AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Temps pourris [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 7 Jan 2012 - 0:46

Le temps passait. Lentement. Bien trop lentement au goût de Tristan. Il trouvait le paysage qui s'offrait à lui était de plus en plus morne et triste. En tout cas, c'était l'impression qui était celle du jeune homme. Il voyait défiler les montagnes plus ou moins imposantes avec un regard morne et désintéresse. Il avait plutôt en tête les yeux pleins de larmes de Cara et ses cheveux roux qui disparaissaient à l'angle d'un couloir.

Difficile d'expliquer à son amante qu'on tien à elle et... peut-être un peu plus même. Mais qu'on doit accompagner sa futur épouse dans l'Ouest et cela pour un bon moment. Bien sur, jamais la jeune femme ne s'était fait la moindre illusion. Une chambrière, ça n'épouse pas l'héritier du Bief. Ça chauffe son lit, s'offre à lui, plie à sa volonté, mais ça ne se marie pas. C'était totalement illusoire de le penser et d'ailleurs, elle ne l'avait jamais fait. Enfin. Si, elle l'avait fait. Mais c'était uniquement en rêve. Rien de plus. Cela n'empêchait pas cette nouvelle de faire un sacré choc.

Se redressant sur son cheval, Tristan tenta d'étirer un peu ses épaules. Mal lui en prit. Avec cette pluie vint alors s'ajouter une longue rigole qui descendit sur tout le long de sa colonne vertébrale. Foutu temps.

Un foutu voyage par un foutu temps pour aller voir une foutue bande de foutus blondinets. C'était tout à fait rageant. Et la perspective de sa prochaine rencontre avec son minet de futur beau frère était loin de faire partit des choses qui pouvait remonter le moral. Il allait s'enfermer au Roc avec tout un tas de Lannister. Si on lui avait laissé le choix, il aurait de loin préféré de plonger de son propre chef dans un nid de serpent. C'était moins dangereux.

Il allait avoir droit aux accolades viriles, au gestes fraternels et à un acceuil digne de son rang. La simple évocation de celui-ci le faisait par avance vomir tripes et boyaux. Même sans la réputation de possible préférence de Tybolt Lannister pour les jeunes éphèbes. Quoi ? Ben oui, quant on est Lord Lannister depuis déjà un moment et qu'on est pas encore marié, c'est louche. Et la maison du lion n'avait pas le monopole des langues de serpents.

La seule consolation qu'on pouvait trouver à cela, c'était le fait qu'il ait put choisir lui même les hommes du détachement Tyrell... enfin, ceux qui l'accompagnait jusqu'à Castral Roc avant de rentrer. Il n'avait rien dit à son père car ce voyage était se que Tristan voulait obtenir, mais le laisser seul avec tout les Lannister... d'après lui, se n'était pas une bonne idée.

« On arrive. Je sens que bientôt toutes putains de cette ville vont crier mon nom, fit Gregor que le temps de chien ne semblait pas affecter. »

« On reste pas longtemps, prévint Tristan. Je n'ai pas la moindre envie de me retrouver plus longtemps que le strict minimum avec ces vipères. »

Le chevalier arborant les armes de Lowther haussa les épaules.

« Ça ne dépend pas que de toi. »

Malheureusement, il avait raison.

La troupe armée bifurqua avant d'entrer dans Port Lannis et commença à entreprendre la longue montée en direction du Roc. Tristan tenta de se tenir aussi droit que possible sur sa selle. pas facile avec ce temps de chien et toutes ces rigoles d'eau qui dégoulinaient dans chaque petit interstice laissé par les plaques de métal. Il représentait le Bief, pas question qu'il fasse son entrée au Roc voûté comme un bossus.

Les soldats rouges de Lannister devaient être en train d'aboyer leurs ordres et de relayer l'information. Bien entendu, Tristan et son escorte avaient été repéré bien avait d'atteindre le Roc. Mais il était temps de mettre une touche finale aux décorations ou autres éléments pour souhaiter la bienvenue au jeune homme qui arriverait très prochainement dans la forteresse.

Il aurait été du plus mauvais goût de le faire patienter hors des murs pendant qu'on réglait encore quelques détails. La réception d'Aliénor avait été magnifique et s'était faite en grande pompe. Restait à savoir si les Lannister auraient le bon goût de renvoyer la pareil. Après tout, même si ce voyage était une punition pour le jeune homme, il allait tout autant observer et juger que lord Edwyn dans le Bief et être tout autant jugé que l'avait été Aliénor.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 21 Jan 2012 - 21:05

Il pleuvait des hallebardes sur la forteresse de la maison Lannister. Frissonnante malgré l’épaisse fourrure qui couvrait ses épaules, la jeune femme avait trouvé refuge sous une guérite pour s’éviter de finir aussi trempée qu’un fidèle du Dieu Noyé. Mais elle avait en tous cas une bonne vue sur la cour de son château. Elle jeta un coup d’œil autour d’elle, elle était seule avec ses quelques chevaliers du Val arborant le faucon des Eyrié sur leurs écus et deux suivantes qui s’étaient elles aussi chaudement emmitouflées dans leurs capes. Elle ne l’avait pas dit à son entourage et encore moins à son époux mais la jeune femme était inquiète. Inquiète de l’accueil réservé à son parent et de ses possibles prises de bec avec Tybolt à ce sujet. Elle l’avait encouragé à faire preuve de magnanimité à l’égard de son cousin et à ne voir que le regrettable incident à Crakehall comme une simple erreur de jeunesse mais elle devait s’avouer avoir complètement échoué. Cependant, son époux secret n’avait pas jugé bon de la mettre dans le secret de ce qu’il avait prévu pour son futur beau-frère malgré l’insistance de la jeune femme qui aurait souhaité que son cousin puisse combattre avec les armées du Val d’Arryn et le contingent présent à Port-Lannis. Elle avait fini par baisser les bras devant l’intransigeance de son mari.

