AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

[TERMINE] Corbeau à l'attention de lord Tybolt Lannister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Ven 30 Déc 2011 - 23:02

« Je te remercie, mère, mais ce n'est pas à toi qu'il revient d'écrire ce corbeau...
- Une chance pour ton fils. Je ne fais que te suggérer les premières lignes, mon cher Leo. »


Par les Sept, que sa mère pouvait être pénible quand elle insistait!

« C'est absurde, autant revêtir Tristan d'une armure étincelante, lui donner notre plus grande bannière et de lui ordonner de faire le pied de grue sur les plages de Belle île...
- C'est pourtant une excellente idée et je suis sûr que Tybolt Lannister en serait enchanté. »


Il était souvent inutile de chercher à argumenter avec elle, mais dans son intransigeance, Leo reconnaissait volontiers qu'elle manquait rarement de jugement. L'alliance défensive contre les Fer-nés n'étaient encore qu'en discussion que déjà son fils l'avait dans l'embarras, et pour quelle raison ? Leo peinait encore à comprendre, et il n'avait rien pu tirer de la discussion quelque peu houleuse qu'il avait eu avec son fils et héritier. Toutefois en bon père qu'il était, Leo espérait que son fils tirerait les leçons appropriées de cette erreur, d'autant plus qu'il avait choisi de s'aliéner le Lion de Castral Roc, qui n'était pas vraiment ennemi qu'on provoque à loisir et à la légère. Fort heureusement cette sottise n'avait pas tout à fait envenimé les relations qu'entretiendraient désormais l'Ouest et le Bief et puisque Tristan avait manifesté le désir de s'amender, l'erreur serait vite oubliée.

« Qu'elle soit le fruit de son ignorance ou de sa stupidité, cette erreur te coûte cinq mille dragons d'or... et de ce que j'ai vu de celle qui sera bientôt ta bru, tu aurais mieux fait d'aller en personne au Roc pour éviter l'amertume d'une déception à la vieille dame fatiguée que je suis.

– Mère, je te rappelle que lady Aliénor est l'une des clefs de notre alliance avec les Lannister.

– Elle n'est rien de plus qu'un ventre que le Lion consent à offrir à ton fils, Leo, n'oublie pas que c'est à lui que tu t'allies et non pas à sa sœur. T'ai-je dit qu'elle me rappelle Jeanne, quand vous étiez plus jeune ? À croire qu'il n'existe plus en ce monde que des fillettes et que les femmes ont disparu. Écris donc ce que bon te semble à ces Lannister, mais n'oublie pas ce conseil : tu ne t'allies pas à Tybolt Lannister pour dégourdir la verge de ton fils. Tristan ne t'a pas attendu pour … comment dit-on, déjà ? Ah, oui ! Pour apprendre la vie. Mais tu constateras comme moi qu'il a moins exercé son esprit que le reste. »


Aucune autre personne qu'Amelia Tyrell n'aurait osé s'adresser en ces termes au Long Dard, et c'était bien pour cela que Leo avait encore tant d'affection et tant de respect pour celle qui lui avait donné le jour. Les paroles d'Amelia n'étaient pas toujours tendres, mais elles étaient très souvent, trop peut-être, empreintes d'une justesse critique désarmante. Amelia avait raison, ce qui lui compliquait d'autant plus la tâce qu'il devait à la fois ménager la chèvre et le choux. Son fils, chèvre trop gourmande, avait brouté le chou Lannister et Leo, gardien malchanceux, devait à présent s'occuper de rectifier le tir, d'arranger ce qui pouvait l'être et surtout de déterminer la punition qui conviendrait pour son fils. Il n'avait pas pris l'initiative de consulter son épouse pour choisir la sanction, car il se doutait bien que la mère de ses enfants n'étaient pas par nature assez sévère pour trouver la punition appropriée et adaptée. Sa propre mère en revanche ne s'était privée du plaisir d'exposer toute la gamme des sanctions possibles. Envoyer Tristan sur le Mur ? Trop sévère. Exiler Tristan dans les Cités-libres ? Trop sévère. Lui faire épouser la carrière de septon ou de mestre ? Trop tard. Leo, de plus, était davantage attaché à la portée éducative et instructive de la sanction, plus qu'à son caractère punitif. Sa mère, après l'avoir qualifié de « père trop indulgent », lui demanda ce que lui, le Long Dard, choisirait comme punition et Leo avait eu l'idée d'envoyer son fils servir Tybolt Lannister sur ses terres, d'où la discussion qu'il venait juste d'avoir avant qu'Amelia ne retourne à ses occupations pour laisser Leo à sa table d'écriture où il s'apprêtait à rédiger la lettre qui bientôt serait entre les mains de nul autre que le Lion lui-même.

