l'assurance avec laquelle ser Ryger Grimm, son oncle, affirmait que son père allait parfaitement bien, Theo avait préféré venir tout de même lorsque le vieux lord lui avait envoyé un corbeau à Primhaven, écrivant qu'il souhaitait le voir. Certes, le voyage avait été long. Et dangereux. Le Conflans n'était pas vraiment en bon état après l'attaque de Salvemer, et il était au bord de la guerre civile. Le chef de clan avait cependant prévu ce paramètres, emmenant une quinzaine d'hommes avec lui, et le voyage s'était passé sans encombres. Il avait retrouvé son grand-père à Villevieille le matin même. A vrai dire, le Nordien n'était pas vraiment faché de quitter pour un temps Primhaven. Il déperissait là-bas, et le souvenir d'Emma le hantait plus souvent qu'il ne voulait bien l'avouer. Il n'avait pas pu se résoudre à détruire le petit temple, précaire pourtant, qu'elle lui avait fait installer dans le bois sacré, près du grand barral blanc tordu par le temps et par l'age. Le visage qui y était gravé semblait triste. On aurait dit qu'il pleurait. Il me ressemble. Moi non plus, je ne vais pas bien...Benjen aussi lui manquait. Moins qu'à Cersei, sa fille. Mais quand même.

Pour l'instant, aucune conversation sérieuse n'avait encore eu lieu entre les deux hommes. Theo Grimm réglait ses affaires. Theo Wull attendait le bon vouloir de ce dernier. Un homme faillit le renverser à cheval. Cette fois c'en était trop. Suivi de Lokyr, Theo gagna un étal moins bruyant et moins peuplé. Il n'aimait guère la promiscuité. Soudain, une bouffée de nostalgie pour son bon vieux Nord le prit. La prochaine fois, ce serait lord Grimm qui ferait le voyage, tiens. Il n'avait mis qu'une fois les pieds à Primhaven : ça lui ferait un peu de bien d'y revenir. Theo n'aimait pas plus se perdre dans une ville inconnue. En effet, Lokyr ne tarda pas à lui faire remarquer qu'ils avaient perdu de vue lord Grimm. La peste soit de ce vieil enquiquineur et de ses magouilles. Nous voilà bien, maintenant. Ils auraient du emmener l'oncle Ryger avec eux, ils auraient eu moins de chance de se perdre. Mais il fallait bien que quelqu'un reste à Grimmston, n'est-ce pas ? Tout comme Theo avait laissé son jeune frère Jeor gérer Primhaven en son absence, lord Grimm laissait son fils gérer la forteresse de Grimmston lorsqu'il était en voyage. Pour le moment, Theo maudissait le lord d'avoir fait cela : ils étaient perdus et sans repère. Et en plus, il va falloir le retrouver...Parce que sans ça, pas possible de se retrouver dans la ville. Et Theo n'avait pas du tout la moindre envie de se retrouver à errer dans le marché de Villevieille jusqu'à ce que lord Grimm s'aperçoive de la disparition de ses deux petits fils.

Il repoussa un homme qui essayait de lui vendre des épées soit disant indestructibles. Menteur. Si ça existait, ce genre de choses, on ne m’appellerait pas Brisacier... Theo continua son chemin, suivi par Lokyr. Rien, pas la trace du vieux lord aux cheveux blancs. Il n'avait quand même pas pu disparaitre d'un coup, mais on aurait dit qu'il s'était volatilisé. Theo s'arrêta de nouveau, passant les deux doigts qu'il lui restait à la main droite dans sa barbe, cherchant à deviner où il pouvait être. Nul part apparemment, c'est ce qu'il constatait lorsqu'une jeune femme lui effleura le bras, lui demandant un service. De part sa mise, elle semblait être une suivante. Sa peau bronzée, ses cheveux bruns et ses yeux sombres clamaient son appartenance à la population dornienne. Elle paraissait mal à l'aise et hésitante. Parce qu'il était noble ? Si elle avait su qui Theo était, sans doute l'aurait-elle moins été. Les clans des montagnes du Nord étaient les moins aristocratiques des familles nobles des sept royaumes. Se faire aborder par une servante n'était pas aberrant pour Theo. Même si dans le Bief, cela l'était déjà plus. Elle lui demanda de l'aide pour lire quelque chose. Homme instruit. On pouvait dire ça. C'était dommage que les gens du commun ne sachent pas lire. Ce genre d'enseignement devrait être dispensé à tous. Ne serait-ce que pour compter sur un marché, comme maintenant.