Pour tout dire, malgré son inquiétude latente, elle était surtout impatiente de revoir un cousin qu’elle n’avait pas vu depuis une longue décennie. Depuis son lointain séjour à Hautjardin alors qu’elle n’était elle-même qu’une enfant qui venait de perdre sa mère. Tristan et elle avaient à peu près le même âge à quelques jours près d’après ce qu’elle savait. Ce devait être l’aîné si elle se souvenait bien de ce qu’elle savait mais elle devait avouer ne pas en être sûre. A cette époque, son cousin était déjà écuyer d’elle ne savait plus quel seigneur et ils s’étaient finalement peu vus. Elle avait passé la majeure partie de son temps avec sa grand-mère, sa tante et Emilia et les trois femmes avaient essayé de la distraire de la perte qu’elle venait de subir. Lady Amelia l’avait également prise à part pour lui indiquer qu’il revenait désormais à Maura de prendre la place de sa mère aux Eyrié et de jouer les hôtesses. Ce petit intermède avait été finalement été bref à cause des troubles qui duraient toujours depuis la grande rébellion Feunoyr. Elle se doutait même que certains avaient murmuré sur la possibilité d’un mariage entre l’héritier du Sud et l’aînée du seigneur des montagnes alors qu’ils n’étaient que deux nourrissons, leur âge si proche aidant à l’analogie.

Elle se secoua pour faire quelques pas et se détendre quelque peu suivie de près par ses deux femmes qui faisaient attention à ce que la traîne de sa robe ne se prenne pas dans une rugosité du mur du donjon principal. Finalement, ce fut Aliénor qui arriva alors qu’elle n’attendait que Tybolt. Elle s’était demandée si la jeune femme ferait une apparition ou si elle avait été trop vexée par le mauvais tour que son fiancé lui avait joué alors qu’elle arrivait à Hautjardin. Elle lui adressa un sourire de bienvenue et lui fit un peu de place sous la guérite pour qu’elle évite elle-aussi la pluie. Elle allait commencer à tuer l’attente en ouvrant la discussion quand les gardes situés sur les tours de la Porte des Lions annoncèrent l’arrivée de la troupe du Bief en faisant sonner le cor. Quelques instants plus tard, sous une pluie battante, son cousin Tristan, sans doute trempé jusqu’à l’os, faisait son entrée dans la cour de la forteresse des Lannister.

La jeune femme leva une main pour saluer les chevaliers du Bief et leur chef sans pour autant quitter l’abri de fortune où elle se tenait devant la porte qui menait vers les couloirs desservant le grand Hall de Castral Roc. Elle attendit patiemment à côté de sa belle-sœur que les hommes du sud s’approchent pour saluer plus aimablement les nouveaux arrivants. Aliénor, en tant qu’hôtesse du Roc, lança quelques mots de bienvenue avant de se taire avant que Maura ne prenne le relais avec naturel.


« Ser Tristan. Messires. J’espère que vous avez fait bonne route depuis Hautjardin malgré les pluies d’automne. Je crois savoir que l’on vous a préparé quelque chose à l’intérieur. » déclara-t-elle à l’attention des hommes du Bief qui s’inclinèrent devant la nièce de leur suzerain avant qu’elle ne parle plus qu’au seul Tristan. « Alors cousin, quelles sont les nouvelles ? Oncle Leo et Tante Jeanne se portent bien ? Et Emilia ? Mathias ? Et notre vénérable grand-mère ? »

Spoiler:
 


Dernière édition par Maura Lannister le Dim 22 Jan 2012 - 13:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Dim 22 Jan 2012 - 13:17

Les temps étaient mauvais. Quel dommage. Elle passerait à Port-Lannis demain, si elle le pouvait. À force d’hausser le ton, elle aurait peut-être ce pourquoi elle faisait des allers retours. Elle était bien plus calme qu’à l’habitude. Elle avait pourtant reçu un courrier indésirable. Une lettre dont elle avait fini par oublier le destinataire. Elle ne connaissait pas son visage c’était certainement ce qui la tracassait. Elle finirait par l’oublier.

Surtout qu’elle avait entendu par l’entremise des servantes que le Ser Tyrell s’amenait à Castral Roc. S’il essayait de gagner ses faveurs, il pourrait toujours essayer. Elle ne lui donnerait pas aussi facilement. Aliénor était une femme rancunière. Elle n’acceptait toujours pas ce qu’il avait fait, mais elle se montrait indifférente, comme l’hériter de Hautjardin qui ne semblait pas l’apprécier pour autant.

Son Ser toqua à la porte et ce fut la lionne qui lui répondit. Il s’inclina avec habitude et offrit un sourire à sa jeune protégée. Des nouvelles intéressantes. À bien le croire. Quand il souriait ainsi. La petite lionne du roc haussa des sourcils et referma la porte. Quelle nouvelle intéressante valait la peine d’être entendu. En fait, Aliénor ne quittait que rarement ses appartements, ou si elle n’était pas au roc, elle était à Port-Lannis. Elle essuyait une mince frustration contre son frère. Elle se présentait rarement. Elle évitait tout le monde préférant remballer quelques malles. Elle ne faisait que cela. Elle voulait aussi éviter le couple.

Il est à quelques pas de la forteresse. Il ne tardera pas à entrer dans la cour du lion.

Mon frère y est déjà?

Non madame, il n’y a que Lady Arryn, que pour l’instant.

Merci Ser Richard.

Aliénor appela la servante qui arriva illico avec une fourrure assez chaude pour la couvrir du froid automnal. Tybolt n’y était pas, elle aurait peut-être la chance de parler avec la dame Arryn. Elle ne pouvait pas y en vouloir, elle avait toujours été rancunière. Elle était haute comme trois pommes qu’elle était capable défaire changer le lion gris d’avis. Malheureusement cela ne marchait pas. Elle pouvait bouder son frère des siècles, il ne la laisserait jamais le prendre par les sentiments. Elle était sa petite sœur, sa protégée, mais elle devait grandir. Descendant une à une les marche, elle se présenta sous la guérite près de sa belle-sœur.