~ De Lord Leo Tyrell à lord Tybolt Lannister de Castral Roc

Lord Lannister, que ce corbeau vous trouve dans la santé est mon vœu le plus cher bien et j'espère de tout cœur que vos gens, vos terres et vous-mêmes trouvez la force et la vitalité nécessaire à cette lutte contre les Fer-nés qui nous accable tous et vous plus que les autres. Le Bouclier de Port-Lannis est devenu l'égide des Sept couronnes et il est bien regrettable que la réponse du Trône à la question Greyjoy ait été si faible et si timide.

J'irai sans détour au cœur du sujet de ce courrier, vous n'ignorez sans doute pas la faute dont mon fils s'est rendu coupable à votre égard, à l'égard de votre sœur sa future épouse et à l'égard de l'escorte qui l'accompagnait. Si les rudiments de la diplomatie sont encore inconnus de lui, c'est qu'il faut temps et substance au jeune gland pour devenir un vieux chêne. Je vous présente mes excuses pour cet événement qui je l'espère ne fâchera en rien nos futures relations.

J'ai par ailleurs à cœur de saisir l'occasion pour aguerrir mon fils et héritier Tristan, et si ma décision a tout d'une sanction pour lui, c'est parce qu'il est nécessaire qu'il assume son rôle et son rang à notre égard autant qu'au vôtre. Je propose donc d'envoyer mon fils servir à vos côtés sur les terres de l'Ouest dans la lutte qui nous unie contre les Fer-nés. Il me semble que c'est là la sanction la plus juste et la plus appropriée pour punir sa faute et pour qu'il paie la dette d'honneur dont il est le débiteur et vous le créancier.

Toutefois j'ai à cœur de préciser certaines conditions à la mise en œuvre de cette sanction. Mon désir n'est pas d'envoyer Tristan à votre service comme n'importe quel chevalier errant venu vous offrir son épée. Il s'agit de mon héritier, et dans l'optique de le tremper dans l'art d'endosser les responsabilités, je souhaite vivement qu'il soit accueilli à vos côtés les justes égards qui lui sont dus, mais je souhaite également que vous le commandiez comme vous commanderiez n'importe lequel de vos liges. Il ne recevrait ainsi ses ordres que de vous et j'insiste sur ce point car j'estime que vous êtes dans l'Ouest la personne la mieux placée pour savoir quel usage faire d'une épée supplémentaire pour la défense de vos terres.

Bien sûr si vous estimez qu'une autre sanction serait plus appropriée, je suis tout à fait disposé à prendre connaissance de vos suggestions. Dans l'attente de votre réponse, sachez que je me tiens prêt à honorer dès que le besoin s'en fera sentir notre alliance. Que les Sept vous gardent vous et les vôtres dans leur sainte grâce.

Lord Leo Tyrell.
~


Dernière édition par Leo Tyrell le Lun 23 Jan 2012 - 18:35, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 31 Déc 2011 - 22:28