Accepter s'imposait. Alors que Lokyr, visiblement agacé par tous ces gens qui les abordaient ou les bousculait, s'apprêtait à faire déguerpir la jeune femme, toujours grâce à son apparence de guerrier borgne et froid, Theo lui fit signe de s'écarter. Il n'avait pas pour habitude de refuser d'aider quelqu'un s'il pouvait le faire. Mais dans ce cas précis, il avait aussi besoin d'aide. Voyons. S'il pouvait retrouver la résidence des Hightower, endroit où il était fichtrement incapable d'aller seul si le vieux lord Grimm n'était pas là, alors son grand-père pourrait facilement le retrouver. Aussi répondit-il, proposant une aide contre une autre :

" Soit, mademoiselle. Si vous m'indiquez le chemin de la résidence des Hightower, je me ferais un plaisir de vous aider. Et pardonnez à mon frère sa réaction un peu vive. Il est effrayant, mais pas méchant. "

Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 15 Jan 2012 - 12:11

     Lorsque l'homme aux côtés de celui qu'elle venait d'interroger manifesta un agacement clairement visible, Lyra esquissa un geste de recul. Elle ne l'avait pas vu de prime abord, son attention trop troublée par toutes les informations qui provenaient des étals autour d'elle et trop occupée à chercher comment présenter sa requête à l'inconnu. La demoiselle n'était pas farouche, mais elle avait tendance à se méfier des hommes éborgnés, son père lui racontait toujours, alors qu'elle était encore petite, qu'un homme ne perdait pas une part de son anatomie en travaillant dans une auberge. Il était évident que pour récolter une telle blessure, l'accompagnateur de l'inconnu devait s'être battu et tout le monde savait que les hommes qui se battaient avaient une forte propension à recommencer. Principalement dans les auberges. Combien de fois Lyra avait-elle fait intervenir la garde dans leur auberge de Lancehélion pour séparer deux soldats qui se battaient sans aucune autre raison qu'un égo meurtrit ? Heureusement la Dornienne n'avait pas vu que le noble à qui elle parlait n'avait plus tous ses doigts, sans quoi sa méfiance aurait aussitôt repris le dessus, bien qu'elle était passablement dans les nuages à force de voir tant de belles choses. Mais heureusement, Lyra n'eut guère besoin de pousser son inquiétude plus loin, le noble à qui elle avait adressé la parole s'interposa en faisant signe au borgne de ne pas la chasser, puis accepta de l'aider contre un service qui était tout à fait dans ses cordes. Oh, pour le moment la suivante ne connaissait absolument pas la ville, mais elle avait un très bon sens de l'orientation et il lui suffirait de demander son chemin à quelqu'un pour pouvoir le guider à travers les ruelles de la ville, c'était quelque chose qu'elle avait appris dans sa ville natale en courant pour échapper aux gardes ou aux voleurs. Elle s'inclina légèrement en signe de reconnaisse, esquissant un sourire enjoué avant de répondre.

     ▬ Bien sûr monseigneur, je ne connais pas bien cette ville, mais je sais me repérer et en demandant à quelqu'un, je pourrais trouver cette demeure sans difficultés. Elle tourna la tête alors vers l'homme éborgné qui était donc le frère du noble. Je comprends tout à fait votre méfiance et je n'en prends nullement ombrage. Désignant l'étal derrière elle la demoiselle termina. C'est ici que j'aurais besoin de votre aide. »

     Elle était consciente qu'elle devait avoir l'air vraiment étrange, en temps normal une suivante n'achetait pas de cadeaux à sa dame, déjà parce qu'une femme comme elle n'avait absolument pas les moyens d'une femme aussi noble que lady Edarra l'était par exemple et que par conséquent, elle ne pourrait jamais acheter une décoction d'aussi bonne qualité. Mais c'était comme ça, Lyra avait envie de faire plaisir à la femme qui lui permettait de vivre une autre vie que celle d'aubergiste à se retrouver mariée pour pouvoir assurer la descendance au lieu de vivre pleinement. La Dornienne se détourna donc de l'homme pour faire quelques pas en direction de l'étal d'où de fortes effluves de parfum exhalaient, c'était juste délectable de sentir autant d'odeurs dont elle ne connaissait pas l'origine ! La suivante s'arrêta devant quelques flacons qui avaient l'air moins richement ouvragés que les autres, joignant ses mains contre sa poitrine comme si elle craignait de casser quelque chose en bougeant les bras. C'était tellement impressionnant, elle se sentait comme une enfant des rues devant le Prince Martell en personne ! Après avoir laissé errer son regard sur les différents conteneurs, Lyra tourna son minois vers le noble qui faisait preuve de beaucoup de gentillesse en acceptant de l'aider.