Elle allait ouvrir la bouche lorsque les cavaliers entrèrent dans la cour. Facilement elle reconnut Tristan, et surtout son garde au dauphin. La petite lionne s’était avérée à ne pas trop aimer l’homme. En fait, au moins, elle n’avait pas échangé de place, elle. Elle avait de la misère à pardonné le coup du Tyrell. Une chance pour lui, Léo Tyrell avait tout fait pour ne pas mettre de l’huile sur le feu, mais elle s’était montrée raisonnable. Du moins, le pauvre Tristan avait désormais un point faible qu’elle exploiterait un jour ou l’autre. Sortant de ses rêveries devenues une quasi-habitude, elle releva la tête et soupira intérieurement.

Ser Tristan, messires, j’espère que vous avez fait bon voyage, malgré ce temps gris et pluvieux. Je vous souhaite la bienvenue à Castral Roc.

Ses yeux de saphir se figèrent dans ceux de l’héritier. En fait, elle ne savait même pas si elle avait envie de le voir ou pas. Elle n’était ni contente, ni fâchée de le voir. Elle aurait préféré qu’il soit loin, à Hautjardin et qu’elle n’endure pas sa présence très longtemps. Car leur union était une question de jour et la lionne n’avait pas l’intention de se mettre les pieds dans les plats davantage.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 29 Jan 2012 - 2:28

L’accueil était somme toute assez sobre par rapport à celui qu'Aliénor avait reçus à Hautjardin. Pas de pétales de fleurs dégringolant ou de serviteurs en liesse. Tout était beaucoup plus sobre. D'un autre côté, les gens du Roc ne bénéficiaient pas de la même clémence du temps que les Tyrell. Si la pluie s'était abattue sur Hautjardin le jour de l'arrive de Dame Aliénor, il y avait fort à parier que les choses n'auraient pas été ainsi.

Le cor sonna et quelques instants plus tard, Tristan et les quelques chevaliers de son escorte, trempé jusqu'aux os mais aussi droit et fiers que possible dans leurs armures passèrent les portes du Roc pour pénétrer dans la forteresse. En ce moment, dans l'esprit du jeune chevalier comme dans celui de tout les autres, une seule et unique pensée avait sa place : rentrer, retirer les armures et enfiler un vêtement sec. Oui, mais avant, il fallait sacrifier au protocole et à l'étiquette. C'est fous se qu'on peu trouver cela lourd et pesant quant le poids de ses vêtements à doublé et que l’intérieur de son armure aurait put servir d'aquarium.

Une des premières choses que Tristan nota sur la délégation Lannister qui venait l’accueillir était qu'elle était menée par une femme. Son futur beau frère devait avoir encore cette petite blague potache en travers de la gorge. Décidément, les Lannister n'ont pas le moindre humour. Enfin, cela posait une autre question. Est-ce qu'on allait le faire attendre sous la pluie et le froid que Lord Lannister daigne montrer le bout de son nez ? Possible, mais peu judicieux. Il serait délicat d'expliquer pourquoi l’héritier du Bief se retrouve alité suite à un coup de froid attrapé pour la petite fierté d'un jeune coq prétentieux. Certes, cela pouvait être une revanche, mais rien n'empêchait lord Lannister de faire attendre Tristan plus tard... au chaud et au sec.

La seconde chose que Tristan remarqua était l'identité de la blondinette qui l’accueillait. Lady Aliénor semblait quelque peu renfrognée. À la voir ainsi, on aurait eu plus l'envie d'aller enquiquiner une lionne mal lunée que ce chaton, toutes griffes dehors.

« Ser Tristan, messires, j’espère que vous avez fait bon voyage, malgré ce temps gris et pluvieux. Je vous souhaite la bienvenue à Castral Roc. »

Pas besoin d'être un grand devin pour savoir que ces paroles n'étaient que pur politesse. Elle avait sans doute envie de le voir repartir sans même qu'il ait mis pied à terre. Au moins, cela leur faisait un point commun. Tristan n'avait pas la moindre envie de se trouver en sa présence. Il n'avait rien à lui reprocher, mais il ne l'aimait pas. L'idée de devoir l'épouser n'arrangeait rien et, à l'heure actuelle, cela créait même une sorte de répulsion involontaire pour la jeune femme. Elle ne la méritait en rien, toutefois, elle était bel et bien là.

« Excepté ce fort mauvais temps qui nous suit depuis deux jour, je n'ai pas à me plaindre de ce voyage lady Aliénor. C'est un plaisir de vous revoir. »

Une légère révérence de Tristan qui peu pour effet de laisser couler un long filet d'eau vers l'avant de son armure, si bien que le jeune homme dut légèrement forcer pour se redresser, ainsi alourdit par l'eau.

Une autre femme s'approcha de lui. Pour être franc, il ne la reconnu pas. Elle avait l'avantage sur lui de pouvoir clairement l'identifier. Le cavalier de tête arborant les couleurs des Tyrell, il était difficile de se tromper lorsque l'on savait qui on attendait. Son visage lui évoquait assez vaguement quelque chose, mais il n'était pas sur.

Les informations qu'on lui avait fournis sur le Roc avant son départ orientait se qu'il pensait vers le fait que cette femme était sa cousine, Maura Arryn. Mais il n'en était pas certain. Et lorsqu'on ne sait pas qui est une personne en diplomatie, mieux vaut se taire jusqu'à en avoir la confirmation. C'était un coup à froisser quelqu'un et, en général, mieux valait que cela arrive. D'une parce que l'interessé risquait de ne pas apprécier, et de deux parce qu'on avait l'air d'un idiot. Le ''c'est pas faux'', mine de rien, ça marche.