L'ambiance était à l'orage au Roc depuis le départ de Lady Lannister. Lord Tybolt avait fait en sorte de ne point trop passer sa colère sur le personnel de la citadelle mais néanmoins aucun des serviteurs ne s'était tenté à quoi que ce soit qui puisse attirer l'attention sur lui, en bien comme en mal. Le dicton voulait qu'on évite le Lion lorsque celui-ci était de mauvaise humeur et chacun s'y tenait. Seuls Gerold et Vyman continuaient d'intervenir auprès du jeune seigneur. Peut être eux, plus proche de Tybolt, avaient-ils saisit que le fameux Lion plus qu'énervé souffrait surtout de l'absence de sa douce. Il l'avait laissé partir sans même chercher à la retenir tant il estimait ne pas être coupable de quoi que ce soit dans cette affaire. Bien entendu il ne pouvait pas oublier leur toute première dispute de couple marié le lendemain de leurs épousailles mais alors il avait trouvé le moyen de se faire pardonner par la jeune femme et de fait il avait été coupable de mots impardonnables envers sa bien aimée. Cette dernière prise de bec au contraire ne lui laissait pas l'impression qu'il avait été trop loin, seulement et simplement un grand vide. Or comme tout seigneur Lannister, Tybolt ne savait comment gérer cet état de fait si ce n'était par plus de dureté et moins de mansuétude. Ainsi un contre maitre, qui avait fait perdre deux jours sur les chantiers navales, se vit amputer d'une main ainsi qu'un de ses yeux fermé à tout jamais au fer rouge. Cela faisait plus d'une semaine qu'il n'avait plus eu de nouvelle de Maura depuis ce corbeau lui indiquant qu'elle se retirait dans le manoir de feu Dame Jessica et qu'elle comptait bien faire en sorte de visiter ses troupes partout dans l'Ouest. Il avait imposé à son maitre espion de retour de La Garenne de suivre le même chemin que son épouse. De fait il pouvait suivre régulièrement l'évolution de Lady Maura mais cela ne le consolait guère. Elle avait beau lui avoir parlé d'annulation de leur mariage le jeune seigneur n'avait aucune intention d'effectuer le moindre mouvement en ce sens. Il comptait sur le temps et la tempérance pour résoudre le soucis qui les séparait pour le moment. Alors qu'il déjeunait seul sur la terrasse de sa loggia, Tybolt eu la visite de Vyman qui vînt lui porter une missive de HautJardin. Le jeune Lion fit sauter le sceau de Lord Leo. Le vélin contenait les mots d'un allié plus qu'un ami, mais surtout ceux d'un père bien mal à l'aise du fait du comportement de son héritier de fils. Tybolt esquissa un sourire en lisant les lignes du seigneur du Bief. Savait-il seulement qu'il avait perdu son plus grand soutien à la cour du Lion ? Et certainement le seul soutien de ser Tristan s'il en eut jamais un dans la citadelle Lannister. Seulement la missive se voulait bienveillante et pour le coup sans le moindre reproche à l'encontre de la maison au Lion. Tybolt saisit donc une plume afin de coucher sur le vélin une réponse pour Lord Tyrell, de plus il avait d'ailleurs pensé lui même écrire à Lord Leo pour l'entretenir du mariage de Lady Aliénor.

A Castral Roc

Lord Leo,

c'est un grand plaisir que de recevoir de vos nouvelles et notamment celle-ci en relation avec les évènements passé. En effet comme vous l'avez si bien dit, je suis d'ores et déjà au courant de ce qu'il s'est déroulé dans le Bief, comme du reste mon émissaire Lord Estren a dû vous le faire savoir. Je tiens tout d'abord à vous rassurer il n'est rien qui entache nos relations. De fait mon émissaire a dû d'ores et déjà faire en sorte que l'offense soit réparée.

Je comprends très bien votre initiative et abonde en votre sens. Il est bien entendu que ser Tristan sera reçu avec tous les honneurs dû à un héritier légitime d'un fief tel que le Bief. Cependant vous avez la parole du Lion qu'il ne sera pas exempt de devoir rembourser la dette qu'il a à mon endroit en servant avec honneur et déférence. De plus je sais ma jeune sœur, Lady Aliénor, ravie elle aussi si ce n'est plus que moi à l'idée de revoir son promis si tôt, même si cela doit se faire dans le cadre d'une punition.

Je vous remercie de votre sollicitude à mon égard et celui de mes gens. Je ne saurai être plus fier de mes vassaux et des gens du commun de l'Ouest car en effet c'est derrière eux que le peuple de Westeros se tient pour être préservé de notre ennemi Greyjoy. Mais nous aurons je l'espère plus le temps de nous entretenir de ce sujet lors des épousailles de Lady Aliénor et ser Tristan car il est un sujet pressant dont je souhaite pouvoir parler avec vous et qui ne saurait être évoqué dans une missive de la sorte.

