AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Pas assez bien regardé | Libre |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Sam 26 Déc 2009 - 23:04

Renan avait quitté les Terres de l’Orage depuis plus de 2 mois, s’étant orienté vers les Terres de la Couronne, plus loin, là où il trouverait quelques choses ô combien plus intéressantes que les quelques novices à former qui lui avaient été collés dans les bras dans le dernier château qui l’avait hébergé. De la rigolade, l’esprit du quarantenaire était plus aiguisé que les pauvres épées que les trois gamins voulaient utiliser contre lui, et rapidement les rigolos s’étaient lassés de cet exercice trop fatiguant pour eux. La bonne blague, ils s’imaginaient quoi exactement ? Que manier une épée était aussi facile que d’envoyer une missive enflammée à une jolie demoiselle ? Si seulement ces trois gringalets maniaient aussi bien l’épée que leur langue pour débiter des vers langoureux aux jeunes femmes de la cour, ils auraient dépassé depuis bien longtemps le vieux maître d’arme. Mais visiblement, de nos jours les jeunes nobles avaient plus d’intérêt à compter fleurette aux belles demoiselles de la cour (décidément, quel sens des priorités, pour vouloir s’intéresser à une fille, il fallait connaître la douleur avant, parce que c’était ce qui nous attendait lorsqu’on se mariait). C’était navrant, à un tel point que Renan avait mis lui-même fin à cette formation, expliquant au père des trois jeunes gens qu’ils n’étaient pas encore assez mûrs pour manier une épée, et certainement pas assez intelligents. Une chose était consolable dans le tas d’après lui, c’était qu’ils évolueraient sur un point, ils finiraient par grandir et devenir mûrs, mais la bêtise resterait malheureusement. Le Lord n’avait pas trop apprécié de voir ses enfants insultés de la sorte par un homme aussi grognon que celui-ci, et il l’avait fait sentir à Renan, refusant de lui payer une partie de la somme convenue. Un sourire s’était dessiné sur les lèvres de l’homme d’armes qui avait hoché la tête d’un air entendu, puis avec un soupire contraint, il avait simplement annoncé au Lord que les trois garçons étaient bien ses fils, ils avaient de qui hériter leur idiotie, et c’était désormais prouvé qu’ils n’évolueraient pas en vieillissant. Il va sans dire que l’homme n’apprécia pas du tout cette insulte à peine masquée qui provoqua un fou rire dans la foule présente à ce moment, et le natif des Terres de l’Orage fut donc chassé sans ménagement du château, avant de reprendre la route sur son cheval visiblement aussi satisfait que lui de quitter cet endroit.

Renan avait donc continué son aventure plus loin, quittant le dernier château des Terres de l’Orage avec un mauvais souvenir, décidément la stupidité semblait être une caractéristique de ces terres, restait juste à espérer que les années passées à vaquer aux quatre coins du monde (je sais, vous allez me dire que le monde n’est pas carré et ne peut donc pas avoir de coins, mais on s’en moque !) lui permettraient de ne pas être autant atteint que la majorité des habitants du coin. Après quelques semaines de marche, pendant lesquelles il s’arrêta de temps en temps ça et là pour rendre visite à des familles qu’il avait quelque fois aidées, l’homme finit par arriver en vu des Terres de la Couronne. Renan avait aidé de nombreuses familles dans le besoin, et en réalité on constatait tout simplement qu’il était largement plus apte à entretenir d’autres personnes que les membres de sa propre famille. Néanmoins, le quarantenaire ne perdait généralement pas son temps en traînant trop longtemps au même endroit, et par conséquent, il ne passait pas plus d’une dizaine de minutes dans les demeures qu’il visitait, étant des fois plutôt mal reçu. Il fallait avouer que le manque de tact dont il faisait preuve ne plaisait pas à tout le monde (y pouvait-il quelque chose si les habitants de cette planète n’avaient visiblement aucun humour, ou du moins pas assez pour comprendre le sien ? Il était évident que le problème venait d’eux, et non de lui). L’homme ne s’attardait pas du tout lorsque le cas se présentait, et il se détournait rapidement sans même prendre le temps de poser un pied à terre, à quoi bon se fatiguer pour des gens trop stupides pour apprécier ses qualités. C’était un fait indéniable, des années entières, une vie entière, passée à combattre des brigands de bas étage ou à entraîner des jeunes nobles, lui laissaient une expérience plus présente que la grande majorité des maîtres d’armes du coin. Et il en était assez fier, autant l’admettre (pas de fausse modestie entre nous, à quoi bon jouer mes mijaurées alors qu’il connaissait parfaitement sa valeur ?), et il n’était certainement pas décidé à s’excuser auprès d’une personne incapable de voir sa véritable valeur. Fallait-il donc sacrifier de tels enseignements simplement à cause d’une légère mauvaise humeur naturelle chez celui qui les dispensait ? Certainement pas, ou alors ils n’étaient pas assez intelligents pour tout comprendre.