« Ser Tristan. Messires. J’espère que vous avez fait bonne route depuis Hautjardin malgré les pluies d’automne. Je crois savoir que l’on vous a préparé quelque chose à l’intérieur. »

Les chevaliers s'inclinèrent, tout comme Tristan. Exercice qui fut tout autant désagréable que quelques secondes plus tôt. Cela n'indiquait rien. Les hommes du Bief étaient toujours galants. Ils se seraient prosterné devant n'importe quel dame, demoiselle, rosière ou gourdasse.

« Alors cousin, quelles sont les nouvelles ? Oncle Leo et Tante Jeanne se portent bien ? Et Emilia ? Mathias ? Et notre vénérable grand-mère ? »

C'était confirmé, il s'agissait bien de Maura.

Se relevant, Tristan fit face aux deux jeunes femmes.

« Je suis très heureux de vous revoir cousine. Cela fait bien des années que nous ne nous somment vus. Tout le monde allait bien lorsque j'ai quitté Hautjardin. Quelques rumeurs sur d'éventuelles unions, vous devez connaître cela. Quant à notre chère grand-mère, je craint qu'elle ne nous enterre tous. »

Un léger frisson involontaire parcourut le corps de Tristan.

« Si vous le permettez mesdames, l'orage a éprouvé mes hommes et nos montures. Je demande humblement à se qu'ils puissent se retirer et passer la nuit au Roc avant de reprendre la route demain pour Hautjardin. »

Volontairement, Tristan ne s'était pas intégré dans le lot. Si Tybolt voulait le faire patienter pour tenter de le faire flancher, il se mettait le doigt dans l'oeil. Il attendrait jusqu'à l'aube debout au milieu de la cour s'il le fallait. Déjà parce qu'on ne s'invite pas ainsi chez les gens et que ni Maura ni Aliénor ne l'avait invité à entrer, ensuite, parce qu'une partie de 'celui-qui-a-la-plus-longue' c'était engagée avec Tybolt. Et que, par fierté typiquement et stupidement masculine, Tristan refusait de flancher.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Dim 29 Jan 2012 - 16:47

D’un geste de la main, et sans attendre une quelconque indication d’Aliénor, Maura fit signe à la troupe de la suivre à l’abri du grand Hall qui se tenait, grandiose et solennel, après une petite volée de marches qui permettait d’y accéder. Malgré les années, elle était contente d’enfin voir ce fameux cousin qui serait bientôt une sorte de beau-frère par alliance. Amusant quand on y pensait. Mais bon, sans se l’avouer, ce qu’elle aimait était de voir la rose d’or des Tyrell, cela lui donnait un petit souvenir de sa mère qui avait arboré le même étendard durant son enfance. Des serviteurs s’approchèrent afin d’aider la petite troupe venue de Hautjardin à se débarrasser de ses effets mouillés, moites et collants. Deux grands feux dans les immenses cheminées de la salle diffusaient une chaleur réconfortante et les tapis de Myr et de Tyrosh aidaient à donner une atmosphère chaleureuse à la pièce.

 « Les hommes pourront loger dans de grandes chambres à plusieurs et profiter de l’hospitalité de Castral Roc m’a assuré Lord Tybolt. Je suppose que quelques jours de repos ne seront pas de trop ? N’est-ce pas Messers ? » demanda-t-elle avec un sourire aux hommes faisant partie de l’escorte de son cousin.  « Je suis heureuse de savoir que dame Amelia soit encore suffisamment verte, je garde d’elle un souvenir édifiant. Mais, quoi d’autre ? A part les rumeurs de mariage, je veux dire. Comment vont-ils ? Comment sont-ils même ? Enfin, je vais tout de même vous laisser arriver, nous aurons sans doute l’occasion d’en discuter à l’avenir. »

Elle laissa là son enthousiasme alors qu’un valet vêtu de velours rouge sur lequel s’étalait le lion d’or des Lannister s’approchait du petit groupe et s’inclina devant les trois nobles qui discutaient tandis que les hommes se séchaient.

 « Dame Aliénor, Dame Maura, Messer. Lord Lannister se propose de vous recevoir dans la Grande Salle pour rompre le pain et le sel dès que vous aurez pu vous sécher et vous réchauffer. D’ici quelques minutes a-t-il demandé. Il y a une salle à côté où vous pourrez vous changer. L’on vous montrera vos quartiers après l’audience. »

Après un sourire et quelques mots, Maura laissa la troupe avec Aliénor et le petit page en leur indiquant qu’elle les retrouverait dans la Grande Salle pour que Tybolt les reçoive et qu’ils puissent rompre le jeûne ensemble. Elle passa par ses appartements et se changea rapidement pour passer une robe azur frappée des faucons arryn cousus au fil d’argent le long de la surrobe. Après un rapide effort de coiffure, elle rejoignit la Grande Salle où Tybolt était déjà installé discutant avec le capitaine de ses gardes et son mestre. Elle se contenta d’un signe de tête de loin et alla s’installer sur un siège prévu pour elle sur le côté de la salle. Les deux chevaliers l’encadrèrent dans leurs capes bleues tandis que lady Royce qui l’accompagnait se plaçait sur un tabouret à ses côtés. Les gens du Bief ne tardèrent pas à arriver et à passer les deux grandes portes de bois ouvragé et incrusté de nacre.

Après que ses gardes aient été installés derrières les gardes Lannister qui surveillaient la salle le visage caché derrière leurs casques léonins, Tristan dut s’avancer seul jusqu’au trône sur lequel était installé le seigneur de Castral Roc. Vêtu de l’écarlate de sa maison et du Lion d’or, il arborait la même blondeur éclatante que sa sœur mais là où Aliénor n’était que douceur, Tybolt, lui, était à l’image de l’emblème de sa famille. Fier et fort comme le Lion et très peu impressionné par le chevalier du Bief. Il le toisa de toute sa hauteur tandis que Tristan saluait et rendit un léger signe de tête avant de parler d’une voix forte.


