AccueilS'enregistrerConnexion



 

Partagez| .

Corbeau à l'attention de Clarence Hightower

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
avatar

Invité
Invité

Général
Feuille de Personnage


Message Mer 21 Déc 2011 - 14:25

La situation était très grave. La canicule ne faiblissait pas, et les Fer-nés semblaient toujours décidés à s'entêter sur les voies nauséabondes d'une rébellion qui ne les mèneraient nulle part. Leo n'avait été que très médiocrement satisfait de la réponse du Trône de Fer à ses appels et pour toute intervention contre ces traîtres qui rompaient la Paix du roi, Port-Réal se contenterait d'armer et d'envoyer une milice pour appuyer l'effort de guerre déployé par Hautjardin. C'était peu et drôle d'une certaine façon, mais c'était une preuve par l'évidence que le Trône se positionnait contre les prétentions de Dagon Greyjoy, ce qui était déjà une bonne chose. La Main du Roi avait d'autres préoccupations, Leo le comprenait parfaitement : avant d'aller prêter main forte à son prochain, il faut se prémunir soi-même, et il y avait non loin de Port-Réal des partisans d'un certain Daemon Feunoyr qui n'attendaient qu'une chose, que le bâtard du Conflans baisse sa garde. Moins loin encore, d'autres ennemis convoitaient le trône et la puissance : la reine Aelinor, et le propre frère du Roi, Maekar. Qui pouvait dire quels complots d'une noirceur d'encre le dernier né de Daeron II tramait-il à l'abri de la forteresse de Lestival ? Tout cela ne concernait pas véritablement Hautjardin, mais le Long Dard se devait de garder un œil sur l'évolution de la situation au Donjon Rouge, afin de pouvoir s'adapter à la survenance de n'importe quelle éventualité...

Mais pour l'heure, sa priorité demeurait le Bief, ses côtes, et les incursions fer-nées sur les domaines de ses vassaux. Il avait envoyé des corbeaux à l'attention de chacun d'entre eux afin qu'ils se tiennent sur le pied de guerre, ce faisant Leo adoptait une position attentive et prudente, suivant en cela son intuition et les précieux conseils de sa mère qui, comme lui, ne voyait guère l'utilité de masser l'ost Tyrell au grand complet en un point précis quand les expéditions fer-nées étaient éparses, éparpillées et imprévisibles. Le plus important et le nécessaire était de sécuriser à tout prix les alentours des îles boucliers afin de protéger Hautjardin d'un raid fer-né. À cette fin toute la flotte du Bief serait mobilisée et coordonnée depuis l'île de Bouclier-Vert. Leo était déterminé à démontrer aux fer-nés qu'ils n'étaient pas les maîtres sur la mer, et qu'en dépit de leur très nette supériorité navale, le Bief était un ennemi à ne point négliger. Lui vivant, pas un boutre ne passerait l'embouchure de la Mander, sinon après sa capture par les forces de la Rose. Lui vivant, Dagon Greyjoy connaîtrait un jour la défaite et la honte, il le jurait devant les Sept. Mais tout ceci nécessitait que de nombreuses décisions soient prises dans les meilleurs délais, et que des hommes de confiance se voient confier les rôles clefs de toute cette logistique impressionnante qu'était la guerre. Leo n'était pas du genre à distribuer les honneurs par coquetterie ou complaisance, il confiait des responsabilités aux hommes capables de les tenir et malheur à ceux dont les épaules n'étaient assez solides pour accomplir ce que Leo attendait d'eux.

Suivant les conseils de sa mère, Leo décida de faire venir à Hautjardin l'un de ses vassaux les plus énigmatiques et les plus sybillins. Lointain cousin de son épouse, apparenté aux du Rouvre de Vieux Rouvre, Clarence Hightower n'était pas la Voix de Villevieille en titre, mais agissait en tant que tel au nom de son grand-père sénile et à l'agonie. Pour sa grande maîtrise et pour sa loyauté à l'égard de son suzerain comme de la Couronne, il s'était vu gratifié d'un siège au Conseil Restreint. Devenu Grand Argentier du Royaume, ce jeune homme n'était plus n'importe lequel de ses vassaux. Bien qu'il eût du respect pour chacun d'entre eux indifféremment, Leo devait bien reconnaître que sa mère avait raison de l'inciter à prendre au plus vite contact avec le jeune homme pour éloigner au plus tôt toutes ces années d'indifférence polie à l'égard de la Grand-Tour. Loin pour autant de se sentir redevable d'une quelconque faute à l'égard de celui qui n'était, en définitive, que son vassal, Leo prit le parti de convier Clarence Hightower à ses côtés pour l'instruire de la marche à suivre à l'égard de la menace fer-née. Peut-être même ce jeune homme, qui semblait avoir conquis le cœur aigrie de la vieille Amelia, aurait-il des conseils avisés par ces temps si troublés, pour autant qu'il sache son rang et sa place, car s'il y a un temps pour tout, un temps pour les conseils, il y a bien un temps pour les ordres et leur exécution. Tout n'était qu'un calcul en vérité, calcul de la portée d'un symbole et de l'impact d'un concept. Comment s'y prendre, avec ces vassaux issus d'une race de rois dont les racines s'enfoncent dans les souterrains d'où jaillirent les premiers hommes ? L'air qu'on respire au sommet de la Grand-Tour est-il si différent de l'air qu'on respire dans les allées de ces jardins qui bordent le château ? Peut-être est-il à Hautjardin plus délicat, ou plus parfumé.