Ses pas (ou plutôt ceux de son destrier), le menèrent donc sur les Terres tant convoitées de la Couronne. Pour tout dire, il ne voyait pas spécialement ce qu’il y avait de si intéressant dans le coin. C’était plutôt beau comme pays, mais si l’on ne venait pas ici pour visiter le coin, l’intérêt restait plutôt mineur, du moins aux yeux verts de l’homme. Après quelques temps à vaquer un peu dans la zone, Renan finit par se diriger vers Port-Réal, quoi de plus logique s’il souhaitait enfin trouver une place plus provisoire que les dernières ? Du moins provisoire… Qui dure plus de deux jours ! Peut-être que dans cette ville les jeunes à entraîner valaient plus la peine que ceux rencontrés jusqu’à ce jour. Avec amertume, le quarantenaire pensait que sa fille devait même être plus forte que les garçons de ces Terres, restait à voir si cette pensée était bien justifiée (en réalité, il aurait été plutôt malaisé pour lui de devoir le vérifier sachant qu’il avait juste posé les yeux sur sa fille une fois dans sa vie, l’espace d’une dizaine de seconde, il ignorait donc si elle était bonne combattante). Arrivant devant les portes de la ville, il y entra sans problèmes comme toujours, son armure de cuir revêtue, son casque et son bouclier accrochés à la croupe de son cheval, il remonta tranquillement la rue, passant tout d’abord par Culpucier en jetant des coups d’œil autour de lui, avant de déboucher dans un endroit plus ‘fréquentable’, ou ses yeux d’émeraude se posèrent sur une pancarte assez peu alléchante ‘A la bonne auberge’ qui semblait pouvoir lui servir de lieu d’hébergement durant quelques temps. Descendant de son destrier, il attrapa son paquet avant de se retourner pour confier sa monture à un gamin qui semblait avoir ramassé un bon coup de sabot dans le visage vu les dents qui lui manquaient et le beau coquart qu’il avait à l’œil droit. Sans perdre plus de temps, l’homme d’armes entra dans le bâtiment avant de s’avancer vers l’aubergiste pour demander une chambre. Il paya les quelques pièces (trop cher certainement vu la qualité de l’auberge, mais il avait apprit à ne pas faire la fine bouche, entre les nuits à la belle étoile ou dans les écuries d’une auberge complète), et il grimpa tranquillement les escaliers pour se rendre à sa chambre, située juste sous le toit. Elle était très petite, certainement ne valait-elle même pas la moitié de ce qu’il venait de payer, mais Renan s’en moquait, pour le moment le plus important était d’avoir un endroit où poser ses affaires.

L’homme déposa donc son baluchon, prenant simplement son épée qu’il passa autour de sa taille, et il attrapa ensuite son casque et son bouclier, il prévoyait de finalement les faire réparer par le forgeron du coin, il aurait peut-être plus de chances de présenter comme un maître d’armes capable avec une tenue rafraîchie. Le natif des Terres de l’Orage descendit donc les escaliers pour se rendre dans la rue, avant de prendre la direction du forgeron ou il déposa son casque et son bouclier, avec la promesse qu’ils seraient remis en état pour le lendemain. Il avait désormais la journée complète à attendre, et l’homme ne voulait pas se rendre au château avant d’avoir récupéré son équipement complet, il décide donc de se rendre au septuaire de manière à profiter un peu de son temps libre pour éventuellement prier un moment. Il n’avait jamais été très croyant, mais pour tout dire, l’étranger avait toujours représenté un certain intérêt à ses yeux, il était vu comme quelque chose de sombre et d’effrayant, un peu comme l’homme d’armes sous certains angles. Répondant à son envie soudaine (et non pressante), l’homme se détourna du chemin qui le menait à l’auberge miteuse ou il avait élu domicile, puis il se rendit tranquillement en direction du grand septuaire. Renan y arriva après quelques instants, et il y entra dans plus de cérémonie, sans même jeter un regard autour de lui, puis il s’avança jusqu’à se rendre au fond du bâtiment, devant les sept autels dédiés au Sept. Le regard clair de l’homme se promena quelques instants sur les différents autels, puis il s’avança doucement vers celui qui l’intéressait le plus, avant d’avancer sa main pour la poser dessus, et il murmura pour lui-même quelques mots.

« L’Etranger, tu es si mal vu parmi les Sept. »

Peut-être tout simplement que personne ne cherchait à voir ce qui se cachait derrière une telle divinité ? Certainement, quoi qu’il en soit, Renan était satisfait d’avoir obéit à cette envie soudaine, il observait l’autel avec une attention toute particulière, dans sa tenue d’homme d’arme, fatiguée par des années de voyage, dont le blason si reconnaissable de la maison de Dondarrion, figurait encore, légèrement effacé, à de multiples endroits. Mais encore fallait-il chercher à voir pour les reconnaître. Comme pour tout.
Revenir en haut Aller en bas

Pas assez bien regardé | Libre |

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» Non mais tu t'es bien regardé ?!
» [CLOS] [Mini Event] Quand on te tend un piège bien venimeux... (libre)
» #AIDEN - J'aimerais être quelqu'un d'assez bien pour être vu avec toi.
» Récomp-moi, si tu peux
» Je suis pas assez bien payé pour faire ce boulot [PV:Shizuka/Aguri]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-