 « Soyez le bienvenu au Roc, Messer. La maison Lannister est honorée de recevoir le fils du Long Dard sous son toit. Et de voir que la maison Tyrell sait adoucir les offenses faites. Ceci est un gage de la réussite de l’alliance de nos deux maisons. »

D’un geste, Lord Tybolt fit signe à l’assistance afin d’offrir à chacun des présents l’occasion de se restaurer. Un buffet avait été dressé et, si le seigneur des lieux ne buvait que de l’eau, du vin de la Treille avait été mis à décanter dans des carafes à l’attention des hôtes de Castral Roc. Du sucré au salé, tout y était afin de permettre aux chevaliers du Bief de se restaurer. Attendant patiemment que chacun ait goûté à l’hospitalité du Roc, Lord Tybolt finit par faire un signe à Tristan Tyrell pour que ce dernier le rejoigne dans un endroit un peu isolé du groupe qui mangeait sous les regards inquiets des femmes présentes.

 « Votre père m’a dit que vous souhaitiez laver l’offense faite à ma sœur et à notre maison en servant contre les Fer-nés. Votre cousine a proposé que vous serviez dans l’ost Arryn sous son commandement mais il me semble qu’une offense aux Lannister doit être excusé par un service directement rendu à la maison Lannister. Vous serez traité comme il convient à votre qualité de chevalier mais vous servirez dans la soldatesque de Castral Roc. Ser Russel vous mènera aux quartiers de la Garde où une chambrette a été mise à votre disposition. Vous devrez répondre aux exigences du capitaine de la Garde concernant l’entrainement et vos rondes tout comme vous prendrez vos repas en commun avec les soldats. » Ton directif et posé. Il n’y avait pas à tortiller sur ce que Lord Tybolt attendait de l’héritier du Bief. Encore que la punition était bien douce pour un homme d’armes comme Tristan qui serait sans doute plus à l’aise au milieu de soldats qu’à la table du Lion. Encore que si la qualité des mets du mess des soldats lui déplaise tant, il pourrait peut-être compter sur sa fiancée et sa cousine pour obtenir de dîner de temps à autre avec les nobles de la forteresse.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Aliénor Tyrell
Noble

Général
❖ Dame de la Maison Tyrell ❖

♦ Missives : 1477
♦ Missives Aventure : 180
♦ Age : 26
♦ Date de Naissance : 16/03/1991
♦ Arrivée à Westeros : 20/12/2010
♦ Célébrité : Annabelle Wallis
♦ Copyright : Gritsou
♦ Doublons : Aaricia Bonfrère, Maeve Arryn, Maureen Bolton, Rebecca Staedmon
♦ Age du Personnage : 18 ans
♦ Mariage : Tristan Tyrell
♦ Lieu : Hautjardin
♦ Liens Utiles :
Galerie


2/3 rp

Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
1643/2000  (1643/2000)


Message Ven 3 Fév 2012 - 16:21

La petite lionne du Roc sentait ses os congeler avec la pluie. Elle n’était pas d’humeur et elle essayait au mieux d’être agréable. Elle était fatiguée et ne se sentait pas dans son assiette. La pauvre lionne anticipait trop les actions de son frère. Peut-être voyait-elle seulement le fruit de son imagination, lui jouer un tour. La jeune femme ne détestait pas en somme l’héritier. Les cavaliers a demi-trempés avait été observé longuement. Elle en avait reconnu un. Celui qui se tenait près de l’héritier du Bief, Le Lowther. La jeune lionne ne poussa pas plus loin ses réflexions, elle savait que contrairement à tout, elle aurait le temps de le découvrir dans le futur. Sortant de ses pauvres rêveries, elle offrit un sourire sans hypocrisie au chevalier avant de lui adresser de nouveau la parole.


Il me fait également plaisir de vous revoir, Ser Tristan.


Lui tout comme elle, dut remarquer le malaise. L’accueil du chevalier du Bief, était bien fade et sobre comparé à celle qu’elle reçut de la part des dirigeants du Bief. Aliénor lui avait sourit, espérant qu’il ne la croit pas hautaine, mais sincère, pour une fois. Elle était contente de le revoir et ne savait bine que l’héritier ne devait pas ressentir la même chose. Enfin, elle ferait avec. Elle n’était pas difficile. Elle espérait seulement ne pas se casser la gueule cette fois. Elle était bien capable.


Entrant à l’intérieur sur le geste de main, Aliénor pesta intérieurement. Elle ne voulait pas médire sur personne, tentait bien que mal de faire plaisir à tous les partis, mais elle semblait faire partie du mobilier de Castral Roc. Elle avait ouvert la bouche, mais ne dit rien. Elle n’avait pas envie de parler. Elle était quelques peu dans les nuages, mais elle n’avait même pas envie de se battre contre Maura. La place c’était la sienne, même si elle était désormais l’épouse du seigneur.


Aliénor laissa le page entrer et Maura s’éclipser. Moment embarrassant comme toujours. Elle qui croyait vainement pouvoir bien paraitre. Elle n’osait pas ouvrir la bouche de peur que les mots s’enfarger en parlant. Elle devait se réveiller. Elle leva la tête devant le fils de Lord Tyrell, qui plus est son futur époux et le regarda avant de dire d’une voix incertaine.


Lorsque vous serez changé, je vous accompagnerai jusqu’à la Grande Salle.