J'espère que vous ne me trouverez pas trop pressant à ce sujet mais il est je crois de mon devoir que de m'enquérir de votre opinion quant à la date du dit mariage. Cela fait désormais plusieurs semaines que ma très chère sœur est de retour de Hautjardin et il me semble que son attente fut assez longue. J'aimerai donc vous proposer du fait de l'occasion que vous m'offrez d'organiser ces épousailles lors du retour de ser Tristan dans vos vertes contrées. Nous pourrions ainsi accompagner votre héritier afin d'enfin allier nos deux Maisons.

En espérant que cette missive vous trouve dans la meilleure santé ainsi que vos proches, je pense notamment à votre charmante épouse ainsi que votre mère dont j'ai toujours apprécié la vivacité d'esprit ainsi que la fugacité et ce malgré les années.

Lord Tybolt Lannister, Seigneur Suzerain de l'Ouest, Bouclier de Port-Lannis et Gouverneur de l'Ouest.


Tybolt se relu une fois pour estimer s'il avait bien parlé de ce qui le préoccupait concernant le Bief, ainsi qu'assurer au seigneur du Bief sa pleine et entière participation à la punition de son stupide fils. Le contenu ne le convînt pas plus que ça mais l'humeur n'étant pas forcément de la partie il estima que c'était bien suffisant. Il plia la missive avant de la sceller par un sceau de cire rouge qu'il marqua du Lion Lannister grâce à sa chevalière.
Revenir en haut Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Lun 2 Jan 2012 - 3:46

« Je t'assure, ma chère mère, qu'il n'y a pas de quoi en faire tout un plat.
- Pardonne moi, mon cher fils, mais je ne puis tolérer d'être dans la faveur d'un marmouset qui m'associe d'une phrase à ton épouse. »


Leo était un homme simple, dans le fond, qui savait se satisfaire des petits plaisirs de la vie. La digne mine outrée de sa génitrice était sans doute le plus savoureux de tous.

« Allons, tu devrais être honorée qu'un jeune homme tel que le jeune Lion...
- Justement, il s'agit bien du Lion, mon fils, et tu n'ignoras pas tout ce que je t'ai appris, n'est-ce pas ? »


Leo laissa échapper un soupir. Amelia n'abandonnait cependant jamais, et Leo le savait. Quand elle désirait quelque chose, il était difficile de lui résister. Bien qu'elle ne fût en tout et pour tout qu'une pièce rapportée, Amelia n'en était pas moins la plus Tyrell de toutes les femmes de la famille que Leo connaissait. Une chance pour lui, cette femme était sa mère.

« Alors ?

– Les Lannister ne complimentent personne, pas même leurs égaux, je le sais bien. Ils étaient déjà roi du Roc alors que nous n'étions que les laquais des rois de la dynastie des Jardinier, je le sais bien.

– Je constate avec plaisir que tu te souviens encore des leçons de ta mère. Tu t'es choisi un allié difficile, cher Leo, je le répéterai jusqu'à ce que mon vieux corps servent d'engrais aux roses de nos jardins. Tu devrais pourtant savoir que je tiens à en éloigner tous ces pucerons, toutes ces araignées, tous ces parasites qui t'entourent parfois d'un peu trop près. »