     ▬ Je ne vais pas vous importuner longtemps, je cherche simplement un cadeau pour ma dame, je pense que vous l'aurez compris, je suis la suivante d'une dame de Dorne, lady Edarra Ferboys. Les yeux sombres de la jeune femme passaient d'un homme à l'autre. Je souhaiterais donc lui acheter un parfum qui ne soit pas trop cher, je ne suis malheureusement pas riche et l'artisan n'a pas l'air de le comprendre. »

     Le regard de la Dornienne passa des deux hommes à l'artisan qui possédait le stand, elle ne tenait pas vraiment à lui reparler puisqu'il n'avait pas fait preuve d'une grande compréhension à son égard. Ne tenant pas à ce qu'il revienne vers eux, la suivante se glissa légèrement en arrière pour être dissimulée par les deux grandes silhouettes des nobles. Lyra s'autorisa le luxe d'observer brièvement la manière dont ils étaient habillés, un regard léger et non scrutateur, Obara sa collègue suivante lui avait appris comment observer les gens sans en avoir l'air. Sa première impression était la bonne, l'homme à ses côtés n'avait pas l'air de ressembler aux gens qu'elle avait rencontrés jusqu'à présent et après tout, la Dornienne ne devait pas être la seule à voyager non ? Certainement un homme venu des contrées alentours qui cherchait quelque chose de précis ou souhaitait simplement flâner. Lyra avait aussi appris, en côtoyant lady Edarra, que les nobles possédaient un luxe que les roturiers n'avaient pas : le temps. Ils pouvaient passer la journée assis à regarder le ciel bleu si l'envie leur en disait, personne ne leur en ferait le reproche alors qu'elle étant jeune, se faisait rappeler à l'ordre dès qu'elle bullait. Le temps c'est de l'argent lui répétait sans cesse son père. La jeune femme soupira légèrement avant de séparer ses mains pour passer ses doigts sur ses lèvres dans un geste de réflexion, ses yeux posés sur les chiffres qu'elle ne parvenait pas à déchiffrer.

     ▬ Je dispose de vingt cerfs d'argent, mais j'aimerais en garder une petite réserve pour les urgences, est-ce que vous pensez qu'il y aurait quelque chose à portée de ma bourse mon seigneur ? »

     Lyra savait bien qu'elle abusait, Obara aurait fait de gros yeux si elle avait appris que Lyra s'amusait à demander l'aide à des nobles et à leur raconter sa vie, même si ce n'était pas exactement le cas dirons-nous. Seulement la Dornienne avait grandi dans une auberge où elle faisait la conversation à toutes les personnes qui se présentaient, qu'elles soient simplement roturières ou nobles. Peut-être que le fait que cet homme avait fait preuve d'une certaine tolérance l'encourageait-elle à se montrer plus bravache qu'elle ne l'aurait été en temps normal ? Le tourbillon des découvertes l'emportait lui aussi, la jeune femme ne pouvait s'empêcher de se réjouir de la moindre découverte qu'elle faisait ! C'est alors qu'elle se rendit compte qu'elle ne s'était même pas présentée et que l'homme devait la prendre pour une suivante bien grossière. Dire qu'elle avait en plus donné le nom de sa dame, il pourrait aller se plaindre du comportement de sa servante ! Elle se mordilla légèrement la lèvre inférieure avant de reposer ses yeux sombres sur le visage de l'inconnu.

     ▬ Excusez-moi, j'en oublie les règles élémentaires, appelez-moi Lyra messire. »

     Son ton était teinté d'excuse, elle ne voulait pas avoir l'air d'une barbare du Sud, la Dornienne avait rapidement appris que les gens du Nord prenaient souvent les natifs des terres du Sud comme des personnes sauvages et impulsives. Elle avait beau ne pas se laisser marcher sur les pieds, Lyra ne tenait pas à ce que son emportement et son manque de savoir-vivre déteigne sur sa dame. Heureusement que lady Edarra n'était pas en ville ! Les joues de la jeune fille chauffaient sous le coup de la gêne, bien heureusement son teint l'empêchait de rougir et elle sourit d'un air désolé en baissant les yeux vers le sol, pour apercevoir la main du noble. Il lui manquait plusieurs doigts ! La surprise fut de taille, dire qu'elle avait tout d'abord pensé qu'il était visiblement quelqu'un d'instruit, il semblait aussi être combattant. Elle fronça un instant les sourcils avant de redresser son minois pour regarder les deux hommes, consciente d'avoir l'air étrange à changer ainsi d'expression. Une fois de plus, la Dornienne joignit ses mains pour les empêcher de casser quelque chose avant de conclure.

     ▬ Je vous prie d'excuser mon comportement, je débute et je découvre beaucoup de choses, il ne faut pas en tenir rigueur à ma dame. »

     Elle ne tenait pas à ce qu'il déclare quoi que ce soit de mauvais à lady Edarra ou même à Obara qui serait malheureusement obligé de rapporter cela à leur dame. Même si la Dornienne était compréhensive, Lyra doutait qu'elle puisse passer sur ce genre de choses à plusieurs reprises. La suivante espérait juste n'avoir froissé aucun égo, elle savait qu'il n'existait pas plus arrogant qu'un noble.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Petite aide fait grand bien ▬ Theo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Petite aide fait grand bien. [Clay]
» Petite aide fait grand bien ▬ Andrea
» Petite aide fait grand bien ▬ Barrett
» Le destin fait parfois bien les choses ? Ft Justin.
» PETITE X SPITZ/PAPILLON F 10 ANS OU + SPA DE TOULOUSE 31

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-