Aliénor s’éloigna quelques minutes pour revenir lorsque l’héritier fut davantage présentable que ses vêtements mouillés. Elle ne lui offrit ni sa main, si son bras. Elle préférait avoir une distance avec lui pour le moment. Elle s'était découverte très méfiante envers les hommes. Du moins qu’elle ne l’avait été. Il n’y avait rien ente eux. Pas de regard tendre, aucun sentiment de vouloir aimer l’autre. Comme si la lionne devenait le fardeau de l’héritier du Bief et vice-versa. Ce n’était que de ses alliances politiques ou l’on ne s’aimait pas.


Contrairement à son frère, qui peut-être s'était marié pour la cause politique, mais Maura était pareille comme lui. Ils s’accordaient plutôt bien, malgré tout. Elle et Tristan ne partageaient rien de commun. Ils étaient deux opposés. Une fois dans la Grande Salle, la petite lionne regarda sa belle-sœur, puis jeta un regard à son frère avant de le saluer de la tête. Elle prit place et mangea se qui arrivait à rentrer dans son estomac. Comme à son habitude, elle ne parlait pas beaucoup. Elle attendait qu’on lui demande son avis et comme elle n’allait surement pas en émettre un, elle ne dirait rien pour l’instant.


D’ordinaire peu optimiste, quand il s’agissait de son promis, elle regarda son frère avec une attention particulière. Elle ne doutait pas qu’il reste diplomate, mais elle avait quelques doutes sur les propos. Enfin, voila la sentence avait été dites. Clémente pour ce qu’il avait fait, mais Tristan se moquait un peu de savoir son sort, celui que lui avait réservé Tybolt lui plairait encore deux fois plus que de l’avoir dans les pattes, le restant de son séjour. Au moins aurait-il une bonne raison de l’éviter? Tout pour mieux aller.



 
 
Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 17 Fév 2012 - 2:06

Si Tybolt Lannister avait une seule fois imaginé que tout se qu'il avait mis en place pouvait un seul instant impressionné Tristan, il s'en fichait complètement. Comme de sa première paire de chaussette. Non mais vraiment, quel intérêt cela pouvait-il avoir ? Quel espèce d'ahuri notoire pouvait bien être Tybolt Lannister s'il s'imaginait que le fait de devoir avancer seul devant une foule pouvait intimider un tant soit peu le futur Lord Tyrell. Assez ridicule tout de même comme geste. Ridicule et inutile.

Si la prétention pouvait avoir un visage, il aurait eu exactement celui de Tybolt Lannister à ce moment précis. Pédent et suffisant sur son trône clinquant. Une pure merveille... c'était fou se que cela pouvait lui donner envie de faire une bêtise. Une coupe renversée par maladresse pendant le repas ou une fort malheureuse chute d'une servante qui rependrait le contenu de son plateau sur le seigneur de Castral-Roc. Il avait beau afficher des allures de dieu, il n'était qu'un homme. Rien qu'un homme tellement bouffis d’orgueil qu'aux yeux de Tristan, cette salle entière paraissait une gigantesque bouffonnerie.

« Soyez le bienvenu au Roc, Messer. La maison Lannister est honorée de recevoir le fils du Long Dard sous son toit. Et de voir que la maison Tyrell sait adoucir les offenses faites. Ceci est un gage de la réussite de l’alliance de nos deux maisons. »

*C'est ça, continu à te ridiculiser. Ton ambassadeur passe pour un aveugle et toi, pour quelqu'un incapable de s'entourer correctement. Tu devrais le crier plus fort. Je crois que les Stark n'ont pas encore assez ris de toi.*

Le repas en lui même était... somptueux. Si Tristan ne parvenait pas à voir son futur beau frère en peinture et que sa compagnie lui donnait envoie de vomir, il était bien forcé de reconnaître cela. Tybolt Lannister savait recevoir et on pouvait s'en mettre jusqu'aux yeux à sa table. C'était indéniable. Il faisait suffisamment comme cela preuve de mauvaise fois. Inutile d'en rajouter tout de même.

Tristan picorait tranquillement, non pas parce qu'il était tendu ou stressé, non, simplement parce qu'il n'avait jamais si fin. En tout cas, il avait picoré jusqu'à se que le blondinet se décide à lui demander de venir le voir.

« Votre père m’a dit que vous souhaitiez laver l’offense faite à ma sœur et à notre maison en servant contre les Fer-nés. »

*Pas tout à fait. Ça c'est se que Lord Tyrell veux. Se que Ser Tyrell veux est légèrement différent.*

« Votre cousine a proposé que vous serviez dans l’ost Arryn sous son commandement mais il me semble qu’une offense aux Lannister doit être excusé par un service directement rendu à la maison Lannister. »

*Tu vas parler longtemps ?*

« Vous serez traité comme il convient à votre qualité de chevalier mais vous servirez dans la soldatesque de Castral Roc. Ser Russel vous mènera aux quartiers de la Garde où une chambrette a été mise à votre disposition. Vous devrez répondre aux exigences du capitaine de la Garde concernant l’entraînement et vos rondes tout comme vous prendrez vos repas en commun avec les soldats. »

Le ton était tout à fait directif. Tybolt s'imaginait déjà qu'il avait un gentil petit pantin Tyrell à sa botte sans le moindre doute. Imbécile. Si Tristan n'avait pas voulut se trouver là où il était en ce moment, il n'y aurait pas été. Mais apparemment, Tybolt n'avait encore rien comprit et le prenait encore pour un simple jeune homme quelque peu impétueux qui était trop vert pour comprendre les implications politiques que les choses devaient avoir.

En même temps, comment pouvait-il vraiment lui en vouloir ? C'était à cela qu'il lui avait fait jouer. C'était le masque qu'il avait décidé d'adopter jusqu'à maintenant. Et d'ailleurs, personne ne lui avait demandé pourquoi il avait fait cela.

Tristan accorda un sourire à Tybolt.