Quand Leo prit place à son cabinet d'écriture pour rédiger lui-même la missive qu'un corbeau porterait jusqu'à Villevieille, il lui fallut moins de temps que prévu pour inscrire sur le parchemin ces quelques phrases qui, l'espérait-il, suffirait à convaincre son vassal de ne point différer sa venue à Hautjardin. Leo n'aimait guère être trop autoritaire et trop directif, mais il savait se faire comprendre sans brutalité, comme la rose sait dissimuler sous son velours ses épines acérées.


~ De Lord Leo Tyrell à Clarence Hightower de Villevieille

Tout Hautjardin se joint à moi pour féliciter votre accession au Conseil Restreint en tant que Grand Argentier. Votre loyauté au Trône de Fer reçoit sa juste récompense, et je sais que vous ne faillirez point à l'honneur qui vous est fait. Malheureusement la tempête est sur nous : la situation sur nos côtes et le péril qui menace notre territoire semble s'accroître comme le temps passe, c'est pourquoi je vous appelle à Hautjardin où votre soutien et vos conseils seront toujours les bienvenus. Venez sans tarder, et couvrez votre venue du manteau du secret, je vous attends.

Lord Leo Tyrell, suzerain du Bief.
~


Leo se relut et, naturellement, à peine avait-il quitté le cabinet d'écriture que sa mère s'y précipita pour relire derrière lui. Si cela l'amusait... elle approuva cependant le contenu du message, et, chose assez rare, se déplaça en personne jusqu'au mestre le plus proche pour lui confier l'envoi de ce message à destination de la Grand-Tour de Villevieille.
Revenir en haut Aller en bas
Noble
avatar

Clarence Hightower
Noble

Général
Grand Argentier
~ We light the way ~

♦ Missives : 2168
♦ Missives Aventure : 131
♦ Arrivée à Westeros : 20/09/2011
♦ Célébrité : François Arnaud
♦ Copyright : Valencia
♦ Doublons : Edwyn Tully
♦ Age du Personnage : 27
♦ Mariage : /
♦ Lieu : Port-Réal
♦ Liens Utiles :
Feuille de Personnage
Feuille de personnage
Inventaire:
Jauge de réputation Jauge de réputation:
3996/4000  (3996/4000)


Message Sam 24 Déc 2011 - 13:34

Quand l'un des mestres attachés au service de la Grand-Tour lui apporta cette missive venue tout droit de Hautjardin, Clarence avait froncé les sourcils, non pas qu'il présageait de mauvaises nouvelles, mais bien parce que le vieux mestre l'avait dérangé alors que le jeune homme s'était plongé dans la lecture d'un de ces vieux ouvrages conservés dans les bibliothèques privées de la maison Hightower. Mais conscient des efforts que le vieillard avait dû déployer pour se déplacer depuis la volière jusqu'à ses appartements, Clarence ne l'admonesta point et même le remercia avant de le congédier. Quand il fut seul, il décacheta le vélin tout en se demandant ce que pouvait bien contenir ce courrier aussi inattendu qu'imprévu. Qu'est-ce que les roses dorées pouvaient bien avoir à lui communiquer de si important, alors même que le dernier entretien de leurs émissaires respectifs avaient eu lieu la veille, à Hautjardin-même ? L'émissaire envoyé par Clarence n'était pas encore revenu de son voyage que les Tyrell prenait l'initiative de le contacter directement ? Sans doute était-ce très important, d'autant plus que Clarence avait reconnu cette griffe si particulière sur le cachet de cire : l'expéditeur n'était autre que Leo Tyrell en personne, son suzerain. Il prit le temps de s'asseoir dans un fauteuil très confortable avant de lire sans s'arrêter une seconde les mots et les phrases manuscrits sur le vélin jauni.

Quand il leva les yeux du parchemin, son sourire s'était figé sur son visage. Ainsi les Tyrell étaient désormais au courant de la très récente nomination de Clarence au Conseil Restreint en tant que Grand Argentier du Royaume. Ce genre de nouvelles courent bien plus vite que les lièvres dans la garenne, et vu que rien n'échappait trop longtemps aux yeux traîtres de la Rose d'Or, il n'y avait guère de surprise à ce que son suzerain fût au courant de sa promotion. Peut-être même l'avait-il été avant Clarence ! Mais la véritable surprise, c'était l'initiative prise par Leo Tyrell de contacter son vassal pour le féliciter. Ce n'était ni bienveillant, ni innocent, ni anodin, ni gratuit. Cela dissimulait quelque chose sous une surface mielleuse et parfumée. Qu'est-ce que cela cachait ? Les prédictions de cette diseuse de bonne aventure qu'il avait consulté quelques jours auparavant lui revinrent en mémoire. Elle lui avait conseillé de ne point rester dans l'ombre, d'aller aux devants de tous ces regards qui bientôt se tourneraient vers lui, sans imprudence. Se pouvait-il qu'elle dît vraie, finalement, et que l'interprétation qu'elle avait donnée du tirage de ses runes trouvait son écho dans les événements qui s'enchaînaient avec une fatalité décourageante ? Clarence devait garder la tête froide.