Leo voyait très précisément ce que sa mère voulait lui dire. Ils étaient assis dans les jardins et il venait de lui faire lecture de la réponse de Tybolt Lannister à son courrier. Ils échangèrent encore quelques mots et sa mère lui donna quelques conseils, comme elle faisait toujours. Quant à lui, comme il faisait toujours, il se leva tranquillement, posa sa main sur l'épaule d'Amelia et déposa une baiser discret sur sa vieille chevelure parfumée avant de reprendre le chemin du château à travers une promenade de rosiers jaunes et de statues de pierre blanche. Il venait d'entrer dans une galerie lumineuse quand il croisa son fils aîné Tristan. Il passa sans même lui adresser la parole, très déçu qu'il était de son attitude désinvolte et nonchalante, impropre au chevalier qu'il était et se prétendait être. Leo avait encore entendu de la bouche de certains de ses émissaires que son propre fils que la réputation de son propre fils d'aller semer sa graine un peu partout, et cela l'avait quelque peu... énervé. Lui, d'habitude si calme et si amène, commençait à perdre patience. Les écarts de son fils devait cesser où il serait obligé de le rappeler à l'ordre d'une façon péremptoire et désagréable. Quand d'un rosier dépasse un tige corrompue, un coup de cisaille suffit pour retrouver l'harmonie. Leo n'était pas expert des choses florales, mais il savait juger les hommes et mater les dissidents. Il n'hésiterait pas à rappeler à son fils toute la hauteur de ses responsabilités. Marchant tout en y réfléchissant jusqu'à se porter à la rencontre de son mestre, Leo finit par le trouver et le convia jusqu'à une salle d'écriture où il prendrait, sous la dictée, la réponse que Leo adressait à son homologue de l'Ouest.

~ De Lord Leo Tyrell à lord Tybolt Lannister de Castral Roc

Je suis bien aise que nos esprits s'accordent sur ce que doit être la punition de mon fils. À votre contact, il ne pourra que s'enrichir de votre expérience et je ne doute pas qu'il en sorte grandi. Sans aller jusqu'à vous donner des instructions précises, ne lui épargnez rien, et traitez-le comme vous traiteriez l'un des vôtres. Préservez-le des trop grands dangers, car il est mon héritier, mais ne pêchez pas par excès de prudence. Vous conviendrez avec moi que les fleurs les plus résistantes s'épanouissent dans l'adversité.

Mais passons à d'autres sujets plus réjouissants, comme vous l'avez dit le temps a suffisamment passé et l'heure de venue de songer à véritablement marier votre sœur et mon fils. Les promesses n'ont aucune valeur, c'est pourquoi le plus tôt sera le mieux. Je souscris à votre proposition et si vous, votre sœur et la suite du Lion accompagne le retour de mon héritier à Hautjardin, la cérémonie du mariage se tiendra prête pour votre arrivée. Le départ de Tristan pour vos contrées n'attendra guère, et d'ici peu nous pourrons nous entretenir de tous les sujets qu'il vous plaira d'aborder avec moi.

Prenez soin de vous, des vôtres et de vos gens jusqu'à notre rencontre. Que l'année nouvelle soit pour l'Ouest la source d'une félicité nouvelle après les épreuves de l'année précédente, et puisse-t-elle nous apporter la victoire sur notre ennemi commun.

Lord Leo Tyrell.
~


Leo plia soigneusement le parchemin et y apposa son sceau. Il confia la missive à son mestre qui se chargerait de son expédition dans la minute. Quant au Long Dard, il alla à la rencontre de sa mère qui revenait des jardins. Celle-ci fut ravie de recevoir la responsabilité d'organiser pour son petit-fils Tristan un départ rapide et prompt vers les Terres de l'Ouest. Elle ne bouda pas son plaisir et elle qui ne souriait jamais ne se priva point de dévoiler sa vieille dentition depuis si longtemps très inégale.

« J'espère au moins que mon fils ne voyagera pas à dos de mûle...
- Mon cher fils, tu devrais davantage t'intéresser au voyage de retour de Tristan. Qui sait s'il n'aura pas besoin d'une litière après avoir perdu l'usage de ses jambes à la guerre... »


Ce genre de remarque ne réjouissait guère Leo qui, malgré, demeurait attaché à son fils et souhaitait le voir avancer sur le chemin de la grandeur, et non pas périr stupidement comme il avait stupidement mis en péril ses propres épousailles avec Aliénor Lannister. Ce séjour à l'Ouest était un mal nécessaire, et tous devraient se faire une raison.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

Général
Feuille de Personnage


Message

Revenir en haut Aller en bas

[TERMINE] Corbeau à l'attention de lord Tybolt Lannister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Le Corbeau étend ses ailes [Lord Stark]
» Lord Garett Lannister ♠ Un Lion qui imite un Lion devient un singe 
» The lord of the ringard
» Lord Voldemort [Une vraie présentation en cours]
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-