« Je vous laisse régler les picaillons celons votre bon vouloir. En se qui me concerne, je suis là où je voulais être. Le reste n'es qu'un simple détail. »

Et voilà. C'était simple comme bonjour non ? Tybolt Lannister se lançait dans de grandes phrases pompeuses et sans le moindre intérêt. En trois phrase, Tristan l'avais sans doute agacé et sans doute qu'il avait commencé à faire germer dans la tête du seigneur de l'ouest une idée. Une toute petite et toute innocente idée : 'et si depuis le début je m'étais fait manipuler ?'
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 20 Fév 2012 - 7:31

Toute cette scène, cette mise en scène plutôt n'avait aucun sens au regard du jeune Lion. Maura quelques pas plus loin, ne pouvant encore siéger comme la véritable Dame du Roc alors même qu'elle l'était de par le fait, Aliénor, offensée et pourtant clémente au regard de son futur, ce dernier aussi peu honorable que pouvait le laisser penser les rapports de Lord Estren. Cette Jeanne Hightower devait avoir plus d'une tare pour ainsi avoir souiller le sang du Long Dard en ne lui donnant pour héritier que cela... Mais plus que tout, ce qui n'avait aucun sens étaient les mots qu'il avait prononcé, certes ces derniers étaient ceux attendus de lui, ceux en accord avec les termes de son entente avec Lord Tyrell, mais jamais ils n'avaient été les siens. Sa première réaction eut été de saisir l'impudent par le col pour lui apprendre le respect et sa place mais Maura comme Gerold avaient su le convaincre de ne point laisser libre court à sa colère pour simplement agir en seigneur et traiter ser Tristan avec si ce n'était de la déférence et de l'amitié au moins un certain respect pour le futur époux de sa jeune sœur. Il ne comprit tout d'abord pas véritablement la réponse de l'héritier du Bief... que venaient faire des picaillons dans leur affaire, parlait-il des cinq mille dragons que son père avait dû voir disparaitre de la dot offerte pour l'offense portée à la promise ou tentait-il simplement un trait d'esprit sur la richesse des Lannister ? Il interrogea un instant Maura du regard avant de le tourner de nouveau vers le chevalier bieffois. Il était de fait amusant qu'on puisse nommer chevalier un homme tel que Tristan Tyrell, cependant ce dernier semblait accepter avec un certain bon vouloir la "sanction" promise à son père. Au moins cela allait-il éviter une trop importante perte de temps dans cet accueil qui n'avait du reste que déjà trop duré. Il esquissa alors un sourire bienveillant à l'attention de son futur beau frère. Je suis heureux que ces dispositions vous conviennent ser. Cela ne pourra qu'aider à notre bonne entente durant votre séjour j'en suis certain. dit-il alors posant une main que l'on pourrait vouloir fraternelle sur l'épaule de ser Tristan. Tout en menant celui-ci de nouveau parmi les quelques convives, si convives on pouvait les appeler tant la seul présence de Lady Maura et Lady Aliénor pouvait difficilement passer pour une assemblée se préparant à banqueter.

Le Bouclier de Port-Lannis n'était pas mécontent de la gestion qui avait été faite de cette situation, Lord Tyrell en serait certainement ravi et personne ne pourrait reprocher quoi que ce fut à la maison Lannister. Rien de tout cela n'était dans son caractère en temps normal mais au moins le fils de Lord Tyrell ne lui rendait pas les choses plus difficiles et d'une certaine manière cela lui apportait un certain calme. Tybolt se tourna alors un instant vers Aliénor avant de revenir à ser Tristan en désignant sa jeune sœur de la main. Puisque tout est en ordre, je ne pense pas qu'il soit nécessaire de vous retenir plus longtemps loin de vos nouvelles affectations. Dès après que vous aurez présenté en bon et dû forme vos excuses à votre promise ici présente, ainsi qu'à la maison Lannister, les soldats vous montreront les quartiers que vous partagerez avec eux et vous assigneront vos tâches. Au signal des mots clés contenus dans la phrase du seigneur du Roc, les Gardes du Lion avaient prit place autour du petit groupe. Il n'y avait là aucune menace réelle, Tybolt n'aurait jamais fait maltraiter le fils de Lord Tyrell mais dans le cas où il viendrait l'idée à ce dernier de manquer à nouveau de respect à la maison Lannister, ces derniers seraient simplement plus près pour intervenir et lui assigner des appartements beaucoup plus étroits et nettement moins confortables que ceux des gardes du Roc. Le jeune seigneur quant à lui avait perdu toute bonhommie dans sa stature et ses traits, de même sa main avait quitté l'épaule du jeune chevalier alors qu'il saisissait une coupe d'eau fraiche, se faisant il ne tourna la tête vers Maura que pour lui faire comprendre de ne pas intervenir. Ils auraient du reste tout le temps qu'il leur faudrait pour débattre de ce sujet si elle le souhaitait plus tard, mais pour l'heure le seigneur de l'Ouest entendait bien obtenir les excuses promises par Lord Tyrell et non pas simplement l'arrogance adolescente d'un chevalier juste titré et n'ayant jamais rien prouvé si ce n'était son incapacité flagrante à suivre les pas de géants laissés par un père plus honorable et respectable qu'il ne le serait jamais. Du reste et quoi qu'on puisse penser de la maison au Lion, Lady Aliénor méritait de recevoir ces excuses et non pas simplement d'être moquée comme ce ser semblait à le croire, lui qui n'avait même pas ne serait-ce que daigné lever les yeux vers la jeune femme. Il était peu de sujets sur lesquels Tybolt n'avait aucune patience et clémence. Mais Aliénor était l'un d'eux à n'en pas douter, ç'avait d'ailleurs été la raison de sa première altercation avec Maura et s'il avait pu s'emporter contre elle pour avoir parlé en mal de sa jeune sœur, ser Tristan n'évoquait pas chez lui ne serait-ce que le dixième de la mansuétude qu'il avait pour la native du Val. Quant à gérer l'après... et bien il avait déjà eu un fils Baratheon dans ses geôles, un Tyrell ferait simplement un de plus. Quant à l'alliance il existait bien d'autres jeunes hommes tellement plus nobles d'esprit que ce Tyrell pour marier Aliénor. Aliénor pour qui il eut aussi un regard afin de s'assurer qu'elle n'allait pas non plus vouloir aller à l'encontre de la voix du seigneur de l'Ouest. Il ne s'agissait pas là d'un jeu mais bel et bien d'établir les bases de la future union entre elle même et ce ser. Si dès à présent elle ne pouvait montrer un visage dur et fort pour lui tenir tête alors elle se ferait dévorer et maltraiter une fois seule et isolée à HautJardin.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 29 Fév 2012 - 14:53