Il froissa le parchemin et quitta son fauteuil avec un empressement agacé. Il n'aimait pas être ainsi dérangé et contraint de changer ses projets et comme ceux-ci ne concernaient nul voyage à Hautjardin, l'invitation péremptoire de Leo Tyrell à le rejoindre était source pour Clarence d'une grande irritation. D'autant plus qu'il savait très bien pourquoi son suzerain l'appelait à lui, il entendait très certainement connaître les intentions et les prétentions de Clarence maintenant qu'il avait acquis un siège au Conseil Restreint, acquisition qui changeait considérablement la donne eu égard à la situation géostratégique des Sept Couronnes. Peut-être même Leo Tyrell espérait-il profiter de cette opportunité pour gagner les faveurs du Trône de Fer à travers Clarence ? Il était inutile d'aller si vite en besogne. Sans connaître Leo Tyrell, rien ne servait de trop fabuler les intentions de l'homme. Peut-être était-il même susceptible de plaire au jeune Hightower, pour peu qu'ils partageassent tous deux les mêmes visions à longs termes ? Clarence n'était pas maladroit pour connaître la nature profonde des individus, alors sans doute ce voyage à Hautjardin serait pour lui l'opportunité de connaître un peu ce suzerain pas si lointain. Le vélin toujours froissé dans le creux de sa main, il parcourut de nombreux couloirs, gravit de nombreux escaliers et traversa de nombreuses salles où chaque fois les personnes qui croisaient sa route s'écartèrent pour le laisser passer, devinant à l'expression qu'il affichait qu'il valait mieux s'incliner bien bas et lui céder la priorité. Même sa sœur Virginia n'osa pas l’interpeller alors même qu'elle désirait s'enquérir du contenu de la missive dont le mestre lui avait parlé quelques instants auparavant. Quand il atteignit la volière, son regard se posa sur le même mestre qui lui avait porté la missive, occupé à nourrir les corbeaux de la Grand-Tour. Clarence l'apostropha sèchement et lui intima l'ordre d'écrire sur le champ sous sa dictée le message qu'il renverrait à Hautjardin en guise de réponse. Le mestre abandonna les volatiles affamés pour se précipiter vers un pupitre où, non loin, il trouverait de quoi écrire le texte que Clarence lui dictait sans attendre qu'il pût prendre le temps de tremper la plume dans l'encrier.


Citation :
Le sollicitude et les compliments de mon suzerain sont source d'une grande fierté pour moi, pour mon grand-père comme pour le reste de ma famille. Soyez assuré de ce que je pars sans délai pour vous rejoindre à Hautjardin.

Clarence Hightower

Nulle emphase n'était nécessaire. Nul besoin d'aucun mot supplémentaire, l'essentiel de leur échange serait défini et déterminé durant leur rencontre et l'entrevue qui suivrait. Sous les yeux de son maître et de ses vieilles mains le mestre cacheta le parchemin avant d'aller choisir un corbeau pour s'assurer d'un envoi rapide et prompt à Hautjardin. Quand l'oiseau noir fut bien loin dans le ciel, point ténébreux, tremblant et indistinct, Clarence quitta en hâte la volière pour se préparer à ce voyage imprévu mais finalement pas si importun. C'est d'ailleurs le sourire aux lèvres qu'il songea que c'était l'occasion pour lui de visiter sa lointaine parente, la femme de Leo Tyrell, Jeanne. Mais c'était surtout une occasion en or pour établir avec son suzerain les bases d'une entente et surtout, surtout de voir quel plan le Long Dard avait en tête pour l'avenir de son fief. Leo Tyrell était réputé pour sa gourvernance sage et clairvoyante, alors Clarence apprendrait peut-être deux ou trois choses avec lui... même s'il était également désireux de faire entre la voix de Villevieille à la cour de Hautjardin.
Revenir en haut Aller en bas

Corbeau à l'attention de Clarence Hightower

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1


Sujets similaires

-
» ATTENTION ,HAUTE TENSION...
» Enfin ! Baptême Petit Saule / Petit Corbeau
» Attention, araignées qui tuent ..
» Embuscade maritime [Corbeau des Mers]
» Nalim, Le Corbeau d'Umbar

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
A Song of Ice and Fire RPG :: Citadelle de Maegor :: ◄ Salle des Archives Oubliées (RP)-