Tybolt Lannister. Toujours aussi pédant, suffisant, sur de lui. Il allait se rendre complètement ridicule, mais cela ne semblait pas le déranger une seule seconde. Loin de là. Est-ce qu'il avait vraiment mesuré la porté de son geste ? Non, sans doute pas. Il allait juste annoncer devant tout le royaume qu'un gamin à peine un homme avait été assez futé et culotté pour lui tenir tête et mettre en échec le seigneur du Roc et tout son réseau d'espion. Cela n'avait pas été comme si Tristan avait usé d'un déguisement des plus stupéfiant. Non, il n'avait pas cherché à se cacher et n'avait fait que troquer un écu pour un autre. On avait déjà vu des villes réduites en cendre pour moins que ça.

Tristan sourit ensuite intérieurement en sentant la main fraternelle de Tybolt sur son épaule. Ils étaient tout les deux en train de jouer une comédie des plus ridicules pour toutes les personnes qui se trouvaient là. Est-ce que le blondinet lui en voulait toujours ? Est-ce qu'il avait toujours en grippe l'héritier du Bief ? Oui, cela ne faisait pas le moindre doute. Il aurait été bien sot de penser le contraire. Tristan lui avait damé le pion une fois. Il avait été assez couillu pour se moquer des Lannister. Le lionceau n'allait pas l'oublier de si tôt.

Quoi qu'à la réflexion, tout cet enchaînement d'actes était de la faute de la maison du lion. Après tout, Edwyn Estern aurait tout à fait put se taire. Il aurait très bien put convaincre Aliénor de ne rien dire sur l'attitude de Tristan. Il ne serait alors pas passé pour un fieffé incompétent. Personne n'en aurait jamais rien sut et cette histoire aurait été tuée dans l’œuf.

Ensuite, il y avait la lord du Roc. Il avait exigé des excuses et un temps de service aux ordres de la maison Lannister. Oui. Une punition tout à fait normale et parfaitement acceptable pour la ''faute'' qu'avait commis Tristan. Mais il aurait put le faire pour tout un tas d'autres raisons et pas uniquement pour se qui s'était passé lors de l'escorte de lady Aliénor jusqu'à Hautjardin. Mais non, cet imbécile clamait haut et fort se qui s'était passé. Et il montrait bien à tout le monde, des fois qu'on l'aurait manqué, qu'on pouvait se moquer de lui de cette façon et gagner... une tape fraternelle sur l'épaule.

Certes, Tristan était loin d'être un grand expert pour tout se qui avait attrait à la politique. Mais la duplicité et la dissimulation lui semblait toutefois être des facteurs clef... enfin, il pouvait toujours faire erreur, mais il n'avait jamais vu d'attitude candide avoir sa place dans les intrigues de cour. À moins de se retrouver systématiquement dans le rôle d'un joli poulet convenablement plumé par tout les autres.

Peut-être que Tybolt Lannister n'était pas fait pour la politique au fond. C'est un jeu où il faut rusé et se montrer plus fin et adroit que les autres. Tenter de les percer à jour et de les manipuler. Pas vraiment se dont le lionceau avait fait preuve jusqu'à maintenant. En fait, des deux frères, c'était Gerolt qui avait inspiré le plus de crainte à Tristan. Tybolt était un prétentieux un peu arriéré et pompeux. Gerolt lui... il y avait quelque chose qui se dégageait de cet homme. Lui était dangereux. Sans doute aurait-il mieux valut pour la maison du lion que se soit lui qui naisse le premier.

Tristan se laissa entraîner vers Aliénor et sa cousine. Ah, le moment des excuses. Un grand moment de faux culserie comme on en fait plus. Désolé pour se qu'il avait fait, Tristan ne l'était pas une seule seconde. Il considérait même que c'était une large réussite. Sa plus belle réussite même. Si Tybolt attendait un acte de contrition des plus sincère, il se mettait le doigt dans l’œil. Le comble fut sans doute la présence des deux gorilles qui vinrent légèrement serrer le jeune chevalier. La scène était si ridicule qu'elle en était comique. Tristan en tout cas dut se mordre la langue pour ne pas éclater de rire.

Sans doute cette mise en scène grotesque avait-elle été convenue à l'avance par Tybolt afin... d'impressionner son hôte. Pour impressionné, Tristan... ne l'était pas une seule seconde. S'il n'avait pas voulut être ici et présenter toute une série d'excuses bidons auxquelles il ne croyait pas, il y a peu de chance pour qu'il s'y soit trouver. Il avait manipulé père et beau frère pour être ici. Il aurait put le faire pour ne jamais venir au Roc.

Partant de cela, la présence de ces deux gardes aux profils de philosophes des Cités Libres était... obsolette.

Retenant son hilarité, Tristan ouvrit la bouche et présenta des excuses de rigueur.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

Temps pourris [libre]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Un petit peu de temps libre [Privé Keris]
» Jouer pour passer le temps [Libre ]
» Profite du beau temps ( Libre )
» ♦ Juste une envie d'oublier ... [ Libre ]
» Comme au bon vieux temps [libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-